Live now
Live now
Masquer
kat-j-7I1wrtRz5QQ-unsplash
Société

Violences conjugales : l’État reconnu coupable de « faute lourde »

Dans la sordide affaire Bouembassa, où une femme a été aspergée d’acide par son ex-compagnon, « l’inaptitude » du système judiciaire français a été mise au pilori. 

Ironie du calendrier, alors que le gouvernement vient d’annoncer la mise en place d’un « pack nouveau départ » pour aider les victimes de violences conjugales, l’État français vient d’être condamné pour « faute lourde » dans… une affaire de violences conjugales. Selon Le Monde, les faits remontent au 12 juin 2018, à Marseille. Cathy* allait chercher ses enfants lorsque son ex-compagnon, Karim Bouembassa, a surgi pour lui asperger le visage avec de l’acide. L’homme a été condamné en juin 2020 à 15 ans de prison avec une période de sûreté de 10 ans. Mais, le 16 novembre dernier, le tribunal de Paris a également reconnu la culpabilité de l’État, reconnaissant « l’inaptitude du service public de la justice à remplir [sa] mission, laquelle a fait perdre une chance à [Cathy] de ne pas subir cette agression ». L’agent judiciaire de l’État a été condamné à lui verser 10 000 euros au titre des dommages et intérêts.

À lire aussi : Isabelle Rome : des objectifs ambitieux, mais toujours plus de violences faites aux femmes en 2022

Inefficacité des sanctions

Au moment de l’agression, Karim Bouembassa fait déjà l’objet d’une condamnation avec sursis, d’une mise à l’épreuve, et compte déjà deux contrôles judiciaires à son actif. Il lui est donc formellement interdit d’entrer en contact avec son ex-compagne ou d’approcher de son domicile. Il n’est même pas supposé vivre dans la même ville qu’elle, et réside normalement en région parisienne. Le procès montrera plus tard qu’il n’a en fait jamais quitté Marseille. Avant l’ultime agression, la justice savait déjà que Karim Bouembassa n’avait que faire des interdictions qui lui étaient imposées. Ce dernier l’avait montré en multipliant notamment les menaces de mort à l’encontre de Cathy et de leurs enfants. Malgré tout, la justice n’a pris aucune décision allant au-delà des contrôles judiciaires que l’accusé ne respectait pas.

Un sentiment d’impunité

Pour Me Romain Maréchal, avocat de Cathy, « le maintien en liberté de Karim Bouembassa en dépit de preuves de violences conjugales et de violation de son contrôle judiciaire a eu pour conséquence de faire naître chez lui un sentiment d’impunité et lui a laissé toute latitude pour procéder à sa macabre agression par aspersion d’acide ».

Si les femmes victimes de violences hésitent souvent à porter plainte, ce n’était pas le cas de Cathy. Entre mars et juin 2018, elle avait déposé pas moins de 7 plaintes contre son ex-compagnon. Alors que ce dernier est finalement derrière les barreaux, elle a confié au Monde son soulagement. « Du commissariat à l’association d’aide aux victimes, durant les deux procès, tout le monde reconnaissait l’existence de grandes failles, a-t-elle confié au journal. Ne pas les sanctionner aurait été pour moi une seconde violence, institutionnelle celle-ci. »

*Le prénom a été modifié 

À lire aussi : J’ai été victime de violences conjugales, et je me suis réapproprié mon histoire par la photographie

Visuel de Une : Unsplash / Kat J

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

2
Avatar de Papillon Bleu
16 février 2024 à 09h02
Papillon Bleu
Je me demande si l'Etat ne pourrait pas aussi être poursuivi pour son inaction dans les cas d'incestes. Par exemple quand l'enfant a parlé pour dénoncer, qu'une plainte a été déposée, mais qu'on donne quand même la garde au parent pédocriminel.
Je pense notamment au magistrat dijonnais qui proposait sur internet de violer sa fille de 12 ans et de lui faire des trucs bien dégueulasses (lui uriner dessus, la prendre à plusieurs...). Au final, comme il n'y a pas eu passage à l'acte (il n'a pas eu le temps ?), on ne lui a pas retiré l'autorité parentale. Il a même pu rentrer à son domicile avec un bracelet électronique.
Mais que se passe t-il si finalement il passe à l'acte ? La "justice" aura laissé faire... Et même s'il ne fait rien, ce n'est pas normal qu'un type qui a des idées aussi tordues puisse avoir encore de l'autorité sur son enfant.
Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres... Combien de parents violeurs ont pu continuer d'abuser de leur gosse parce que le conjoint (souvent la mère) n'a pas été cru ou, pire, poursuivi en justice ?
7
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Société

Source : Madmoizelle
Société

Mad Prime Spécial Europe : tout ce que vous devez savoir sur les élections européennes

Source : Instagram Judith Godreche
Société

« Laissez ma fille tranquille » : Judith Godrèche défend sa fille Tess Barthélémy, victime de slut-shaming à Cannes

3
Scarlett Johansson en icône 50's dans Asteroid City // Source : LLC
Société

Scarlett Johansson accuse OpenAI d’avoir reproduit sa voix sans permission pour ChatGPT

Source : Instagram/SebMellia
Société

Affaire Seb Mellia : une nouvelle plainte pour viols contre l’humoriste

Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Source : Pexels
Société

C’est quoi la « Lip gloss tactic » ? Pour des vidéos virales, il suffirait… d’un gloss

1
Source : Alex Green
Société

« Je me suis retrouvée dans des situations dangereuses » : Lucie, ex-travailleuse sociale auprès des auteurs de violences conjugales

1
Source : Madmoizelle
Société

Congélation d’ovocytes : « On m’avait dit que ce serait un parcours du combattant, mais c’est bien pire »

7
Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Source : Canva Pro
Société

Plusieurs associations appellent à intensifier la lutte contre la LGBTphobie en milieu scolaire

La société s'écrit au féminin