Live now
Live now
Masquer
partite_ecole_privee_H (1)
Tribune

À l’école, il devrait y avoir une VRAIE éducation à l’égalité (c’est la loi !), mais c’est bien loin d’être le cas

En France, la loi prévoit une éducation à l’égalité entre les genres à l’école, tant pour les élèves que pour le personnel. Pourtant, dans la pratique, les moyens sont rarement suffisants. Dans cette tribune, l’association Parents et féministes le dénonce.

Cela a fait les titres des journaux le mois dernier : « Les filles considèrent qu’elles réussissent parce qu’elles sont besogneuses, les garçons parce qu’ils ont du talent » selon une étude internationale sur les stéréotypes de genre, parue dans la revue Science.

Dans le même temps, une sensibilisation aux stéréotypes de genre, prévue dans un groupe scolaire parisien sous contrat, a été annulée à la dernière minute car considérée comme alimentant la « théorie de genre ». Organisée par l’association des parents d’élèves, elle devait être animée par une formatrice indépendante, par ailleurs membre de Parents et Féministes. Un petit groupe de parents, proche de la mouvance « Manif pour tous », lui reproche son appartenance associative et fait pression auprès de la direction pour annuler la rencontre.

Pourtant, les chiffres du 1er baromètre du sexisme en France sont clairs : 78% des Françaises ont vécu personnellement un acte de sexisme ou ont été destinataires de propos sexistes. 

Alors, face à ces constats, et à quelques jours du second tour, il nous paraît important de rappeler les engagements de la France en la matière. 

L’École doit contribuer, à tous les niveaux, à favoriser la mixité et l’égalité entre les femmes et les hommes, notamment en matière d’orientation, et de prévention des préjugés sexistes et des violences faites aux femmes. Voilà ce qui est inscrit dans la loi aujourd’hui. 

Pour mettre en œuvre cette obligation, les textes prévoient d’ailleurs la formation, initiale et continue, de l’ensemble des personnels, et la prise en compte de l’égalité au cœur des enseignements et de la pratique pédagogique. 

Si ces objectifs correspondent parfaitement à nos propres revendications en tant qu’association féministe, dans les faits ces engagements sont bien loin d’être respectés. 

D’une part, la formation ne bénéficie qu’à une minorité des professionnel·les scolaires comme le rappelait le Haut conseil à l’égalité dans son rapport de 2017.  Or enseigner de manière égalitaire n’est pas inné ! Cela s’apprend ! 

reco_haut_conseil_egalite
Recommandations du Haut conseil à l’égalité dans son rapport de 2017

D’autre part, en ce qui concerne la prise en compte de l’égalité au cœur des enseignements, force est de constater qu’elle dépend essentiellement d’initiatives ponctuelles du corps enseignant, voire même de parents d’élèves, conscients de l’importance des enjeux et inquiets de tant d’immobilisme. 

Dans les faits, on est donc loin ici d’une politique globale d’égalité telle qu’envisagée dans la loi.

Et pourtant…  

Aujourd’hui, à l’aube d’un deuxième tour opposant une candidate misogyne et un candidat qui a beaucoup promis mais trop peu fait, il est crucial de permettre aux enfants d’interroger ces stéréotypes si vivaces, de mieux les comprendre pour mieux les appréhender… Pour qu’ils ne soient pas autant de barrières à leur épanouissement et à leur développement, pour qu’enfin, une fille et un garçon soient traités et considérés comme des égaux… 

Nous devons ouvrir le champ des possibles aux enfants, déconstruire les murs qui les entourent et dont ils s’entourent, car le poids des stéréotypes est trop lourd, trop présent. Notre culture est imbibée de sexisme. Assumons-le, regardons cela en face et faisons bouger les lignes.

Aujourd’hui plus que jamais, l’école, en tant que lieu majeur de socialisation des enfants doit avoir pour finalité la constitution d’une culture de l’égalité et du respect mutuel. Il faut lui donner les moyens concrets en formant absolument tout·e·s les professionnel·les de l’éducation ! 

