Religion, uniforme, et envies d’ailleurs : des lycéennes irlandaises racontent leur enfance à la campagne

À Ballina, une petite ville d'Irlande, Esther a rencontré des élèves du lycée de filles. Elles racontent leur enfance et leur adolescence dans cet article.

Religion, uniforme, et envies d’ailleurs : des lycéennes irlandaises racontent leur enfance à la campagne
madmoiZelle en Irlande et en Irlande du Nord

Esther est partie recueillir les témoignages des jeunes femmes de plusieurs pays, à travers le monde, avec une attention particulière portée aux droits sexuels et reproductifs : liberté sexuelle, contraception, avortement.

Elle a déjà rendu compte de ses rencontres avec des Sénégalaises, puis avec des libanaises, et sa troisième étape l’a menée en Irlande du Nord (Royaume Uni) et en Irlande ! Elle y réalise interviews, portraits, reportages, publiés sur madmoiZelle au fur et à mesure.

Tu peux aussi suivre au jour le jour ses pérégrinations sur les comptes Instagram @madmoizelledotcom et @meunieresther, avant de les retrouver ici bientôt !

Une sonnerie retentit, des chaises raclent le sol, des portes claquent. C’est la fin d’un cours à la Saint Mary’s secondary school.

Au bout de quelques secondes, des élèves passent la porte une à une : dans cette classe de français, elles sont six – mais habituellement elles sont une vingtaine. L’école compte environ 500 élèves, réparties sur 8 niveaux.

Aujourd’hui, le cours va être un peu différent de celui qu’elles ont habituellement : une discussion avec moi remplace la traditionnelle compréhension orale.

J’ai envie d’en savoir plus sur ce que c’est que de grandir à Ballina, une petite ville de 10 000 habitants au nord-ouest de l’Irlande et pour ça me voilà face à ces six jeunes filles âgées de 15 ans à 18 ans.

salle-classe-francais

Dans la salle du cours de français, des panneaux sont couverts de prospectus et de cartes postales en provenance de France.

En Irlande, on va (en majorité) à l’école catholique

À cet âge, on a passé la majorité de sa vie à l’école, et forcément, ça occupe donc le cœur des discussions.

Ici, on est dans une école publique, mais catholique, où il n’y a que des filles.

« La majorité des écoles en Irlande sont religieuses, il n’y en a que très peu qui ne le sont pas, » m’explique l’une d’elles.

Proportion des inscriptions en fonction de la catégorisation religieuse des écoles en Irlande, à la rentrée 2017. La majorité a eu lieu dans des écoles catholiques, jusqu’à 90% en primaire.

Lorsque je leur demande ce qu’elles en pensent, elles répondent que c’est moins pire que lorsqu’elles étaient en primaire.

« En primaire, tu te lèves, tu fais ta prière, il fallait étudier pour la communion, la confirmation, se confesser… Maintenant, il y a moins d’influence de la religion qu’avant. »

Pour autant, elles continuent d’avoir des cours de religion sur lesquels elles sont évaluées.

« On étudie en profondeur la religion chrétienne, et on a une vue d’ensemble, par exemple pour le judaïsme. Et on a aussi des débats, on parle de problèmes sociaux. »

Sur les six jeunes filles que j’ai en face de moi, deux se déclarent « non religieuses », mais assistent comme les autres à ces cours.

La loi autorise en théorie les élèves qui ne souhaitent pas prendre part à ces cours car elles ne sont pas croyantes à ne pas le faire, mais elles ne semblent pas avoir envie de s’y soustraire : elles les apprécient généralement.

À lire aussi : La religion, l’enfant que j’étais… et l’adulte que je suis devenue

Ailleurs en Irlande, cette loi n’est cependant pas suffisante pour certains parents qui se battent pour l’accès à une éducation plus séculaire.

Une école de filles, « ça a ses bons et mauvais côtés »

Ces parents veulent aussi généralement davantage d’écoles mixtes, qui ne sont pas disponibles partout en Irlande même s’il est plus facile d’en trouver une que de trouver une école non-religieuse selon les filles.

À Ballina, en plus de la Saint Mary’s secondary school, il y a aussi une école de garçons, une école pour les élèves aux besoins spécifiques, et une école mixte.

saint mary secondary school ballina

La Saint Mary’s secondary school : un cadre impressionnant, mais notez que le bâtiment du fond à droite est en réalité condamné.

Tout le monde est d’accord, une école de filles, « ça a ses bons et mauvais côtés ». Elles fréquentent les garçons par ailleurs, entre autres grâce aux réseaux sociaux. Alvie assume cependant qu’elle aurait aimé être dans une école mixte.

