Live now
Live now
Masquer
Wonka / Timothée Chalamet // Source : WB
Culture

Wonka : le spin-off de Charlie et la Chocolaterie ne brille que grâce à Timothée Chalamet

Ce mercredi 18 décembre, l’un des films les plus attendus de l’année est sorti au cinéma. Spin-off de Charlie et la Chocolaterie racontant l’enfance de Willy Wonka, le film est une véritable valse d’humour, de magie et de candeur. Malheureusement, son énergie s’éteint rapidement au point de ne laisser place qu’à une évidence : étoile aux yeux toujours brillants, Timothée Chalamet est la révélation du film.

Le pari de s’inscrire dans l’héritage de l’indétrônable Charlie et la Chocolaterie était risqué et aurait pu tourner à la catastrophe.

Si Wonka parvient à construire son propre univers et évite l’écueil de coller au film de Tim Burton, cela ne lui suffit pas pour construire une aventure, des personnages, des lieux et toute une mythologie marquante.

De ce spin-off, il ressort une sorte de joyeux remue-ménage, amusant mais vite oubliable, un peu ennuyeux mais pas méchant. Les décors, le scénario, les effets spéciaux, les chansons, la mise en scène… De tout cela, on ne retient à peu près qu’une chose (que l’on savait déjà) : Timothée Chalamet est un grand acteur.

Wonka, de quoi ça parle ?

Depuis qu’il est enfant, Willy Wonka rêve d’ouvrir une boutique pour vendre ses fabuleux chocolats dans la prestigieuse Galerie Gourmet. Alors qu’il cherche un endroit où dormir, il se fait piéger par deux tenanciers d’hôtel véreux dont on découvre qu’ils capturent leur client pour les exploiter toute leur vie. Capturé, Willy Wonka se noue d’amitié avec le petit groupe de personnes victimes du même sort. En parallèle de ses tentatives d’évasion, le chocolatier prodige fait face à un autre obstacle de taille : des chocolatiers aux pratiques mafieuses, qui compte bien garder le monopole de la vente de chocolat en ville, avec la complicité de l’Église et d’une police corrompus par des gourmandises.

On le voit dès le synopsis : Wonka n’a aucun lien avec Charlie et la Chocolaterie, et c’est une qualité. On ne peut lui reprocher d’avoir essayé de reproduire la recette du film 2005. Pour autant, revenir au film de Tim Burton s’avère éclairant pour décrypter Wonka.

Charlie et la Chocolaterie n’avait rien d’une simple douceur sucrée. Il poussait à fond les curseurs de l’ironie, du cynisme, du pied de nez aux parents qui élèvent leurs enfants en les gavant d’écrans, de gras, d’argent. Il mettait en scène un vrai fou (Willy Wonka), un enfant modèle dans tout ce qu’il a d’un peu ennuyeux (Charlie) et des vrais sales gosses (près de vingt ans plus tard, on n’a pas oublié le « Crève ! Crève ! Crève ! » du petit Mike nerveux, hyperactif et agressif ou le « Daddy, je veux un nouveau poney ! » de la jeune Veruca dont l’air faussement angélique n’a rien perdu de son cringe.)

Le trop-plein de sucre et de couleur de la chocolaterie épousait parfaitement les formes biscornues de l’univers de Tim Burton, auquel on a rajouté un supplément de tapage, de mouvements et de grandiose avec quelques centaines de milliers d’Oompa Loompa à la voix suraiguë qui avait tous le même visage.

Un feu qui s’éteint très vite

Même si Wonka jouit, dans sa première moitié, d’une énergie qui donne le sourire et de trouvailles de montage ou de mise en scène qui nous font souvent rire à gorge déployée, le film finit par s’essouffler.

Wonka / Timothée Chalamet // Source : WB
Wonka / Timothée Chalamet // Source : WB

Difficile de ne pas être déçu tant le film partait avec d’excellents points. Au début, Olivia Colman était jubilatoire en tenancière d’hôtel machiavélique. Elle laissait entrevoir un vrai personnage de méchant. Keegan-Michael Key (acteur et humoriste exceptionnel) amenait l’intelligence de son écriture et rendait son personnage de flic corrompu hilarant. Pourtant, cette galerie de personnage est peu à peu délaissée pour une intrigue et des personnages qui finissent par perdre de leur éclat.

