Carte postale de Perth, en Australie — Curiosités et paysages (3/3)

Après nous avoir présenté l'histoire et la culture de Perth, Romilly conclut avec un tour d'horizon des animaux à aller caresser (ou pas), et des endroits à ne pas rater !

À lire aussi : Carte postale de Perth, en Australie (1/3)

La ville n’est pas tout à Perth et en Western Australia : les « spécialités » du pays peuvent s’y apprécier à plusieurs niveaux. Alors, au lieu de vaches, de rats ou de pigeons, Perth propose plein de bêbêtes plus ou moins cool à observer, et plein de coins à ne pas rater !

Le bestiaire de Perth et ses alentours

Perth est une grande ville : il y a environ 1,9 million d’habitants. Mais ça, c’est sans compter les « vrais » Australiens : les animaux ! Même en ville, vous pourrez croiser des pélicans (c’est gros ces machins-là, mais ça aime bien taper la discut’ tôt le matin), d’horribles araignées de taille un peu trop importante à mon goût, et évidemment plein de pigeons, qui partagent le devant de la scène avec les mouettes, pas farouches, qui n’hésiteront pas à voler votre nourriture alors même que vous êtes à côté d’elles — ce qui explique que je n’ai jamais fini mon gâteau d’anniversaire de mes 14 ans ! J’en suis encore traumatisée.

Ce qui surprend, c’est l’absence de chiens errants dans la ville et ses alentours (soit ils ont une très bonne SPA, soit les Australiens ont oublié d’importer les chiens en croyant que les dingos suffiraient). Par contre, pour l’œil avisé, les couples de perruches roses et grises sont à portée de vision, et quand ils se regroupent en famille le soir sur les arbres, c’est assez impressionnant.

À partir des zones résidentielles, il faut également faire très attention, notamment le soir : si toutes les voitures de Perth ont des pare-buffles, ce n’est pas parce qu’il y a des buffles en liberté partout… Non, c’est parce que le kangourou est le rat d’Australie dans cette région.

Ils sont tellement fréquents et en surpopulation qu’on peut en écraser/renverser/envoyer valser un la nuit (voire le jour !) assez fréquemment ! Considérés comme des nuisibles à haute échelle, notamment par les agriculteurs, les kangourous sont ramassés le jour par la voirie municipale… et chassés, avec leurs cadavres exposés sur des étendoirs derrière de gros camions, plus loin dans la campagne. Ça fait un choc quand on sait que l’Australie est le pays des kangourous mignons.

Ah, et si vous voulez caresser un kangourou, il n’y aura que dans les parcs qu’ils se laisseront approcher — et encore : seulement si vous leur donnez à manger.


Attention, vache kangourou dangereux !

Sinon, payez-vous le voyage jusqu’à la côte Sud, on y voit des baleines l’hiver !

À lire aussi : L’Australie, le pays qui aura votre peau

Petit rappel météorologique : l’hiver est en juillet-août, pas en décembre-janvier ! Sur Perth même, le climat est méditerranéen ; la température tombe rarement (de jour) en-dessous de 15°C et ça monte jusqu’à 45°C l’été (en février, par exemple, qui est le mois le plus chaud). Mais en été, le Fremantle Doctor (nom du vent venant de la côte et de Fremantle) souffle sur Perth pour la refroidir parfois jusqu’en-dessous de 30° !

Le Perth touristique : qu’y faire ?

  • King’s Park and the Botanic garden

Situé à Perth Ouest, pas très loin de la City, cet énorme parc est gratuit. Il peut accueillir les amateurs de pique-nique, les familles (plusieurs aires de jeu sont à disposition), ceux qui veulent voir Perth de haut, les célébrations du 26 janvier (l’Invasion Day, le jour où le drapeau a été levé pour la première fois en Australie) avec les vieux canons qui tirent sur la Swan River…

Mais on trouve aussi à King’s Park de nombreux mémoriaux… et tout ce qui entoure la culture australienne : des parcours pour découvrir la culture aborigène sont proposés, ainsi que des expositions à thèmes, des trajets « nature » pour que les enfants puissent découvrir la vie sauvage en « vrai », des boutiques, un jardin botanique de grande envergure, etc.

