Live now
Live now
Masquer
chance-travail-reconversion-professionnelle
Tribune

Le « syndrome de l’imposteur » n’existe pas, la présomption d’incompétence qu’on fait peser sur les femmes, si

Incapacité à s’attribuer une réussite, peur d’être jugée, sentiment d’infériorité… à en croire le web et les réseaux sociaux, le fameux « syndrome de l’imposteur » toucherait beaucoup de personnes et particulièrement les femmes. Et pourtant ce n’est pas si simple, comme l’explique Sophie Gourion.

Cette tribune a été initialement publiée sur la page Linkedin de Sophie Gourion et a rencontré un grand succès. Sophie Gourion a acceptée que nous la reprenions en intégralité.
Sophie Gourion est  est une militante féministe, experte des sujets égalité femmes/hommes et autrice jeunesse : Les filles et les garçons peuvent le faire aussi (éditions Gründ).

« Le syndrome de l’imposteur n’existe pas ». Derrière cette phrase volontairement provocatrice, se cache une réalité plus nuancée.

Presque toutes les clientes que j’ai suivies en coaching ont raconté des expériences similaires :

  • Le sentiment d’être la femme « quota » au sein d’un comité de direction largement masculin.
  • L’obligation de fournir deux fois plus d’informations techniques en réunion que leurs homologues masculins pour être crédible.
  • Un environnement toxique où se succèdent blagues sexistes, dévalorisation et minimisation du travail fourni.

Tout ça n’est pas juste dans leurs têtes. Comme le résume Michelle Obama :

« Les femmes se sont entendu dire pendant si longtemps qu’elles n’étaient pas à leur place dans une salle de classe, dans une salle de conférence, ou dans n’importe quel lieu où l’on prend de véritables décisions, que lorsque nous arrivons enfin à entrer dans la salle, nous avons toujours l’impression de ne pas mériter notre place à la table. Nous mettons en doute notre jugement, nos capacités, et les raisons qui nous ont conduites là où nous en sommes »

Michelle Obama

Une présomption d’incompétence

C’est la société tout entière qui fait planer autour des femmes une présomption d’incompétence :

  • Les femmes scientifiques doivent produire 2,5 fois plus de recherches et de publications pour être considérées au même niveau que leurs homologues masculins.
  • Les auditions à l’aveugle favorisent les musiciennes, augmentant leurs chances d’avancer dans le processus de recrutement de 50 % et d’être embauchées de 30 %. Un quart de l’augmentation de la féminisation des orchestres américains entre 1970 et 1996 est attribué à cette pratique.
  • 57% des femmes ont été témoins de remises en cause des compétences des femmes à des postes managériaux, avec des remarques désobligeantes telles que « Elle a dû coucher pour arriver là ! » ou « Je ne vais pas faire ce qu’elle demande, c’est une femme ! ».
  • Les recruteurs se montrent plus exigeants envers les femmes, privilégiant leurs diplômes et compétences linguistiques plutôt que leur motivation. Pour les hommes, c’est l’inverse : la motivation prime.

Ces femmes ne sont pas victimes du syndrome de l’imposteur, mais juste en minorité dans un environnement qui leur fait sentir qu’elles ne sont pas à leur place.

Les roles models et les mentors féminins pourraient jouer un rôle essentiel dans le sentiment de légitimité et de compétence des femmes. Plutôt que payer des coachs, les entreprises auraient tout intérêt à prendre conscience que le problème est bien plus systémique qu’individuel.

Envoyez-nous vos tribunes !

Si vous avez une tribune à partager avec Madmoizelle et son lectorat, écrivez-nous à :
[email protected]


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

7
Avatar de Luuuuu
6 avril 2024 à 14h04
Luuuuu
Je rejoins mes vdd. Mon syndrome de l'imposteur remonte à très loin et il n'est absolument lié au sexisme
Contenu caché du spoiler.
12
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Tribune

Source : Pexels
Société

Mes pires managers étaient des femmes, et c’est une féministe qui vous le dit

10
tribune_une_v
Tribune

Aujourd’hui, je suis au tribunal parce que je suis féministe, on ne me réduira jamais au silence

2
Source : Wikimedia Commons / Jeanne Menjoulet
Tribune

#NousToutes : « Féminicides, ou l’insupportable omission de l’État »

Source : Africa images
Tribune

Protection des enfants victimes de violences intrafamiliales : « Nous réclamons une véritable réforme de la Justice »

9
partite_ecole_privee_V
Tribune

À l’école, il devrait y avoir une VRAIE éducation à l’égalité (c’est la loi !), mais c’est bien loin d’être le cas

19
marche_peres_masculinistes
Tribune

Marche des pères « pour l’égalité » : « Nombre de ces collectifs ont été démasqués comme masculinistes », alerte Parents et Féministes

collage : validisme assassin
Tribune

Déconjugalisation de l’AAH : « Le gouvernement préfère regarder ailleurs et s’enfoncer dans ses mensonges »

collectif_mass
Tribune

« Femme battue, homme promu » : les Calédoniennes exigent l’exemplarité des hommes en uniforme

tribune-sexo-vert
Tribune

« Parler d’éducation sexuelle sur Instagram et en faire son métier, c’est vivre avec la peur au ventre »

7
précarité_femmes
Tribune

« La précarité est bien une violence faite aux femmes »

6

Tribune