Les écrans, meilleurs ennemis de votre sommeil ?

Les écrans t'empêchent de dormir ? C'est normal... mais pas irréversible.

Les écrans, meilleurs ennemis de votre sommeil ?

Autant mettre tout de suite fin à vos souffrances : oui, les écrans nuisent à la qualité (et la quantité) de sommeil. Alors, pourquoi on les utilise quand même avant de dormir ? Parce qu’on est malin•es.

sommeil-technologie-wait

Oh ok ! Attends… quoi ?

Parfaitement ! Nous, la génération Y, on est une génération de petit•es malin•es. Voici pourquoi.

À lire aussi : Usul parle de la génération Y, ces jeunes « désabusés »… qui changeront peut-être le monde

Les madmoiZelles nous ont aussi parlé de leur rapport au sommeil face aux écrans !

Les écrans, le sommeil & vous — Témoignages

La lumière bleue, cette enflure

Une étude de l’Institut national du sommeil et de la vigilance a été conduite en 2015 sur le sommeil et les nouvelles technologies.

Elle met en lumière l’impact des écrans sur notre sommeil, nous autres êtres humains, et surtout sur celui de la tranche des 18-34 ans.

Par ailleurs, l’analyse montre qu’un tiers des Français•es souffre d’un trouble du sommeil : insomnie, apnée du sommeil, syndrome des jambes lourdes, somnolence voire troubles physiques comme l’hypertension.

À lire aussi : REPLAY — L’éMymyssion spéciale sommeil

Le gros lot pour les jeunes c’est… la somnolence !

sommeil-nouvelles-technologies-ecran-bave

Voilà, ça, mais en cours/au boulot…

Et les écrans ne font qu’aggraver notre cas. D’abord, parce qu’ils sont stimulants (oui, on pourrait penser que passer ta soirée devant Les Anges de la téléréalité n’est pas stimulant, mais en fait si !).

Ensuite — et surtout — à cause de la lumière bleue.

La lumière bleue ne concerne pas la télévision ni les écrans de liseuses qui fonctionnent avec un type de lumière différent. Elle se retrouve donc « uniquement » sur des écrans d’ordinateur, de smartphones et de tablettes.

big-sommeil-psychologie-conseils

À lire aussi : Le sommeil en quatre infos issues de la psychologie

La lumière bleue est une lumière très vive qui envoie des signaux confus au cerveau. Celui-ci croit alors qu’il fait encore jour et qu’il n’est pas du tout l’heure de dormir, pensez-vous, bien au contraire.

Et voilà comment on se retrouve à se retourner dans son lit.

sommeil-nouvelles-technologies-ecran-insomnie

Ou dans un trou de terre, au choix.

Tu te crois immunisé•e ?

Désolée de te dire que ce n’est pas le cas, même que c’est Céline Martinot qui le dit. C’est le médecin coordinateur du Réseau Morphée, réseau de santé consacré à la prise en charge des troubles chroniques du sommeil.

« Certaines personnes sont plus sensibles à la lumière bleue et à la stimulation que d’autres et vont donc développer des insomnies ou mettre longtemps à s’endormir [et par conséquent avoir une plus grande tendance à somnoler pendant la journée]. »

Mais en fait, il est aussi possible que tu sois affecté•e sans le savoir. La lumière bleue impacte la sécrétion de mélatonine (qui se fait normalement pendant la nuit). Cette hormone permet à la fois l’endormissement… et le maintien du sommeil.

sommeil-nouvelles-technologies-ecran-harry

Ne pas en sécréter assez peut donc se traduire par des micro-réveils, qui viennent rompre les célèbres cycles de sommeil. Adieu bonne nuit, bonjour nuit pourrie. Et tu peux avoir ces interruptions de sommeil sans même t’en rendre compte, histoire de bien enfoncer le clou.

À lire aussi : « The Nightmare », un documentaire sur la paralysie du sommeil, a un premier trailer… terrifiant

Parmi les autres troubles, il y en a également un très courant, le trouble du rythme circadien, ou pour le dire simplement, le décalage des heures naturelles de sommeil (en général vers des heures plus tardives).