King’s Park sous le soleil australien

De plus, de nombreux animaux ont élu domicile dans le parc en lui-même, et il peut arriver d’en croiser dans les recoins les moins assaillis de promeneurs ! Il y a trop à découvrir dans ce parc pour le faire en une seule fois, donc prenez votre temps.

  • Les musées

Les musées de Perth sont en général gratuits lorsqu’ils sont financés par l’État. On y retrouve le Western Australian Museum (qui précise que si vous avez envie de donner cinq dollars, il ne faut pas hésiter…), qui propose de tout : peintures du bush australien, expos sur les dinosaures, les trésors cachés d’Afghanistan (si si), etc.

Vous avez également plusieurs autres musées gratuits dans le centre-ville, allant de la peinture contemporaine aux oeuvres tribales, en passant par les améthystes de la Reine Victoria et les dents du requin des Dents de la Mer. Au moins.

L’Art Gallery semble un peu moins moderne, et pourtant…

Sinon, pas très loin, vous avez l’Art Gallery of Western Australia qui expose des grands peintres du monde entier. Et également le Perth Institute of Contemporary Arts. Ils sont eux aussi gratuits !

À lire aussi : 5 musées flippants à (ne jamais) visiter

Dans les différentes banlieues et dans le centre-ville, il y a également un musée de l’aviation (Aviation Heritage Museum à Bull Crick, Great Perth), le musée de l’éducation et de l’héritage des pompiers (Old Perth Fire Station, Irwin Street), la prison The Perth Gaol (gaol étant le vieux mot pour jail, prison) sur Beaufort Street, le musée de Subiaco, le Berndt Museum of Anthropology, etc.

On peut aussi voir le Grand opéra de Perth (His Majesty’s Theatre au coin de Hay Street et King Street) ou son pendant actuel, le Perth Concert Hall, les « sculptures by the sea » (la plus grande exposition de sculptures en extérieur en Australie)…

  • La London Court, un voyage dans le temps

Impossible de la rater : elle est dans Hay Street, en plein centre-ville, à côté des grandes galeries commerciales et des rues piétonnes larges et claires.

C’est une rue à l’architecture élizabethienne (soit des vieilles pierres, des colonnades, des fenêtres à croisement, et d’autres choses très romantiques) où pendent les pancartes de bois annonçant les échoppes. On y trouve des statues un peu partout (pensez à lever les yeux : il y a des surprises sur les rebords de fenêtres et les toits !), et c’est le royaume des souvenirs à acheter.

L’ambiance est totalement anachronique : les fans de Doctor Who y retrouveront la saveur d’un voyage temporel.

  • Le zoo !

Pour les petits et les grands, Perth réserve de nombreuses surprises pour améliorer les après-midis un peu vides. Pourquoi ne pas visiter le zoo ? Le prix d’entrée est élevé (27$ soit environ 19€), mais il en vaut la peine. Il vaut mieux arriver le matin et n’en repartir que le soir !

  • Le Caversham Wildlife Park, mon petit chouchou

C’est loin de Perth (un train, deux bus ou une heure de voiture), mais ça en vaut vraiment la peine. Situé au milieu d’un parc naturel, le CWP coûte 18€ pour un adulte et 13€ pour un étudiant… et les vaut VRAIMENT.

Là-bas, vous pouvez nourrir les kangourous, caresser les koalas, bercer un wombat qui vous rotera dessus en dormant, et vous promener au milieu des animaux. La belle vie. Bon, par contre, le cri du koala est décidément très moche.

  • L’Aquarium de Perth

Il est ouvert pour 21$ (15€) pour les étudiants. En plus d’un aquarium bien fourni, le centre propose (contre rétribution évidemment) d’autres aventures, comme aller plonger avec les requins, aller voir les baleines, etc.

