Pour PPDA, tout le monde était au courant (et personne n’a rien dit)


On découvre une vague de témoignages après la plainte de Florence Porcel pour viols contre Patrick Poivre d'Arvor. La preuve que les agissements de la star du JT n'étaient un secret pour personne dans le milieu de la télé.

C’est la plainte qui a ouvert la brèche : il n’aura même pas fallu vingt-quatre heures pour que des dizaines de témoignages affluent dans le sillon de celui de Florence Porcel. L’autrice vient de porter plainte contre Patrick Poivre d’Arvor pour des viols commis entre 2004 et 2009 dans un contexte d’emprise psychologique et une enquête a été ouverte.

Cette plainte intervient alors qu’elle vient de sortir un roman, Pandorini (JC Lattès), qui raconte l’emprise d’un acteur tout puissant, monument du cinéma, sur une toute jeune actrice inexpérimentée. Un roman « inspiré d’un épisode de sa vie », lit-on sobrement sur la quatrième de couverture. Il est désormais clair que c’est de sa rencontre avec le présentateur phare du JT de TF1 dans les années 1990 et 2000 que l’autrice parle.

« Tout le monde savait »

Sur Twitter, ce matin, les femmes qui ont eu à faire au comportement problématique de PPDA parlent. Ce sont notamment des journalistes qui se souviennent du moment où elles l’ont croisé au début de leur carrière : des questions déplacées, des intimidations, des menaces, des gestes, autant de comportements qui n’avaient rien de professionnel.

Elles étaient souvent jeunes, impressionnées par le monstre sacré du petit écran, l’homme qui trônait dans toutes les maisons, que ce soit en vrai ou en marionnette, adulé et respecté. Et surtout, elles évoluaient dans ce petit milieu de la télé, où tout se sait, mais où parler des agissements d’un homme de la trempe de PPDA peut coûter cher. On imagine bien qu’à l’époque, il s’agissait de tempérer et de coller l’étiquette plus glorieuse de « séducteur » voire de « dragueur un peu lourd », plutôt que celle, peu reluisante, de « prédateur sexuel ».

Alors que les témoignages affluent sur Twitter, on découvre aussi à la faveur d’un article du Parisien que personne n’est surpris. Que tout le monde savait. De la consigne destinée aux femmes stagiaires de ne JAMAIS prendre l’ascenseur seule avec PPDA aux femmes qui lui rendent visite surnommées les “McDo” par les assistantes, tous les ingrédients étaient réunis pour monter un climat toxique destiné à protéger un agresseur et à faire porter la responsabilité aux victimes s’il leur arrivait quelque chose.

Passons aussi sur cette anecdote qu’on croirait sortie d’un mauvais film : vexé de voir son ex Claire Chazal en relation avec un autre homme, en l’occurence Xavier Couture, alors directeur adjoint de TF1, PPDA aurait uriné sur son canapé. Les mots manquent quand on cherche à qualifier un homme adulte capable de s’adonner à ce genre de pratique juste parce qu’il a le sentiment de s’être fait remplacer.

Ceux qui savaient et n’ont rien dit

Et on devrait se satisfaire de voir se soulever seulement aujourd’hui la chape de plomb ? Autant vous le dire, ce matin chez Madmoizelle, il est difficile de contenir notre envie de distribuer des baffes à tous ceux qui claironnent « Ah ben oui, c’était connu » (oui, c’est de toi que je parle, Bruno Masure). Super. Formidable. Et vous n’avez rien dit ?

Et vous profitez qu’une femme ait le courage aujourd’hui de porter plainte, prenne le risque de s’exposer, pour la ramener sur votre soi-disant clairvoyance ? Et vous serez aussi les premiers à l’accuser de faire de sa plainte une aubaine pour vendre son livre, on vous voit très bien venir. On ne retiendra qu’une seule chose : vous saviez, vous étiez en position de pouvoir, et vous n’avez rien dit.

On en revient encore à cette bonne vieille libération de la parole, comme à chaque nouvelle révélation sur des auteurs de violences sexuelles. Enfin la parole se libère, continue-t-on de s’exclamer dans les médias, en agrémentant de l’expression du #MeToo de tel ou tel milieu. Ici, et pour bien d’autres cas, tout le monde savait et le silence a protégé.

Preuve que les victimes parlaient, mais que c’est l’écoute de la société qui s’est enfin améliorée.

À lire aussi : Patrick Poivre d’Arvor, l’ex-présentateur du 20 Heures de TF1, fait l’objet d’une enquête pour viols

Maëlle Le Corre

Maëlle Le Corre


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!