Ce trouble surgit à l’adolescence et est à ce moment-là normal, car dû au changement de « rythme » de sommeil (de celui d’enfant, à celui d’adulte).

En revanche, il n’est pas normal qu’il subsiste après l’adolescence ou se développe à l’âge adulte. En soi, le trouble du rythme circadien n’est pas forcément très grave… mais il peut poser problème en fonction de ton chronotype.

Le chronotype, c’est d’être du matin ou du soir. Si tu es du matin, tu vas te coucher relativement tôt, donc retarder ton heure de sommeil n’est pas bien grave.

En revanche, si tu es du soir, décaler ton heure de sommeil peut entraîner un manque de sommeil (rapport que le réveil du matin sonne quand même à la même heure).

Pourquoi on fait ça ?

Au-delà du fait que chiller dans son lit c’est vachement bien, en particulier devant un épisode de Game of Thrones, la sociologue spécialiste du digital et professeure à l’ISC Paris Catherine Lejealle explique que c’est aussi pour des raisons de bonne communication et de liens sociaux :

« C’est le moment idéal dans la journée pour échanger : dans une sphère privée et confortable, en temps réel puisque c’est aussi à cette heure que les autres sont pleinement disponibles. Avec les nouvelles technologies, tout le monde est synchrone et peut être en immersion [i.e. ne faire que ça]. »

Mais il y aussi une notion de personnalisation, que ne permet plus vraiment la télévision (à part en replay, mais qui est tout aussi accessible sur ordinateur).

Chacun veut pouvoir regarder ce qu’il veut, quand il le veut, et pouvoir en parler avec les autres, qu’ils soient des proches ou des anonymes.

« En réalité, l’information sert avant tout à amorcer une conversation, elle donne l’impression d’appartenir au monde et à la société, mais est en elle-même peu pertinente. L’important n’est pas d’approfondir l’information mais de savoir qu’elle existe et d’en parler. »

À lire aussi : Coca-Cola, Nutella et la « personnalisation de masse »

Et on ne va pas se mentir, c’est beaucoup plus facile de checker les infos qui passent quand on est tranquilou bilou dans son lit qu’en plein milieu d’un partiel ou de son bac blanc.

C’est aussi plus facile de regarder des contenus personnalisés sur ordinateur, tablette et smartphone, et entre nous, pourquoi se priver de le faire avec tout le confort ?

À lire aussi : Sélection de lits qui font rêver

Et euh… du coup pourquoi on est des petit•es malin•es ?

Oui, ma petite chouette attentive, j’ai bien dit que nous étions des petit•es malin•es. Simplement parce qu’il existe une solution trèèèèès simple à notre problème : les filtres à lumière bleue.

À lire aussi : F.lux, pour le bien de vos yeux (et votre sommeil)

Bien sûr, ça existe à la fois pour les smartphones et tablettes, comme Twilight sur Android et Night Shift, mise à jour contenue dans la version 9.03 d’IOS, et à la fois pour les ordinateurs avec F.lux. Et du coup y’a plus qu’à, comme dirait l’autre (mais lequel ?). Voilà pourquoi on est des petit•es malin•es.

À plus, dans le bus !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Thessia
    Thessia, Le 11 avril 2016 à 15h18

    Tippi
    Mais ... ça signifie que quand on a un affichage avec fond noir et texte blanc, il n'y a plus ce problème de lumière bleue ?
    Le noir devient rouge sombre, et le blanc rouge pâle (j'espère que ça répond à ta question, je ne sais pas si je l'ai bien comprise!)

    @Mrs.spock Oui ça marche avec windows, et c'est très simple d'utilisation ! Globalement il te faudra juste préciser ta position avec un code postal pour être sûr que la luminosité de ton écran est adaptée à la vraie luminosité. Tu as aussi l'option de régler l'intensité du filtre si tu trouves que ça te dérange trop lorsqu'il est à son max.

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)