Les prisons et autres balades des alentours

Dans la zone de Perth, Fremantle (ville-banlieue de Perth et port important) est à visiter impérativement. Là-bas, non seulement il y a le port et les inévitables musées de la marine, mais aussi des musées comme le Fremantle Art Center, et surtout la grande prison où les bagnards anglais atterrissaient lors de leur arrivée en Australie — et on peut y tester le pilori et le carcan !

Ils sont également spécialisés en boutiques d’art aborigène et un énorme marché « baba-cool » est ouvert au centre de la ville. De quoi passer une ou deux bonnes journées à se promener !

Il y a aussi Rottnest Island. Bon, je vous le dis tout de suite, si vous avez le mal de mer et que vous ne savez pas faire de vélo (comment ça, je parle d’expérience ?!), ça ne sert à rien d’y aller. Si vous êtes accompagnés, forcés, ou que vous ne souffrez ni de mal de mer ni de mal de vélo, lancez-vous !

Rottnest Island est une petite île (11km sur 4,5km) à 17km de Perth. On y va par le ferry depuis le port de Perth même, et le voyage dure entre « une éternité » et « beaucoup trop longtemps pour mon estomac », soit entre 25 et 45 minutes selon le temps, le point de départ et l’état du navigateur.

L’entrée sur l’île vaut 16$ (13€), et ensuite il faut louer des vélos et partir à l’aventure. Outre des paysages superbes et de petites criques où on peut se baigner tranquillos, c’est aussi l’endroit pour trouver des quokkas, un mélange entre un rat et un kangourou (vraiment trop mignon). L’appareil photo est de rigueur, même si cela fait des années qu’aucun aborigène ne vit plus là, et que les colons blancs ont envahi l’île, notamment pour qu’elle serve de prison pendant la seconde Guerre Mondiale.

Y a pas de rats, mais y a des quokkas !

Pour ceux que les aborigènes passionnent ou intriguent, il y a mille choses à faire pour dépasser leur situation compliquée dans la société pseudo-européenne australienne. Pour cela, des centres d’études et touristiques sont ouverts un peu partout pour que les différentes tribus présentent leurs coutumes, leur art et leur culture aux étrangers.

C’est dans un de ces centres que j’ai appris la danse du Papillon… qui s’est transformée en danse de l’Eléphant selon mon charmant professeur local !

Parlons bien, parlons bouffe

Pour revenir brièvement sur Perth même et satisfaire l’estomac vide qui gronde depuis que vous avez fini les attractions du jour, je vous propose l’Old Shangaï : c’est une galerie couverte où on trouve plein de restos dont toutes les tables se trouvent au milieu de la galerie.

Le principe, c’est que tu vas t’assoir où tu veux, et les assiettes seront reconnues par les restaurants grâce aux motifs. On mange pour environ 2$ (1,20€), c’est très copieux, et surtout c’est là j’ai appris à manger avec baguettes car, comme son nom l’indique, la galerie regorge de petits restos asiatiques – et quelques australiens/italiens.

En conclusion…

Enfin, sur Perth et alentours, la plage est un incontournable !

Par contre, ne visitez pas une ville nommée Wagin. C’est la ville du mouton, où l’hôtel est une sorte de saloon délabré, genre Far West, et elle est peuplée de gens possédant des moutons et d’ouvriers saisonniers. La ville se situe à plus de 200km de Perth, et vous vous demandez donc ce que ce conseil fait là… Simplement parce que si vous avez les moyens de prendre une voiture, bougez ! Mais pas là.

Si ça peut vous donner une idée de l’ambiance.

Pour finir, un dernier conseil : si vous devez louer une voiture, un logement et vous éclater, prévoyez que vous risquez de dépasser votre budget initial autorisé à l’étranger ! Parlez-en à votre banquier avant de partir afin de vérifier les plafonds de vos comptes !

Et surtout… Profitez de Perth, que cette longue carte postale vous aura, je l’espère, donné envie de découvrir !

Tous les articles de Romilly :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Il n'y a pas encore de commentaire