Live now
Live now
Masquer
Source : © EC
Société

Après avoir défendu un père accusé d’inceste, Bruno Questel contraint de quitter la CIIVISE

Nommé début avril à la nouvelle présidence collégiale de la CIIVISE, l’ex-député de l’Eure et avocat Bruno Questel a été contraint de démissionner de ses fonctions, après qu’il a défendu en mai, un père reconnu coupable d’agression sexuelle sur sa fille adolescente.

La série noire continue pour la CIIVISE. Moins de deux mois après la nomination par la ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles Sarah El Haïry, la nouvelle présidence de la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants est à nouveau dans la tourmente.

Jeudi 23 mai, dans la soirée, l’ancien député de l’Eure Bruno Questel a été contraint de quitter la présidence collégiale de la CIIVISE, qu’il partageait avec le pédopsychiatre Thierry Baudet, la présidente de la fédération France Victimes Maryse le Men Régnier et la présidente de l’association Face à l’inceste Solène Podevin Favre.

Cette décision fait suite à la parution, dans Le Courrier de l’Eure, d’un article sur le procès en première instance d’un homme accusé d’agression sexuelle sur sa fille adolescente, depuis condamné à dix mois d’emprisonnement avec sursis. Ce dernier était défendu par Bruno Questel, qui aurait déclaré durant l’audience :

« J’ai accepté d’assurer sa défense car je ne sais pas. On ne sait pas ce qui s’est exactement passé. Ce qui est sûr, c’est qu’il est meurtri et en souffrance et qu’il est très malheureux de ne pas voir ses enfants. S’il a commis une faute, c’est d’avoir dormi avec sa fille. »

Bruno Questel est même allé plus loin, en déclarant dans un entretien accordé au Courrier de l’Eure qu’il avait « l’intime conviction » que son client, qu’il « connaît depuis longtemps », « n’était pas coupable ». « Il m’avait sollicité avant que je sois dans la Ciivise. L’une des règles de la profession d’avocat est que quand on s’engage à défendre quelqu’un on va jusque bout. »

À lire aussi : Édouard Durand : « La CIIVISE répond à un besoin vital, pour les victimes et la société »

La CIIVISE et les associations se désolidarisent

Des propos inacceptables, pour d’anciens membres de la CIIVISE, mais aussi pour des associations de défense des droits des victimes de violences sexuelles. Sur X, l’activiste des droits des enfants Arnaud Gallais, et membre démissionnaire de la CIIVISE, a dénoncé « des propos scandaleux ».

Les associations Face à l’inceste, l’Enfant Bleu se sont aussi désolidarisées des propos de l’ancien député de l’Eure, lui-même victime d’inceste à l’âge de 11 ans, en rappelant qu’elles se positionneraient toujours du côté des victimes.

L’Enfant Bleu a par ailleurs annoncé se retirer de la Commission contre l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants.

Face à la colère provoquée par de tels propos, Bruno Questel a fini par annoncer jeudi dans la soirée sa démission de la CIIVISE, avant de supprimer son message. L’instance a, dans la foulée, publié un communiqué établissant le départ de Bruno Questel de sa présidence et annoncé qu’elle poursuivait ses travaux « guidée par l’intérêt supérieur de l’enfant ».

Mais la CIIVISE pourra-t-elle vraiment poursuivre sereinement sa mission, qui est de lutter contre les violences sexuelles faites aux enfants ? Déjà ébranlée par l’éviction de sa première présidence, dont le juge des enfants Édouard Durand fin 2023, la commission avait dû essuyer en février les démissions en cascade de ses deux nouveaux présidents, Sébastien Boueilh, co-fondateur de l’association Colosse aux pieds d’argile, et la pédiatre et légiste Caroline Rey-Salmon. Cette dernière a depuis fait l’objet d’une plainte pour agression sexuelle.

À lire aussi : Démission de Sébastien Boueilh à la tête de la CIIVISE : quelle perte de temps dans la lutte contre les violences faites aux enfants


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

2
Avatar de Neverland90
24 mai 2024 à 18h05
Neverland90
Ce qui est assez frappant, c'est que Bruno Quesnel avait confié qu'il avait été victime de faits "qui pourraient être qualifiés" de viol.
Même pour sa propre histoire, il a du mal à avoir du recul et les avocats ont souvent de très fortes convictions. Quand ils ont un client, coupable ou non, ils le défendront jusqu'au bout.
Mais un tel échec est incroyable face à l'énorme travail de cette commission du temps de Durand.
5
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Société

Corvées // Source : Annie Spratt
Société

Dans ce pays d’Europe, les femmes font 3 heures de tâches ménagères quotidiennes de plus que les hommes

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Bruno Barde, à la tête du festival de Deauville, accusé de violences sexuelles par 7 ex-collaboratrices

Pexels
Actualités France

Après la victoire du Rassemblement National, des militants d’extrême droite condamnés pour une agression homophobe

3
"@rawpixel"
Santé

Le « syndrome post-contraception », quand le corps change après l’arrêt de la pilule

1
metoopolitique
Société

Ces députés accusés de violences sexuelles qu’on ne veut plus voir à l’Assemblée

Source : Fizkes de Getty Images
Société

Avec la dissolution de l’Assemblée nationale, les commissions sur les familles monoparentales aux oubliettes ?

1
Les enfants confiés à l'ASE subissent toujours des violences sexuelles une fois placés // Source : Unsplash
Société

Avec la dissolution de l’Assemblée nationale, les commissions sur la protection de l’enfance passent à la trappe

1
gabby petito plainte utah
Société

C’est quoi le « syndrome de la femme blanche disparue » ? Ou quand le racisme imprègne les médias

Source : Symeonidis Dimitri / Getty Images
Politique

Plan Procu : le site de rencontre pour faciliter les procurations

29
Source : Canva
Société

La « slowmance », qu’est-ce que cette nouvelle tendance de dating chez les LGBTQIA+ ?

2

La société s'écrit au féminin