4 choses à ne plus dire aux gens qui cherchent un appartement à Paris

Tu cherches un appartement à Paris ? Soit tu as déjà entendu ces phrases, soit tu vas beaucoup les entendre. Force, courage, et puissent les dieux de l'immobilier te refiler très vite un trousseau de clefs.

4 choses à ne plus dire aux gens qui cherchent un appartement à Paris

Le 4 juillet 2017

C’est la saison, celle des tongs, de la crème solaire et des verres en terrasse, mais aussi celle des recherches d’appartement. C’est le chassé-croisé des locataires qui partent et qui arrivent, des étudiantes qui quittent la capitale ou qui s’y installent.

Et j’ai remarqué, au fil de mes mois passés à la capitale, une typologie de réactions relou à une recherche d’appartement à Paris.

Voici donc 4 choses à ne PLUS dire aux gens qui cherchent un appartement à Paris. Nous partirons de la demande classique d’une jeune femme :

« Cherche appartement à Paris, 20 m² ou plus, 850€ max., idéalement intra-muros ou proche banlieue, non-meublé ! Dossier et garant. »

Chercher un appartement à Paris : « en province tu as une maison pour ce prix »

Je commence direct par LE truc le plus relou car j’en ai gros.

On SAIT qu’en province c’est moins cher. On est au courant.

À Lyon, je payais le même prix, à l’euro près, que pour mon studio parisien de 26 m², et j’avais un magnifique 75 m² traversant avec parquet, deux chambres, salon et même UNE FOUTUE BUANDERIE.

Et je l’oublie pas, croyez-moi.

Environ les soirées dans mon salon lyonnais.

Est-ce que je décide des tarifs parisiens ? Est-ce que me rappeler qu’en province, la vie est moins chère va changer quoi que ce soit à ma situation ?

Non.

À lire aussi : Les petits appartements, leur UNIQUE avantage… et leurs inconvénients — Le dessin de Cy.

Est-ce que quand vous cherchez une bonne âme pour vous covoiturer de votre ville à Paris pour moins de 50€, je vous réponds « Ah bah fallait habiter ici, le métro c’est moins de 2€ » ?

Non.

Soyez cool, ça n’a absolument aucune répercussion positive de voir qu’on a des réponses à sa demande et que la moitié consiste à dire « Dis donc, c’est cher ».

ON LE SAIT CAR C’EST NOUS QUI ALLONS PAYER.

À lire aussi : Sophie Riche vous aide (en vidéo) à trouver un appartement !

Chercher un appartement à Paris : « En même temps, pourquoi habiter à Paris ? »

Pourquoi habiter dans une ville aussi chère ? Pourquoi jouer le jeu du système immobilier parisien en payant ces loyers exorbitants ?

C’est joli mais ça ne suffit pas

Petite liste de raisons diverses et variées de vivre à Paris :

  • Parce que notre emploi est à Paris
  • Parce que nos amies sont à Paris
  • Parce que notre moitié est à Paris
  • Parce que notre famille est à Paris
  • Parce que notre établissement scolaire est à Paris
  • Parce qu’on a envie de vivre à Paris

Remarquez, dans cette liste, l’absence de :

  • Parce qu’on aime vraiment beaucoup payer 800€ un studio

Les raisons d’emménager dans une ville sont multiples, et on a pas toujours le choix. On fait avec les contraintes.

Quand j’ai bougé de Lyon à Paris, ce n’était pas par amour des studios hors de prix et du métro qui sent le pipi.

C’est parce que je voulais continuer à travailler chez madmoiZelle, et que je ne pouvais pas manager une équipe à distance.

Beaucoup de mes amies ont fait des études et/ou mené des stages transformés en CDD ou CDI à la capitale. Elles n’avaient pas forcément Paris dans leur ligne de mire, mais les boulots s’y concentrent dans certains secteurs.

Et puis on a le droit, tout simplement, de vouloir vivre ici sans qu’on nous rappelle perpétuellement que « c’est trop cher ».

Car, au risque de me répéter… On le sait !

À lire aussi : Les loyers parisiens restent trop chers, malgré la loi d’encadrement des prix

Chercher un appartement à Paris : « Va voir sur SeLoger.com ! »

Cette réplique fonctionne pour toutes les recherches, en réalité, mais je ne l’ai jamais autant entendue qu’à Paris.

« Va voir sur SeLoger, LeBonCoin ou PàP ! ?  »

« Eh, c’est lui, c’est Captain Obvious »

Ok je suis désolée, je pense que ça part d’une bonne intention mais c’est un peu comme si, à quelqu’un qui cherche un job, vous répondiez :

« Va voir sur Pôle Emploi »

À lire aussi : Comment survivre à Pôle Emploi ?

Trouver un appartement dans une grande ville, et encore plus à Paris, ça nécessite de TOUT mettre en œuvre.

Si on fait un tweet ou un statut Facebook, a priori ce n’est pas qu’on compte sur cette seule option pour trouver la perle rare !

Donc on a probablement des alertes e-mail dans tous les sens, des notifications sur notre téléphone, voire un marabout en ligne directe pour nous aider quand on voit LE studio de nos rêves (à seulement 720€, une affaire) (ouin).

À lire aussi : Les jeunes, de plus en plus précaires, reviennent chez leurs parents

Chercher un appartement à Paris : « Moi je loue une maison en grande banlieue si tu veux ! »

Eh bah super, c’est pas du tout ce qui est demandé mais super.

Ah oui parce qu’en Île-de-France, être intra-muros, en proche banlieue ou en grande banlieue, ça veut parfois dire faire 20 minutes, 45 minutes ou 1h30 de trajet ALLER SIMPLE pour se rendre au travail / en cours.