« Oui, mais c’est plus simple pour le trajet, ici », réagit Betha. À mes yeux, les arguments que leurs camarades avancent mettent en avant la socialisation genrée, la différence de traitements appliqué aux filles et aux garçons, dès l’école.

« – Je pense qu’on a moins de pression sociale ici, dans les écoles mixtes les filles font plus attention à elles, elles doivent s’apprêter.
– J’en connais qui mettent du fond de teint ! »

Alors qu’ici, le vernis, les boucles d’oreilles imposantes, les bonnets sont interdits par exemple. Même les écharpes, alors que l’épaisseur de celle qui va avec leur uniforme laisse à désirer.

À lire aussi : Ma tenue est trop « indécente » pour mon établissement scolaire — Témoignages

Porter l’uniforme et ses contradictions sans rechigner

Elles voient en leur tenue le même avantage que le fait d’être dans une école non-mixte comme l’explique Carly qui est pourtant passionnée de mode :

« C’est simple, le matin tu ne te poses pas de question sur ce que tu mets. »

« Et puis c’est bien que tout le monde soit habillé pareil, ça gomme les différences », renchérit Doon.

Ça gomme les différences, mais l’uniforme coûte une centaine d’euros et ceux qui sont disponibles dans les friperies sont ceux des années passées, qui sont donc… différents.

« Quand c’est difficile pour une élève, on nous dit de nous le faire offrir à Noël », explique Carly.

« On aimerait pouvoir exprimer notre intelligence autrement qu’en mémorisant »

Elles sont toutes en « cinquième année », l’équivalent de notre première, et l’année prochaine c’est le bac. Autant tous les éléments énumérés jusqu’ici avaient leurs bons et mauvais côtés, autant elles ne sont pas tendre avec cet examen et les modalités d’entrée dans l’enseignement supérieur.

«  Ça c’est injuste » estime Eime.

« – Il faudrait du contrôle continu renchérit Fiona, ici tout est jugé en un jour. Si tu es malade, c’est vraiment horrible, c’est arrivé à une amie de ma sœur elle n’a pas eu son examen…

– Et puis je trouve qu’on utilise qu’une forme d’intelligence, la mémorisation, alors qu’il y a plein d’élèves qui sont intelligents mais juste pas de la même manière » ajoute Carly.

À lire aussi : Pourquoi je suis contre les notes à l’école

Elles veulent faire de la psychologie, étudier la pharmacie, le commerce, le droit… Au sortir de cet examen, toutes cumulent un certain nombre de points : il faut atteindre un certain score pour pouvoir prétendre à différents cursus dans l’enseignement supérieur.

« Par exemple pour le droit et la médecine, c’est plus élevé. »

Doon veut faire du droit, mais pas à Dublin car justement « pour le même diplôme, de la même difficulté, il faut avoir un score plus haut à l’examen, simplement parce qu’il y a plus de demandes qu’à Limerick ou à Galway par exemple ».

La jeunesse de Ballina a des envies d’ailleurs

Elles semblent toutes vouloir aller étudier ailleurs : il n’y a pas de faculté dans le coin, pas de formations qu’elles aimeraient faire. Mais je m’enquiers tout de même de savoir si oui ou non, elles ont aimé grandir ici, à Ballina.

« – No
– No
– No.. »

Visiblement, personne, alors même qu’au début de la conversation le seul reproche qu’elles avaient formulé concernait la météo. Pourquoi donc ?

« C’est juste que c’est ennuyeux » estime Eime.

Fiona utilise le mot « old-fashioned ». Ça peut signifier « démodé », « vieux », mais je sens que le sens qu’elle cache derrière cette expression est un peu plus précis que ça.

Ballina, c’est en fait « conservateur » selon elle. Cet échange a occasionné une nouvelle discussion sur les idées et opinions des habitants de Ballina, et les perceptions qu’elles en ont. Je vous en parle dans le prochain article !

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Au croisement de la rubrique actu et de la rubrique témoignages, elle passe de temps en temps une tête à l’étranger pour tendre son micro aux madmoiZelles du monde entier !

Tous ses articles

Commentaires
  • Papuchd
    Papuchd, Le 28 mai 2018 à 21h21

    Si j'avais su... Je suis assistante de langue dans une école secondaire (mixte) à 10 km de Ballina, trop triste de t'avoir loupée Esther !!
    Mes élèves me partagent les mêmes réponses sur ces différentes problématique, c'est super intéressant :) Mais lorsque je leur demande s'ils voudraient, comme moi, partir 1 an à l'étranger, ils me disent que leur Mayo, leur campagne, leur famille leur manqueraient trop, et qu'ils ne voudraient jamais partir très loin !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!