Live now
Live now
Masquer
thought-catalog-Nv-vx3kUR2A-unsplash
Féminisme

Les femmes attribuent leurs échecs à un manque de talent, les hommes à… des facteurs extérieurs

Cette vaste étude internationale nous indique que les femmes qui connaissent un échec ont tendance à se dire que c’est leur faute, tandis que pour les hommes, eh bien ce serait en raison de causes extérieures. Tiens donc !

Cette étude d’ampleur, publiée dans la revue Science Advances, a été réalisée dans 72 pays dans le cadre du dispositif international PISA, portant sur 500 000 jeunes âgés de 15 ans au moins.

Et le constat est sans appel : les femmes sont beaucoup plus enclines — à performances égales — à se déprécier que les hommes. Pas si étonnant, vous me direz…

alexis-brown-omeaHbEFlN4-unsplash
(© Alexis Brown/Unsplash)

Avec les mêmes compétences, des comportements différenciés

Les étudiantes et étudiants ont dû réagir à l’affirmation :

« Quand j’échoue, j’ai peur de ne pas avoir assez de talent. »

Les femmes y souscrivent, tandis que pour les hommes, leurs ratages seraient dus à des facteurs extérieurs… Les différences de réponses entre genres seraient plus marquées encore dans les pays riches.

En effet dans les contrées de l’OCDE, 61% des filles ont répondu être d’accord avec cette affirmation, contre 47% des garçons. Un écart de 14% ! Selon les chercheuses et chercheurs, l’explication est à trouver du côté de l’importance accordée à la réussite individuelle :

« Les pays plus “développés” sont très tournés vers la réussite individuelle et accordent une plus grande importance à la notion même de talent, laissant ainsi plus de place au développement de stéréotypes s’y rapportant. »

C’est en effet une question de stéréotypes, qu’on nous inculque dès le plus jeune âge.

Les causes de ces différences

Les causes sont à trouver notamment du côté de l’éducation. Dans le livre Éduquer sans préjugés, les autrices Manuela Spinelli et Amandine Hancewicz expliquent que dès l’école primaire, plus de place dans la cour et dans les prises de parole est accordée aux garçons qu’aux filles.

« Voici un exemple : les garçons sont sollicités plus souvent que les filles pendant les heures de cours. Si pendant les années 1970 on estimait entre les temps de parole accordés aux garçons et aux filles à deux tiers/un tiers, aujourd’hui la situation semble s’être légèrement améliorée : on est à 56 % contre 44 %. […]

Leur indiscipline étant anticipée, elle est mieux tolérée : on la considère comme inévitable et naturelle. Les filles, au contraire, bien que rappelées à l’ordre moins souvent, le sont de façon plus dure et nette. Parler à voix haute, couper la parole : ce n’est pas un comportement digne d’une fille, voyons ! »

ÉDUQUER

Pour vous procurer Éduquer dans préjugés, c’est par ici !

Les petites filles font l’objet de beaucoup plus d’injonctions : être sage, se taire, obéir, rester calme… Comme cela est décrit dans l’ouvrage, la parole des filles est bien souvent décrédibilisée. On les traite de pipelettes, les accuse sans cesse de bavardages, apanage des filles. 

Les différences de traitements et la persistance de stéréotypes de genres assez forts, qui bien souvent minorent les qualités des filles engendrent l’effet Pygmalion. À force d’entendre des contre-vérités, elles rentrent tout de même dans les esprits. C’est en quelque sorte une prophétie auto-réalisatrice de dépréciation.

Les conséquences : perpétuation des stéréotypes et plafond de verre

L’étude révèle des conclusions assez peu optimistes et les chercheurs et chercheuses «  suggèrent qu’il est peu probable que le plafond de verre disparaisse à mesure que les pays se développent ou deviennent plus égalitaires  »

En France, en 2020, le revenu salarial des femmes reste inférieur en moyenne de 28% à celui des hommes. Cela s’explique en partie par des différences de durées du travail, comme nous l’indique l’Insee. Mais pour le même boulot, les femmes touchent en moyenne 3,7% de moins que les hommes. Et lorsque les femmes deviennent mères, l’écart se creuse un peu plus.

Le serpent se mord la queue… éduquons les enfants loin des stéréotypes, et cela renforcera sans doute l’estime en elles-mêmes des femmes, qui donneront donc des modèles féminins inspirants pour les nouvelles générations. Ça paraît facile comme ça mais le boulot à abattre est énorme ! Allez, courage.

À lire aussi : Comment le sexisme fait du mal aux enfants

Image en une : © Thought Catalog/Unsplash


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Les Commentaires

7
Avatar de Skjaldmo
6 avril 2022 à 23h04
Skjaldmo
Ce qui me gène c'est pas tant le généralisation sur le sexe mais plutôt l'assimilation sous une même donnée de plusieurs réalité qui peuvent dépendre de divers facteurs comme la différence culturel, par exemple. Concrètement, lire "Les femmes attribuent leurs échecs à leurs manque de talent, les hommes à des facteurs extérieurs" quand on sait que dans l'OCDE il y a des pays comme la Corée du Sud et le Japon, c'est un peu bizarre. Mais sinon, les résultats ne m'étonne pas vraiment et j'ai plus ou moins observé la même chose.
Contenu caché du spoiler.
0
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Déclic

Elia, 26 ans : « J’ai fait une croix sur beaucoup de milieux dont je sais qu’ils sont remplis de personnes oppressives »

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

femmes-boivent-café // Source : URL
Société

Pourquoi le phénomène de la « Girl’s girl » est tout aussi problématique que la «Pick Me» ?

9
Source : Canva
Féminisme

Lily, 21 ans et son éveil féministe : « Je n’ai plus de jugement face à la personne sexiste que j’étais »

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1

La société s'écrit au féminin