À lire aussi : Lettre ouverte à la dame du RER B qui m’a redonné foi en moi

Je schématise, mais vraiment, quelqu’un qui cherche un studio dans la capitale ne sera probablement pas intéressé par cette chambre dans votre grande coloc à Bois-le-Roi.

Soit à LITTÉRALEMENT 50 bornes de Paris.

Voilà, j’arrête de râler, j’avais besoin d’extérioriser. Bon courage à toutes celles et ceux qui cherchent un logement, à Paris comme ailleurs, et je lève mon verre à un futur avec des studios à moins de 500€.

Intra-muros, tout à fait. Laissez-moi rêver.

À lire aussi : Tu cherches un appartement à louer ? Pas de panique, on vient t’aider !

Mymy

Mymy

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle et gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Lolk

C'est comme ça dans toute la France, pas seulement à Paris.



Oui et non. Les élèves sont meilleurs, pas l'instruction. Les élèves réussissent davantage aux concours parce que les profs qui exercent en lycée connaissent les profs prépa, qui eux-mêmes connaissent le profs de l'X ou de l'ENS, donc ceux qui peuvent fournir le formatage optimal pour réussir les concours. Ajoutez à cela le fait que les sièges des plus grandes entreprises et des grandes administrations sont à Paris, forcément on a la plus grande concentration de gamins ultra-favorisés de France + attirent les meilleurs élèves de France, qui vont dans ces prépas justement parce que les taux d'accès aux grandes écoles y sont hauts.

La réussite des élèves des lycées et prépa parisiennes n'est pas liée à la qualité de l'instruction. J'ai étudié en prépa à Lille et les profs qui partaient enseigner à Paris n'étaient pas les meilleurs, mais ceux qui avaient le plus de réseau (c'étaient d'ailleurs les plus merdiques du point de vue contenu des cours et pédagogie). Mes potes qui ont étudié à Paris dans des prépa et écoles prestigieuses (Ste-Geneviève ; Stanislas ; Louis le Grand ; l'ESSEC ; Centrale ; ENS Ulm ; Henri IV ; Chartes ; ENA avant que vous me disiez que c'est un cas particulier) m'ont tous dit que leurs profs étaient parfois connus, souvent normaliens mais que leurs cours étaient souvent pourris et qu'on les laissait se "former" seuls le plus souvent, le plus gros est en fait fait en prépa par le travail personnel des élèves. Il y a de nombreux articles sur la qualité assez déplorable des cours de l'ENA si vous en cherchez, mais c'est la même chose ailleurs. Exception faite peut-être de Polytechnique qui donne une méthode de réflexion assez inédite en France. Il y a aussi de bons profs, mais dans la même proportion qu'ailleurs.
Les prépa parisiennes sont aussi les meilleures car elles drainent les meilleurs élèves du pays, qui cherchent tous à aller dans ces prépa justement parce qu'elles font entrer

Aujourd'hui je suis prof en Picardie et les collègues qui sortent de l'ENS ou de l'académie de Paris pour atterrir chez nous arrivent avec un complexe de supériorité énorme (je cite "Vous avez de la chance de m'avoir comme enseignant, je viens de région parisienne" ; "Ma classe part en sortie mais c'est toi qui les aura en charge parce que mon train est trop tôt" sachant qu'on a obligation d'habiter proche de notre lieu d'exercice, "Je ne peux pas venir au conseil de discipline parce que c'est juste un gamin sans avenir", "De toute manière, les gamins, ici..."x1000, "Je n'ai pas pu corriger tes bacs blancs parce que mes copies de prépa étaient plus urgentes" etc etc , entendu chez tellement de collègues qui passent un ou deux ans puis repartent) et derrière ne font absolument rien pour leurs élèves : ils les font gratter bêtement, ne font aucun projet ou aucune sortie, ne rencontrent pas les parents, ne font pas de tutorat, pas d'accompagnement personnalisé, etc.
Je précise que les profs parisiens ne sortant pas des écoles prestigieuses ne sont pas comme ça, ils sont généralement vraiment super et franchement vouloir retourner vivre en région parisienne avec un salaire de prof... J'admire ceux qui le font, la plupart restent cependant ailleurs pour la qualité de vie.

Donc le discours de : "les lycées et prépas parisiens sont meilleurs", c'est faux. Les élèves y sont meilleurs, car ils drainent des zones ultra-favorisées proches et les meilleurs élèves plus éloignés.
[/QUOTE
J arrive un peu après la bataille.
Il y a des classes à un seul niveau dans toutes les villes et pas seulement à Paris en effet mais pas forcement à la campagne. J'habitais dans un village de 250 habitants, les écoles étaient organisées entre nos 3 villages de 300 habitants, quand j étais à l école on était 2 niveaux par classes (2003-2010), ce qui n est pas forcement mauvais ça a ses avantages, quand ma soeur y est allée, ils étaient 3 niveaux par classe (2011-2016) maintenant ils sont à 4 niveaux par classe! 4 p** de niveaux (25 élèves en tout), je pense que même le meilleur prof ne peux pas faire un cours aussi bien que face à un seul niveau. Nos mères ont du batailler pour un service de garderie, de cantine scolaire.... Je me suis mal exprimée la différence n est pas au niveau paris/province mais ville /campagne. On a des plus grandes maisons (parfois) mais l éducation à la campagne est pas tjrs au top...
Et à Paris je pense que tu/vous as raison, les élèves sont meilleurs par sélection mais ce qui permet aux profs de faire largement du hors programme et d entamer le cours de prépa. Un élève de niveau égal à l entrée du lycée aura selon moi plus de chances d intégrer une grande école s il sort du lycée Henri IV que du lycée d une ville de 20 000 habitants.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!