« Souffre-douleurs, ils se manifestent », un plaidoyer contre le harcèlement scolaire

France 2 a consacré une soirée spéciale à la lutte contre le harcèlement scolaire, avec un documentaire efficace et poignant, suivi d'un débat avec la ministre de l'Éducation Nationale, Najat Vallaud-Belkacem. À revoir sur le Pluzz !

« Souffre-douleurs, ils se manifestent », un plaidoyer contre le harcèlement scolaire
Trigger Warning : cet article évoque des violence verbales et physiques, ainsi que le suicide.

« Notre fils Mattéo a été victime de brimades et de coups de la 6ème à la 4ème, du fait de sa couleur de cheveux. Il était roux. Il s’est pendu le 8 février 2013. Il avait 13 ans. »

C’est sur ces mots que s’ouvre le documentaire Infrarouge Souffre-douleurs : ils se manifestent, diffusé mardi 10 février sur France 2 à l’occasion de la journée de mobilisation contre le harcèlement scolaire.

« Est-ce qu’il s’est rendu compte de son geste ? », demande son père, brisé par le chagrin. Mais une autre question demeure : et eux, ceux qui menaient les moqueries, ceux qui y participaient, ceux qui en étaient témoin sans les dénoncer, se sont-ils rendus compte de leur geste ?

Qui sont-ils ?

Il n’y a pas de profil-type du harceleur, ainsi que le souligne Andrea Rawlins-Gaston, auteure et réalisatrice du documentaire :

«  Il n’y a pas de profil type chez les harceleurs. Tous les milieux sont représentés. Certains font même partie des amis de la victime, comme c’était le cas pour Marion [Fraisse]. Leur point commun ? Savoir créer autour d’eux une certaine popularité, embrigader les autres et empêcher quiconque de prendre la défense de celui ou de celle qui est harcelé•e sous peine d’être à son tour harcelé•e. Nous sommes vraiment confrontés à un phénomène de meute !

Pire, je pense que la majorité des gamins ne réalisent pas leur degré de cruauté. Il arrive que harceleur et harcelé•e se recontactent et bien souvent les harceleurs semblent tomber des nues, se défendant de tout acte malveillant, tant ils sont persuadés que leur comportement amusait celui dont on se moquait.

Les harcelé•e•s sont bien souvent victimes de leur différence, aussi minime soit-elle, et sans doute aussi d’une espèce de réserve ou de timidité qui les empêche de répondre à la première brimade.

Comme me l’expliquait Charlène, elle n’était pas la seule fille un peu ronde de sa classe mais, à sa différence, les autres rétorquaient. »

À lire aussi : Harcèlement scolaire : parole aux « harceleuses »

Les victimes, elles, ont toutes en commun une différence, qu’elle soit réelle ou construite. Roux, « ronde et fan de Lorie », homosexuel… À un moment donné, ces personnes ont été prises pour cibles, et n’ont plus été lâchées.

Le harcèlement scolaire n’est plus circonscrit au périmètre des établissements depuis l’avènement des réseaux sociaux. Même si certain•e•s n’ont pas l’âge minimum requis ni l’autorisation de leurs parents, ils se créent des comptes en ligne. Ainsi, Nora Fraisse a découvert que sa fille Marion, 13 ans, avait une page Facebook sous un pseudonyme.

Ne dites pas qu’il suffit de se déconnecter pour être tranquille. L’isolement est un élément clé de l’emprise des harceleurs, et ne pas pouvoir échanger par Internet ou par SMS revient à s’exclure soi-même, ainsi que le pointe la réalisatrice :

« Au départ, toutes ces nouvelles technologies sont de merveilleux outils mais, utilisés à mauvais escient, ils peuvent devenir de véritables armes de destruction. D’après Justine Atlan, la directrice de l’Association e.enfance, ils seraient trois ou quatre victimes de cyber-harcèlement à se suicider chaque année.

Marion et les plus jeunes dans le film en ont été victimes. Le problème est qu’aujourd’hui, ne pas être présent sur les réseaux sociaux, revient à s’exclure, à passer pour un OVNI. »

À lire aussi : Camille Touchard : ce que son histoire révèle sur les ados et les réseaux sociaux

infrarouge-signature-manifeste

« Il faut en parler »

Cet isolement est justement le premier obstacle à franchir pour pouvoir sortir de la descente aux enfers, au cours de laquelle ceux et celles qui témoignent dans le documentaire ont retourné la violence des autres contre eux-mêmes.

