Live now
Live now
Masquer
pexels-anete-lusina-violences conjugales
Société

Violences conjugales : l’Assemblée nationale examine une proposition d’aide financière aux victimes

L’Assemblée nationale doit se pencher sur une proposition de loi pour instaurer une aide financière d’urgence attribuée aux victimes de violences conjugales, à travers un prêt sans intérêt.

Comment quitter un conjoint violent quand on est dépendante financièrement ou qu’on a peu de ressources ? Au-delà des violences physiques et psychologiques, la question des violences économiques, parfois plus difficile à identifier, doit être prise en compte dans la protection des victimes.

Une « avance d’urgence en faveur des victimes de violences conjugales » va justement être au cœur d’une proposition de loi déjà adoptée au Sénat à l’automne 2022 et qui va être examinée à l’Assemblée nationale ce lundi 16 janvier 2023.

Un prêt sans intérêt pour l’autonomie financière des victimes de violences conjugales

Elle consiste en un prêt sans intérêt pour permettre aux victimes de violences conjugales d’accéder une autonomie financière et de pouvoir rebondir. La proposition veut mettre en place un système où la demande serait adressée à la CAF et versée en trois mensualités pendant trois mois, dont le premier versement serait attribué dans un délai de trois jours après réception de la demande. Le montant du prêt n’est pour le moment pas encore fixé.

Une mesure « inspirée du terrain », explique à Libération la sénatrice UDI du Nord Valérie Létard : « J’ai pris part à beaucoup de réunions impliquant tous les acteurs, du procureur aux forces de l’ordre, en passant par les bailleurs sociaux, pour identifier les manques éventuels sur mon territoire ».

pexels-mart-production-femme violences conjugales

Une mesure soutenue par Isabelle Rome

Une proposition que souhaite soutenir, mais aussi compléter la Ministre déléguée auprès de la Première ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, Isabelle Rome.

Invitée de Public Sénat, elle a proposé que soit octroyé un don dans certaines circonstances, et non un prêt. « Pour moi, c’est fondamental qu’on puisse les aider sans contrepartie », a-t-elle insisté, rappelant que les femmes qui choisissent de quitter un conjoint violent le font pour « sauver leur peau et celles de leur gamin ».

À ce début d’année 2023, le pack nouveau départ qui vise à faciliter les démarches des victimes de violences conjugales, est expérimenté dans cinq à six autres territoires en France. Il comprend « une allocation, un système coupe-file pour la garde des enfants, une insertion professionnelle ou une formation, un hébergement d’urgence si besoin, un accompagnement psychologique ».

À lire aussi : Violences conjugales : la police enfin formée à déconstruire ses stéréotypes

Crédit photo : Anete Lusina via Pexels

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

2
Avatar de Mayushi
16 janvier 2023 à 16h01
Mayushi
Pas mieux que ma VDD. Puis bon un prêt sans intérêt je vois pas trop l'utilité. Si c'est pour que la victime commence a rentrer dans la spirale de l'endettement... Le coût du crédit en France est faible, le problème c'est pas d'avoir des prêts sans intérêt mais un toit pour se loger.
Avant même que les violences commencent, beaucoup de femmes restent dans une relation / couple qui va mal uniquement par pression économique. Déjà que trouver un logement décent avec 2 salaires c'est difficile, mais solo c'est quasi impossible dans les grandes villes. Avec ou sans enfant.
Enfin aucun.e proprio dans le privé acceptera de louer à une femme dans ce genre de situation, on va pas se mentir, c'est des mauvais dossiers pour le locatif privé. Donc prêt ou pas le problème sera le même. C'est à la collectivité de proposer des logements.
5
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Société

Morgan Noam décrypte pour Madmoizelle la proposition de loi transphobe qu'examine le Sénat le 28 mai 2024 // Source : Madmoizelle
Société

C’est quoi la proposition de loi transphobe en France sur les enfants ?

mariage-pour-tous-marion-marechal-pen-abrogation
Société

6 associations portent plainte contre Marion Maréchal pour ses propos transphobes

Source : Ted Eytan // Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License
Société

« Attaquer les enfants trans, c’est attaquer les droits des personnes LGBTI+ » : pourquoi le projet de loi LR est loin de protéger les enfants

4
pique-nique-herbe
Santé

Ces aliments à ne surtout PAS emporter à un pique-nique (gare aux intoxications alimentaires)

1
femme-aisselles
Société

Emma Corrin affiche ses aisselles poilues en couverture du « Harper’s Bazaar » et suscite une vague de commentaires négatifs

1
femme enceinte avec une main sur son ventre
Daronne

« On dit aux personnes grosses qu’elles sont infertiles, alors que c’est complètement faux »

2
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-27T115458.698
Culture Web

Tibo InShape est désormais le plus gros youtubeur français, et c’est très inquiétant

41
Source : Creative Commons
Société

Lily Allen révèle que son mari, David Harbour, contrôle son téléphone (et vice versa)

1
Source : sniffy
Société

Sniffy, c’est quoi cette poudre blanche qui ressemble fortement à la cocaïne ?

Mère bienveillante qui aide son enfant à se passer de couche
Société

Fête des Mères : la notification maladroite de Deliveroo ne passe pas, l’entreprise s’excuse

4

La société s'écrit au féminin