Le guide de survie à Paris (pour les fauchés)

Par  |  | 17 Commentaires

Qui a dit qu'il fallait être riche pour s'amuser à Paris ? Une parisienne vraie de vraie te donne tous ses trucs pour économiser de l'argent quand on y vit.

Le guide de survie à Paris (pour les fauchés)Photo d’illustration : Rafael Kellermann Streit

Pour survivre à Paris, deux solutions sont possibles :

  • Être riche.
  • Être rusé•e et connaître une multitude de bons plans.

Bon, je n’ai malheureusement pas hérité de quelques millions. Et en plus de ça, j’ai décidé de faire carrière dans un milieu, hum, difficile.

La conséquence, c’est que j’ai été forcée de développer quelques skills pour sauver ma money et vraiment kiffer ma petite vie ici.

Comme je sais que je suis loin d’être seule dans cette situation, je me suis dit que ça serait chouette de te les partager.

Moi, grande seigneure des fauché•es

Suis le guide !

Trouve des supermarchés VRAIMENT moins chers pour économiser de l’argent

Cela peut sembler évident, mais on ne connaît pas forcément TOUTES les adresses de son quartier (et par toutes, je parle des adresses pas chères). À ce jeu là, Google Map et les avis laissés sont carrément tes amis.

Au delà des magasins Discount, les prix peuvent pas mal varier d’un quartier à un autre. Mes courses dans le 19ème coûtent environ 20% moins chères que celles que je fais dans le 11e, parfois en me rendant dans la même ligne de magasin !

Donc si c’est la dèche, pense que ça le sera peut être moins en prenant le métro, voire même en organisant un convoi vers un hypermarché discount de banlieue. Je pense par exemple à l’énorme Carrefour situé au Millénaire, juste après le périphérique, entre la ligne 7 et la 12.

Économise de l’argent en évitant les circuits habituels de grande distribution

Il y a de nombreux marchés à Paris. Les fruits et légumes y sont moins cher, et si tu t’y rends à la fin, tu pourras négocier des prix encore plus bas (voir glaner des produits jetés).

Et si tu veux sortir encore plus du circuit classique, tu peux également penser à fouiller les poubelles des supermarchés. La pratique n’est pas forcément acceptée partout, mais en bas de mon ancien appart, je voyais tous les jours des gens se servir dedans.

Il y a aussi de nombreux jardins partagés où tu peux faire pousser tes propres légumes.

Enfin, pense aux AMAP, un système qui te livre toutes les semaines des légumes à un prix fixe. Certaines font un prix spécial étudiant•es, et ça peut devenir très intéressant financièrement.

Ok, mais comment sortir au resto quand tout coûte une blinde à Paris ?

Là, j’avoue que ça va être chaud si tu ne peux pas dépenser plus de 7/8 euros. Il existe des adresses où on peut avoir un (petit) plat en ne payant que la boisson. 

Il y a aussi de très rares restaurants vraiment peu chers (les cantines associatives sont tes amies).

Alors là, tu vas peut être me demander de filer les adresses, mais c’est ça le truc : ce genre de lieu est à découvrir en explorant son quartier ! C’est souvent difficile de les trouver sur les sites, c’est plutôt par le bouche à oreilles que ça se repère.

Sinon, elles ont très vite trop de succès, et les prix augmentent, et… ce ne sont plus des bonnes adresses ! Mais pour te lancer dans la chasse aux bons plans, tu peux commencer par des sites qui cartographient les meilleurs prix, comme par exemple mistergoodbeer.

Sinon, le pique-nique est roi. Pour les spots, c’est en fonction de ce qui t’arrange : les quais de la Seine, ceux du canal Saint Martin, ou bien un parc comme celui de Montsouris. Et s’il fait trop froid pour aller dehors, certains bars acceptent que tu amènes ta propre nourriture de l’extérieur.

Boire de l’alcool pour pas cher à Paris

Arrêtons la légende des pintes exclusivement à 8€ à Paris.

