Live now
Live now
Masquer
scarlett-johansson-black-widow
Cinéma

Scarlett Johansson et Disney ont finalement réglé leurs comptes

01 oct 2021
La bataille juridique entre Scarlett Johansson et Disney, concernant la diffusion en streaming de Black Widow, s’achève. Mais elle a déjà changé les choses.

Mis à jour le 1 octobre 2021

Souvenez-vous : au mois de juillet, l’actrice Scarlett Johansson poursuivait Disney pour avoir diffusé Black Widow sur Disney+ alors qu’elle n’avait signé que pour une sortie en salles, se faisant ainsi spolier des bonus liés à la performance du film au box-office (ce qui représente plusieurs dizaines de millions de dollars).

Les deux partis ont annoncés avoir trouvé un accord ce 30 septembre. Les termes exacts n’ont pas été dévoilés, mais l’actrice a déclaré dans un communiqué : « Je suis heureuse que nous ayons pu résoudre nos différends avec Disney ». Elle a même ajouté :

« Je suis incroyablement fière du travail accompli ensemble au fil des ans et j’ai énormément apprécié ma relation artistique avec leur équipe. J’ai hâte de poursuivre notre collaboration dans les prochaines années. »

De son côté, Alan Bergman, président des studios Disney déclare :

« Je suis très heureux que nous soyons parvenus à un accord mutuel avec Scarlett Johansson concernant Black Widow. »

Si c’est pas beau ça ! Un vrai conte de fées… avec beaucoup, beaucoup de pièces d’or changeant de bourse, probablement.

Disney change ses contrats suite à ses contentieux avec Scarlett Johansson

Alors que Disney a essayé comme il pouvait de contourner le procès, Bob Chapek, le PDG du géant du divertissement, a expliqué dans le magazine ScreenRant :

« Il est certain que le monde change, et les contrats des talents à venir devront refléter cette réalité. […] Souvenez-vous, des films ont été réalisés il y a trois ou quatre ans, ces contrats ont été conclus il y a trois ou quatre ans. Puis ils ont été englués dans une pandémie mondiale, alors que cette pandémie elle-même entraînait une nouvelle dynamique, à savoir l’évolution du comportement des consommateurs.

En quelque sorte, nous mettons des ronds dans des carrés car au moment où nous avons conclu des accords selon un certain nombre de conditions pour un film, ce film sort dans un ensemble de conditions complètement différentes.

Nous sommes donc en quelque sorte en train de mettre une pièce carrée dans un trou rond : nous avons signé un accord conçu dans un certain ensemble de conditions, qui aboutit en fait à un film qui sort dans des conditions complètement différentes. […]

En fin de compte, nous y réfléchirons lorsque nous conclurons nos futurs contrats avec les talents, nous planifierons cela et nous veillerons à ce que cela soit intégré. »

scarlett-johansson-vs-disney

Disney devra donc, à l’avenir, être bien plus limpide sur les conditions de sortie de ses projets. Il aura tout de même fallu que le géant ait le couteau sous la gorge pour prendre des mesures fondamentalement normales…

Pourquoi ? Tout simplement car sortir un film sur la plateforme de streaming permet à l’entreprise de gagner un maximum d’argent, comme l’explique John Berlinski, l’avocat de l’actrice :

« Ce n’est un secret pour personne que Disney sort des films comme Black Widow directement sur Disney+ pour attirer plus d’abonnés et ainsi faire grimper le cours de l’action de l’entreprise – et invoque le Covid-19 comme prétexte. »

Rien d’étonnant, en somme, de la part d’une telle entreprise. Mais le principal, n’est-ce pas, c’est que Scarlett ait réussi à faire bouger les choses.

Scarlett Johansson attaque Disney en justice

Le 30 juillet 2021 

« Vous ne m’aurez pas comme ça ! » C’est un peu ce que semble dire Scarlett Johansson à Disney, avec qui elle avait un contrat pour incarner la super-héroïne Black Widow dans le Marvel Cinematic Universe (MCU). Le média américain The Wall Street Journal révèle que l’actrice attaque le studio américain en justice.

Une rupture de contrat pour « s’enrichir »

La sortie du film Black Widow au cinéma a été reportée à plusieurs reprises à cause de la crise sanitaire. Pour compenser ce retard, Disney, qui détient la franchise des super-héros Marvel, a décidé de mettre le long-métrage à disposition des abonnés de la plateforme Disney+ en même temps que sa sortie en salles, le 7 juillet dernier.

Sauf que le contrat de Scarlett Johansson pour ce film stipulait que la sortie se ferait en salles, assurant ainsi la venue de nombreux fans — et par conséquent, un gain financier pour l’actrice puisqu’une partie de ses revenus est basée sur les entrées. Il était donc compris que Black Widow sortirait exclusivement au cinéma, puisqu’au moment de la signature du contrat, Disney+ n’avait pas encore été lancé.

