Live now
Live now
Masquer
PPDA
Société

Affaire PPDA : et si la justice pouvait contourner le délai de prescription ?

Une jurisprudence de la Cour de cassation pourrait permettre à la justice d’examiner des faits prescrits dans le cadre des accusations de viols et d’agressions sexuelles qui pèsent contre Patrick Poivre d’Arvor.

C’est aujourd’hui que sort Impunité, le livre de Hélène Devynck, dans lequel la journaliste revient sur les nombreuses accusations de viols et d’agressions sexuelles qui visent sur Patrick Poivre d’Arvor.

Elle y revient sur le viol qu’elle aurait elle-même subi au début des années 90 et en fait une description particulièrement crue et éprouvante.

impunite helene decynck

Elles sont désormais plus d’une vingtaine à avoir témoigné de faits qui s’étendraient sur plusieurs décennies. Deux nouvelles plaintes, pour viol et pour des agressions viennent d’être déposées, et un signalement a été adressé au Procureur de la République.

Depuis le début de l’affaire en février 2021 avec le tout premier témoignage de Florence Porcel, et le classement sans suite de la première plainte en juin de la même année, plusieurs témoignages se heurtent au délai de prescription des faits. Cela n’empêche pas de nouvelles femmes de prendre la parole contre le présentateur vedette de TF1, avec l’espoir que d’autres parviennent à dénoncer ce qu’elles ont subi et que d’autres témoignages puissent être examinés.

« C’est presque plus simple de porter plainte quand c’est prescrit », affirme aujourd’hui Cécile Delarue, une des femmes qui accusent PPDA. « On peut se retrouver avec une histoire qui est très dure, qu’on a cachée, qu’on n’a pas pu raconter pendant si longtemps. Et on peut plus facilement le dire aux policiers ou aux gendarmes parce qu’on sait que derrière on ne devra pas encore l’assumer, parce que c’est tellement impossible de pouvoir prouver un viol. »

helene devynck france inter
France Inter (Twitter)

Examiner la sérialité des faits

Mais la justice pourrait avoir un moyen d’engager des poursuites malgré les délais de prescription dépassés, en se basant sur une jurisprudence de 2005 de la Cour de cassation.

Celle-ci établit que le caractère sériel des faits permettrait d’engager des poursuites, a rappelé cet été la cour d’appel de Versailles. « Dans la définition de ce lien précis, il faut notamment établir qu’il s’agit d’un même auteur, d’un mode opératoire similaire, et d’un même profil de victime », indique France Inter.

Cela permettrait alors de reporter la date marquant le début de la prescription.

Ces similarités, elles apparaissent notamment à la lecture des derniers témoignages publiés par Libération cette semaine. Des agressions ou des viols qui se dérouleraient dans le calme feutré d’un bureau ou d’une chambre d’hôtel, visant des femmes jeunes venues présenter leur travail et espérant des conseils littéraires de la part d’un journaliste admiré et puissant.

« Comme il n’est pas violent, il enrobe tout avec un certain charme, il se sert, on n’est qu’un morceau de viande. Il m’a fallu trente-sept ans pour mettre le mot juste sur ce qui m’est arrivé » raconte au quotidien Margot Cauquil-Gleizes.

C’est aussi le silence complice de l’entourage professionnel de PPDA qui apparaît dans de nombreux témoignages, par exemple celui de l’autrice Bénédicte Martin, qui accuse le journaliste de l’avoir agressée sexuellement au début des années 2000.

Elle affirme avoir parlé de cet incident à Frédéric Beigbeder, alors éditeur chez Flammarion, qui se serait alors esclaffé. Une seconde violence pour elle. Il affirme aujourd’hui n’avoir « aucun souvenir » de cet échange » : « Je suis désolé si je n’ai pas réagi en 2003 comme je le ferais aujourd’hui. J’étais très con à cette époque ».

À lire aussi : Pour PPDA, tout le monde était au courant (et personne n’a rien dit)


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

8
Avatar de Mentalofresh
23 septembre 2022 à 22h09
Mentalofresh
J'ai pas pu beaucoup lire. Un père, ou parent, qui s'imagine la future vie sexuelle de sa fille, ça me rappelle un roman fictif qui a été très populaire et je trouve ça tout aussi écœurant.
1
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Société

Source : Madmoizelle
Société

Mad Prime Spécial Europe : tout ce que vous devez savoir sur les élections européennes

Source : Instagram Judith Godreche
Société

« Laissez ma fille tranquille » : Judith Godrèche défend sa fille Tess Barthélémy, victime de slut-shaming à Cannes

2
Scarlett Johansson en icône 50's dans Asteroid City // Source : LLC
Société

Scarlett Johansson accuse OpenAI d’avoir reproduit sa voix sans permission pour ChatGPT

Source : Instagram/SebMellia
Société

Affaire Seb Mellia : une nouvelle plainte pour viols contre l’humoriste

Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Source : Pexels
Société

C’est quoi la « Lip gloss tactic » ? Pour des vidéos virales, il suffirait… d’un gloss

1
Source : Alex Green
Société

« Je me suis retrouvée dans des situations dangereuses » : Lucie, ex-travailleuse sociale auprès des auteurs de violences conjugales

1
Source : Madmoizelle
Société

Congélation d’ovocytes : « On m’avait dit que ce serait un parcours du combattant, mais c’est bien pire »

7
Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Source : Canva Pro
Société

Plusieurs associations appellent à intensifier la lutte contre la LGBTphobie en milieu scolaire

La société s'écrit au féminin