Les bars accessibles existent aussi. Le moins cher que je connais propose actuellement une pinte à 2€50 (ça se passe au Taquet, 19 Rue Bleue dans le 9ème arrondissement, et c’est à deux pas de la rédac’, c’est pour ça que je partage).

À part ça, garde surtout en tête les horaires d’Happy Hour. ! C’est aussi un bon moyen de trouver des pintes à 3€ dans tes quartiers préférés !

Sinon, tu peux aussi user et abuser de techniques de fourbes du genre :

  • Boire chez toi avant de partir en soirée 
  • Planquer une bouteille dans ton sac avant de partir et re-remplir tes verres avec dans les bars ou boite (les vrais te conseilleront de transvaser l’alcool dans une Pom’Potes ou dans un autre récipient insoupçonné)
  • Te faire payer des verres par des ami•es riches (mais ça implique d’avoir des ami•es riches et de t’en branler d’être entretenu•e par quelqu’un d’autre)
  • Boire avec modération. C’est toujours un bon conseil, écoute.

Oh, et tant qu’on parle de faire la fête, un conseil : les plans « gratuits pour les filles » sont souvent foireux. En revanche, plein de très bons clubs parisiens proposent régulièrement de bonnes soirées gratos.

Te loger à Paris (sans y perdre un rein, un bras et signer avec le diable)

Quiconque a un jour dû chercher un logement à Paris a été confronté aux prix excessifs et à la difficulté d’accès au logement. Bon, je m’en suis toujours sortie par bouche à oreille, mais sinon n’hésite pas à penser…

  • Aux résidences étudiantes et résidences jeunes travailleurs
  • Aux colocs 
  • Aux colocs avec des personnes âgées 
  • Aux sous-locations (Ce n’est pas forcément légal mais Paris est le royaume de la sous-location, j’ai moi-même vécu un an et demi en sous-location et c’était très très chouette)
  • Aux squats (si tu as des contacts)

En bref à tous les circuits parallèles : le système classique n’est vraiment pas bien adapté aux profils qui sortent du moule.

D’ailleurs, si ton appart te coûte trop cher, n’hésite pas à le sous-louer (de manière légale) quand tu pars en vacances.

Bon courage !

À lire aussi : 4 choses à ne plus jamais dire à quelqu’un qui cherche un appartement à Paris

Se déplacer pour par un rond à Paris

L’Île-de-France est parcourue par des transports en communs. Pour des trajets longs, il n’y a malheureusement pas le choix.

Mais pour d’autres, pense au vélo. Il y a beaucoup de pistes cyclables à Paris, c’est pratique et l’abonnement vélib n’est pas cher du tout (à partir de 19€ par an). Pendant toute la période où j’étais au chômage ou très mal payée, je ne prenais pas les transports, je faisais tout à deux roues.

Le plus étonnant, c’est que ça va souvent plus vite que le métro !

Paris, ville de l’embrouille et du système D

Je sais que quand on débarque, tout peut sembler VRAIMENT trop cher à Paris.

Rassure-toi : tu n’es pas le ou la premier•e jeune fauché•e à mettre les pieds ici. Tous les ans, des milliers d’autres étudiant•es viennent vivre dans cette ville, ces personnes ne sont pas tou•tes issu•es de milieux aisés… Et elles survivent !

Il est généralement possible de s’en sortir correctement. Il faut juste prendre de nouveaux réflexes. Alors ouais, ça passera peut-être par acheter tes meubles chez Emmaüs, mais en même temps, le style brocante est à la mode, non ?

Des gros bisous et bon courage. Tu peux le faire !

À lire aussi : Une journée pas chère à Paris


Anouk Perry

Anouk est rédactrice Sexe, Société et Feel Good ! Sa devise dans la vie ? YOLO. Si elle a l'air d'avoir un balai dans le cul, ne vous inquiétez pas. Il s'agit en fait d'un aspirateur.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Cilece
    Cilece, Le 7 août 2017 à 19h57

    @As Le Bol oui merci!

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!