Troubles du comportement alimentaire, mutilations… jusqu’aux tentatives de suicides. Et quand ce sont les parents qui témoignent face à la caméra, c’est que leur enfant a fini par se donner la mort. Pousser un suicide un gamin de 13 ans simplement parce qu’il est roux, ce serait absurde si ce n’était pas dramatique.

« À force d’entendre que j’étais grosse et moche, j’ai fini par le croire. »

Émeline, 16 ans.

Un réquisitoire contre l’inaction des adultes

Ce documentaire, très juste dans le ton, cru sans chercher à choquer, touchant sans misérabilisme, est plus qu’un témoignage sur la dure réalité du harcèlement scolaire en France.

À mesure des interviews réalisées dans des salles de classes désertes, le plaidoyer se mue en réquisitoire contre l’inaction des adultes, de tou•te•s les intervenant•e•s de la vie scolaire. Seuls les parents des victimes semblent porter la responsabilité de ce qui est arrivé à leur enfant, se sentant coupables de n’avoir su déceler les signes.

Ils sont en colère contre l’Institution, qui ne les a pas alertés : Nora Fraisse a découvert le harcèlement de sa fille après son suicide. Ils sont en colère contre l’Institution qui n’a pas su réagir : le proviseur du collège du Mattéo répondait à son père qu’il devait « s’endurcir » parce qu’il ne vivait pas « dans le monde des Bisounours ».

Mais dans quel monde un proviseur de collège considère qu’être harcelé est une « leçon », que ça fait « partie de la vie » d’être humilié parce qu’on est roux ? Il n’y a aucune vertu pédagogique à travailler avec les élèves sur leur rapport à la différence, sur les effets de meute, sur le rôle des témoins ? Vraiment ?

À la fin, tou•te•s les participant•e•s à ce projet signent l’appel à Najat Vallaud-Belkacem, pour interpeller directement l’institution scolaire. Le harcèlement a déjà fait trop de morts.

Souffre-douleurs, ils se manifestent

Un documentaire d’Infrarouge à revoir en replay sur Pluzz jusqu’au 10 mars.


souffre-douleurs

Cliquez sur l’image pour suivre le lien

Les réactions de Najat Vallaud-Belkacem

La diffusion du documentaire a été suivie d’une table ronde en présence de Najat Vallaud-Belkacem, Justine Atlan, présidente de l’association e-enfance, Jean-Pierre Bellon, co-fondateur de l’Association pour la prévention du harcèlement entre élèves, ainsi que Sylvie Capiaux, la mère d’Émeline.

La ministre est revenue sur le retard accusé par la France dans la lutte contre le harcèlement scolaire, en réaffirmant sa volonté de le combattre (lire ci-dessous sa lettre adressée à l’ensemble de la communauté éducative).

Justine Atlan a souligné qu’il était possible aujourd’hui de faire fermer très rapidement des comptes Facebook, Twitter, YouTube, Instagram etc., grâce aux relations privilégiées qu’entretient l’association avec les sièges français de ces entreprises.

E-enfance a les moyens de faire cesser rapidement le cyber-harcèlement. L’Éducation Nationale a d’ailleurs développé un partenariat avec eux dans le but de sensibiliser les enfants dès la sixième aux usages des réseaux sociaux.

J’ai pu assister à une séance, et je dois dire que l’atelier était extrêmement pertinent et adapté à l’utilisation que font ces enfants des sites Internet ; il n’était pas question de leur dire « ne postez rien en ligne », mais plutôt de les amener à s’interroger sur les conséquences, de les sensibiliser aux sanctions judiciaires auxquelles ils s’exposent en harcelant quelqu’un en ligne, et tout simplement à réfléchir avant de poster, partager quoi que ce soit. (Lire le compte-rendu ci-dessous).

À lire aussi : La lutte contre le cyber harcèlement est en bonne voie dans les écoles françaises

Harcèlement scolaire : briser le silence

Le débat en présence de Najat Vallaud-Belkacem, à revoir en replay sur Pluzz jusqu’au 10 mars.

infrarouge-table-ronde-nvb
Cliquez sur l’image pour suivre le lien

Lettre de Najat Vallaud-Belkacem à l’ensemble de la communauté éducative :

« Madame, Monsieur,

Je m’adresse à vous aujourd’hui pour mobiliser l’ensemble de la communauté éducative contre le harcèlement.