Très présente au début, Olivia Colman est rapidement éclipsée. Quant au sort réservé à Keegan-Michael Key, il est tout à fait emblématique de cette chute opérée dans Wonka : acheté à coup de boites de chocolat, le personnage grossit de scènes en scènes et finit obèse, comme si le surpoids était une métaphore de sa cupidité. Les répliques cinglantes du début laissent donc place à des vannes potaches et grossophobes sur un homme qui mange les emballages des friandises tant il est gourmand et, ne pouvant plus sortir par la porte de la voiture, l’accuse d’avoir rétréci.

Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-12-13T152505.612

Le choix de remplacer les Oompa Loompa par un seul personnage, incarné par Hugh Grant, résume aussi le manque de folie et relief du film. Ce personnage de petit troll n’amuse que pour son physique grotesque mais ne brille ni par la force du collectif (comme c’était le cas dans le film de Tim Burton), ni par des dialogues particulièrement malins…et c’est dommage de priver Willy Wonka de ses Oompa Loompa.

Timothée Chalamet, phœnix de Wonka

Renonçant à ces personnages secondaires qui le tiraient vers le haut, Wonka se concentre finalement sur le duo formé par Willy Wonka et Noodle, une jeune orpheline. Malheureusement, cette dernière peine à exister à côté d’un Timothée Chalamet incroyablement pétillant. La petite fille est écrite à gros traits : elle est gentille, affiche toujours un regard un peu éteint et n’a pratiquement aucune aspérité.

Wonka / Timothée Chalamet // Source : WB
Wonka / Timothée Chalamet // Source : WB

Dans ce qui s’apparente parfois à un naufrage, Timothée Chalamet épate par, plus que la qualité de son jeu, sa capacité à inventer, à proposer. Son œil ne cesse de briller. Il donne du sens au fait que Wonka soit un film musical. L’énergie qu’il investit dans son jeu résonne avec les aspirations de son personnage et forme une symbiose abolissant les frontières entre comédie, danse et chant. Timothée Chalamet plonge à corps perdu dans le premier degré de la magie, du film de Noël, de la comédie musicale. On le sent croire en son personnage, lui donner une âme, une incarnation profonde.


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

2
Avatar de Pattenrond25
14 décembre 2023 à 13h12
Pattenrond25
Je pense que le 18 décembre n'est pas encore passé et qu'il s'agit plutôt du mercredi 13 décembre
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Culture

« Comment redécouvrir votre sexualité ? » : Lisa Demma, autrice du livre qui décomplexe le sexe // Source : DR
Sexo

« ​​Quand on parle de libido, l’insécurité est toujours dans les parages » : Lisa Demma

Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

1
L'affiche officielle du film Challengers de Luca Guadagnino avec Zendaya // Source : DR
Cinéma

Zendaya, Mike Faist et Josh O’Connor dans la nouvelle bande-annonce du film Challengers de Luca Guadagnino

Source : Wikimedia Commons
Société

Isild Le Besco se dénonce sa relation « d’emprise destructrice » avec Benoît Jacquot

Judith Godrèche revient sur l'émission de Laure Adler en 1995 - C Ce soir du 12 février 2024 // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

« On s’en fiche bien que j’y aille ou pas » : Judith Godrèche balaye les rumeurs sur sa présence aux César 2024

Bilal Hassani pour Zalando // Source : Zalando
Mode

Bilal Hassani : « Le vêtement peut nous rassurer et nous armer de confiance »

The Beatles // Source : tmdb
Culture

Les Beatles auront chacun droit à leur biopic pour raconter leur légende

Judith Godrèche // Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Aux César, Judith Godrèche prendra la parole sur les violences sexuelles dans le monde du cinéma

1
Source : lumineimages
Daronne

Nostalgie : la suite de ce dessin-animé culte débarque sur les écrans

Anny Duperey  // Source : Capture écran YouTube
Société

Anny Duperey n’est plus marraine de SOS Villages d’enfants après sa prise de parole sur Judith Godrèche

4

La pop culture s'écrit au féminin