En mettant son film directement disponible sur la plateforme de streaming, Disney aurait donc rompu le contrat dans le but de « dévaloriser son accord avec Mme Johansson et de s’enrichir », d’après la plaignante. Dans la plainte déposée par Scarlett Johansson et ses avocats, accessible en ligne, on peut lire :

« Pourquoi Disney renoncerait-il à des millions de dollars de recettes au box-office en sortant le film au cinéma à un moment où ils savent que le marché est faible, plutôt que d’attendre quelques mois que le marché reparte ?

De ce que l’on sait et croit, cette décision a été prise, au moins en partie, parce que Disney y a vu une opportunité de promouvoir sa plateforme en utilisant le film et Mme Johansson pour attirer de nouveaux abonnés, garder les anciens et établir Disney+ comme un service essentiel dans un marché très compétitif. »

Scarlett Johansson ignorée par Disney

L’avocat John Berlinski assure, toujours dans la plainte, que Scarlett Johansson a tenté de discuter avec le studio qui n’a rien voulu entendre. Il fait même référence au concurrent Warner Brothers, qui aurait accepté un accord avec ses acteurs — « pour le film Wonder Woman par exemple » — quand il a été décidé de diffuser ses films sur la plateforme de streaming HBO Max à cause de la crise sanitaire.

L’actrice estime que le mauvais départ de Black Widow au box-office est dû à sa présence sur Disney+. Le démarrage du film au cinéma a rapporté 80 millions de dollars ; un très bon chiffre en période de pandémie, mais malheureusement un score bien plus bas que de nombreux Marvel. Avengers: Endgame, qui a brisé les records était à 357 millions, c’est difficile de s’y comparer, certes, mais certains films moins attendus comme Docteur Strange, Thor : Le Monde des Ténèbres ou encore Captain Marvel ont tous fait de meilleurs chiffres que Black Widow

En revanche, après le premier week-end de diffusion sur Disney+, l’entreprise a indiqué qu’elle avait récolté « plus de 60 millions de dollars » grâce à sa sortie en ligne sur l’accès premium (21,99€ en plus du prix de l’abonnement). Il y a de quoi grincer des dents.

Chez Disney, on ne semble pas très inquiet de cette attaque en justice. La plainte n’aurait « pas de mérite », d’après le studio, comme l’indique The Hollywood Reporter. Et d’ajoutee :

« Cette plainte est particulièrement triste et éprouvante de par son mépris et son insensibilité envers les conséquences durables et terribles de l’épidémie de Covid-19 dans le monde entier. »

À peine culpabilisant, dites donc. L’entreprise assure que le contrat a été respecté et que la disponibilité du film sur Disney+ permettra à Scarlett Johansson de gagner « une compensation supplémentaire aux 20 millions de dollars déjà reçus ».

Heureusement, Black Widow était le dernier élément qui liait Scarlett Johansson au MCU et donc à Disney. Ce huitième film Marvel où elle apparaît raconte l’union entre Natasha Romanoff et sa « petite soeur » Yelena (incarnée par Florence Pugh) pour lutter contre un homme qui violente des femmes. Si vous avez envie de le voir, on vous conseille plutôt le grand écran du cinéma… que ce soit pour les cascades et les effets spéciaux, ou pour soutenir Scarlett Johansson !

À lire aussi : Mark Ruffalo répond aux questions sexistes d’ordinaire destinées à Scarlett Johansson

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Cinéma

Cinéma
film français 5

Critiqué pour sa Une 100% blanche et masculine, Le Film français s’excuse… mais est-ce assez ?

Maya Boukella

03 oct 2022

1
Cinéma
Sacheen Littlefeather creative commons

Sacheen Littlefeather, voix des amérindiens à Hollywood, est morte à 75 ans

Maya Boukella

03 oct 2022

6
Cinéma
bones and all

L’horreur monte d’un cran dans la bande-annonce de Bones & All, la romance cannibale avec Timothée Chalamet

Maya Boukella

30 sep 2022

2
Cinéma
rogue harry potter

Alan Rickman révèle pourquoi il a continué Harry Potter malgré la maladie, dans ses mémoires

Maya Boukella

28 sep 2022

7
Interviews cinéma
les cinq diables

« Comment filmer l’invisible ? » entretien avec Léa Mysius, réalisatrice des Cinq Diables avec Adèle Exarchopoulos

Maya Boukella

28 sep 2022

Cinéma
woman king 4

The Woman King prouve que l’afroféminisme rend les films meilleurs

Maya Boukella

27 sep 2022

Cinéma
bryce-dallas-howard

Oui, la prod de Jurassic World 3 a demandé à Bryce Dallas Howard de perdre du poids

Manon Portanier

26 sep 2022

12
Sélection de films
L’HORREUR ÇA FAIT PEUR

Les 10 meilleurs films d’horreur cultes qui font toujours aussi peur

Maya Boukella

24 sep 2022

22
Cinéma
knock at the door

Toc toc : Knock at the Cabin, le nouveau film de M. Night Shyamalan a sa bande annonce

Maya Boukella

23 sep 2022

Interviews cinéma
Motlys ninjababy

« Pourquoi les gens donnent leur avis quand on ne veut pas être mère ? » entretien avec la réalisatrice de Ninjababy, Yngvild Sve Flikke

Maya Boukella

21 sep 2022

La pop culture s'écrit au féminin