Depuis maintenant deux ans, nous avons accompli un travail important en terme de sensibilisation, de prévention et de formation des personnels pour lutter contre ce fléau.

Mais ce n’est pas suffisant, 700 000 élèves souffrent de harcèlement, et parmi ceux là, 383 000 souffrent d’un harcèlement sévère.

1 élève sur 5 a connu de la cyberviolence, c’est pour cette raison que je m’adresse à vous ce 10 février, « jour de l’internet sans crainte ».

Nous devons poursuivre le combat contre ce mal qui crée chez les élèves des blessures dont il arrive qu’ils ne se relèvent pas ou très difficilement.

La loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes du 4 août 2014 reconnait le harcèlement moral comme un délit.

Mais le rôle de l’école est en premier lieu de prévenir, je tenais à vous rappeler l’existence des très bons outils développés par la mission ministérielle de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire et qui sont à votre disposition sur le site :

Agir contre le harcèlement à l’école

Vous pouvez également vous appuyer sur les 250 référents harcèlements qui existent, il y en a forcément plusieurs dans votre académie.

Mais ce n’est pas suffisant et nous devons aller encore plus loin.

Nous allons accentuer nos efforts dans le premier degré en mettant en place un parcours de formation continue M@gistère pour accompagner les enseignants et mieux les armer pour prévenir les situations de harcèlement.

Nous allons également mettre à disposition des élèves, des familles et des personnels, des ressources qui faciliteront l’accès des victimes à un soutien efficace et de proximité.

Enfin, nous disposons actuellement de deux numéros verts pour apporter de l’aide aux victimes, nous allons développer un numéro à 4 chiffres qui rendra plus facile l’accompagnement des familles et nous allons mobiliser l’ensemble de nos partenaires sur un sujet qui dépasse largement les murs de l’école.

Parce que le problème est important et qu’il est vital que nous le prenions tous à bras le corps, je sais pouvoir compter sur vous.

Najat Vallaud-Belkacem
Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche »

harcelement-scolaire

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 45 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Neverland90
    Neverland90, Le 13 février 2015 à 15h04

    Je n'ai jamais été victime de harcèlement et je n'ai jamais harcelé des gens mais à une époque, j'ai bien faillit être harcelé comme j'étais dans une période très noire de ma vie, mon tempérament était vicieux et assez violent, j'avais des sautes d'humeur, un jour j'étais naïve, timide, j'osais pas me défendre et le jour d'après c'était le contraire avec un caractère très vicieux. Du coup, ceux ou plutôt celui qui a essayé de me harceler ne savait plus trop sur quel pied dansé. Et il a laissé tombé. J'ai eu de la chance de trouver un groupe d'amies aussi. Pour ceux qui étaient harcelés, si je le voyais, en général j'allais les voir à la pause midi (la pause midi car en récré j'étais toujours au CDI) pour leur proposer de manger avec moi & mon groupe de deux amies qui ne pratiquaient par le harcèlement mais qui comme moi auraient pu l'être. Malheureusement, certaines avaient été tellement harcelé qu'ils préféraient mangés seul par peur des autres. Ils se repliaient sur eux-même. A l'époque j'étais immature alors je n'insistais jamais ou je n'essayais pas de les comprendre plus et du coup je n'allais plus le voir. Aujourd'hui je regrette de ne pas avoir insisté un peu plus, je n'est pas non plus fait énormément d'efforts.
    Mais, pour moi les harceleurs savent ce qu'ils font. Je ne peux pas leur trouver des excuses passés leur 12 ans. Ils savent faire la différence entre ce qui est bien et mal. Surtout plus tard quand ils en parlent encore

    Spoiler: TW conversation "anciens" harceleurs
    Donc pour moi, les harceleurs savent ce qu'ils font, ils choisissent d'occulter le ressenti personnel de leur victime pour leur propre plaisir personnel. Et en plus ils ont cette curiosité malsaine de se renseigner sur ce que devient la victime.
    Pour les harceleurs qui reprennent contact avec les harcelés, c'est très bizarre, moi j'y vois une curiosité malsaine. Et j'ai remarqué aussi que beaucoup de victime ont des "trous noirs" de cette période, qu'elles ont un peu oubliés ce qu'elles faisait à cette époque. C'est bien la preuve que l'impact psychologique est énorme et ne doit pas être sous-estimé.

Lire l'intégralité des 45 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)