Il est crucial aussi, alors que la moitié des Françaises (49 %) considère à quelques jours du deuxième tour Marine Le Pen comme « féministe » de rappeler que le féminisme, ce n’est pas un vernis de façade dont on se drape juste le temps d’une campagne. 

Le féminisme est un travail de tous les jours pour déconstruire les stéréotypes sexistes, pour une égalité réelle, de l’école maternelle aux pensions de retraites. Le féminisme est un travail d’analyse des rapports de dominations, pour un monde meilleur pour toutes et tous. Il va sans dire qu’un parti héritier du nazisme est bien loin, très loin, de la pensée féministe.

Et si, hier soir, Emmanuel Macron a eu un mot pour les féminicides, il devra aller beaucoup plus loin pour en venir à bout. La lutte contre les violences machistes commence dès l’enfance. Nous sommes là pour le lui rappeler.

À lire aussi : Les femmes attribuent leurs échecs à un manque de talent, les hommes à… des facteurs extérieurs

Envoyez-nous vos tribunes !
Si vous avez une tribune à partager avec Madmoizelle et son lectorat, écrivez-nous à :
[email protected]

Les Commentaires
19

Avatar de Dragonya
26 avril 2022 à 04h57
Dragonya
@haleyo de plus les formations ne sont pas les mêmes partout en France. Par exemple moi dans ma matière (enfin pour les formations ouvertes aux gens de ma matières) je n'ai jamais vu dans le PAF (plan académique de formation) une formation sur le sujet.
De plus les formations sont souvent dans les très grandes villes de l'académie. Souvent les formations se font à 2h de chez moi (plus les bouchons). Entre l'essence et les frais de garde plus nos potentiels enfants ce sont des journées qui reviennent cher (remboursement sur le prix d'un billet de train... Mais souvent tu ne peux pas prendre le train à cause des horaires, pas le choix que de venir en voiture). On a demandé à notre inspecteur plus de formations dans notre zone ou alors des formations d'établissement... Il a dit oui oui je comprends bien que pour ceux qui sont sur les bords de l'académie et loin c'est compliqué mais pas sur que ça change pour autant.
Ce genre de sujet devrait être fait en formation d'établissement. Ça serait plus simple pour tout le monde (on est formé sur place, tous les collègues en même temps avec le même formateur).
4
Voir les 19 commentaires

Plus de contenus Tribune

Tribune
marche_peres_masculinistes

Marche des pères « pour l’égalité » : « Nombre de ces collectifs ont été démasqués comme masculinistes », alerte Parents et Féministes

Aïda Djoupa

17 déc 2021

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Tribune
collage : validisme assassin

Déconjugalisation de l’AAH : « Le gouvernement préfère regarder ailleurs et s’enfoncer dans ses mensonges »

Aïda Djoupa

06 oct 2021

Tribune
collectif_mass

« Femme battue, homme promu » : les Calédoniennes exigent l’exemplarité des hommes en uniforme

Aïda Djoupa

01 sep 2021

Conseils sexe
tribune-sexo-vert

« Parler d’éducation sexuelle sur Instagram et en faire son métier, c’est vivre avec la peur au ventre »

Aïda Djoupa

19 août 2021

7
Tribune
précarité_femmes

« La précarité est bien une violence faite aux femmes »

Aïda Djoupa

02 juil 2021

6
Tribune
precarite_menstruelle

Précarité menstruelle : « Nous voulons que le gouvernement tienne ses engagements »

Aïda Djoupa

28 mai 2021

1
Ecologie
Camille_manifestation

Loi Climat : « Je suis en colère de voir un gouvernement si aveugle face à l’écocide en cours »

Aïda Djoupa

12 mai 2021

3
Société
voile-v1 (1)

« La France est coincée dans une boucle infernale où l’islamophobie qui vise les femmes cadence nos vies »

Aïda Djoupa

14 avr 2021

21
Actualités
Untitled design (14)

« Nous, femmes et minorités de genre asiatiques, subissons le racisme au quotidien »

Aïda Djoupa

31 mar 2021

6
Société
woman_megaphone

Proposez-nous votre tribune pour publication sur Madmoizelle !

Aïda Djoupa

11 mar 2021

2

Tribune