Live now
Live now
Masquer
pexels-photo-4740522
Daronne

Va t-on casser les enfants en les laissant devant des écrans ? Une sonnette d’alarme est tirée

Entre 3 et 10 ans, un enfant sur quatre passe chaque jour plus de 3 heures sur un écran. Des députés s’inquiètent et des parents s’interrogent sur des règles à établir ! On fait le point.

C’est les vacances et les enfants sont souvent en permanence avec leurs parents ou grands-parents ! Si cela a indéniablement du bon, les adultes ont parfois envie (et besoin !) d’un peu de répit. Quoi de mieux que de les mettre devant un dessin animé ou un film ? Vient alors la culpabilité terrible de mettre les enfants devant des écrans… Va-t-on casser les gosses en les exposant de la sorte ?

On entend en effet souvent qu’il ne faut pas d’écran avant trois ans et que la surexposition des enfants aux contenus numériques serait le mal du siècle. Une tribune signée par nombre de députés et personnalités paraissait d’ailleurs dans Le Monde peu avant les vacances à ce sujet. On y apprenait que la durée moyenne d’exposition annuelle d’un enfant entre 3 et 10 ans serait de 728 heures. Sept cent vingt-huit heures.

« 728 heures revient à regarder 11 fois les huit saisons de Game of Thrones en l’espace d’une année. »

Ce pour quoi les députés s’inquiétaient n’était donc pas un film ou un dessin animé de temps à autre, blottis entre frères et sœurs sur un gros canapé, mais bien d’une exposition prolongée et quotidienne.

Une tribune tire la sonnette d’alarme

Un collectif de parlementaires et de personnalités, dont Gaspard Koenig, Nicolas Sirkis et Benoît Hamon, appelait à l’élaboration collective d’une proposition de loi visant à la prévention et la sensibilisation des parents aux dangers de la surexposition aux écrans. Les chiffres sont en effet effarants concernant la consommation d’écran par les petits. Dans la tribune, on peut lire :

« Sept cent vingt-huit heures. C’est la durée moyenne d’exposition annuelle aux écrans des enfants âgés de 3 à 10 ans. […] Un tiers des enfants de 0 à 3 ans prend ses repas devant un écran. »

Pour les tout-petits, c’est effectivement une période charnière en ce qui concerne les apprentissages. La passivité souvent induite par les écrans peut entraver l’acquisition de savoirs et la maîtrise physique de nouvelles capacités. La tribune le rappelle d’ailleurs :

« 0 à 3 ans, c’est une période de la vie où les enfants ont des défis vitaux à relever : apprendre à marcher, parler, nouer des liens et interagir, reconnaître et réguler ses émotions, développer sa faculté de concentration, sa motricité, s’étonner du monde qui nous entoure, commencer à comprendre les lois physiques et biologiques qui le régissent. »

Selon cette tribune, des troubles de l’apprentissage sont à prévoir en cas de surexposition aux écrans. Mais le texte va même plus loin, en exprimant des craintes au sujet de troubles du sommeil, de problèmes dans le « développement cognitif et socio-émotionnel ». Les conséquences précises ne sont pas totalement connues mais les dangers semblent multiples, à la fois physiques et psychologiques.

Cette tribune à pour dessein de proposer une loi qui imposerait davantage de prévention auprès des parents sur les dangers que présenterait une exposition importante et prolongée aux écrans. Les signataires veulent une vraie politique d’informations :

« Faire connaître la question de la surexposition de nos jeunes relève ainsi aussi du principe d’égalité des chances. »

Des écrans à consommer avec modération

Le problème se situe dans la systématisation de l’exposition des enfants aux contenus numériques, dans la répétition quotidienne. Bien entendu, il faut aussi prendre en compte l’âge de l’enfant pour en appréhender les dangers. Il n’est pas pareil de mettre un bébé de un an devant une télé et un enfant de 8 ou 10 ans devant un contenu numérique interactif, comme un jeu vidéo.

Les parents, dont je fais partie, sont parfois un peu déboussolés et peinent à voir la ligne de démarcation de ce qui constitue un danger. En témoigne ce post d’un père qui a acheté une console à ses enfants à Noël et qui se questionne sur les règles à appliquer :

Ce « contrat » étonnement passé avec ses enfants a beaucoup fait réagir (sûrement parce qu’il émane d’Olivier Babeau, lobbyiste très à droite de l’échiquier politique, pour en dire le moins). Si certaines personnes cautionnent ces règles, d’autres les trouvent trop rigides et/ou dénoncent une certaine hypocrisie de donner la possibilité de jouer avec tant de conditions.

(© Unsplash/Kelly Sikkema)
(© Unsplash/Kelly Sikkema)

Les jeux vidéos et les contenus interactifs et ludiques dans leur ensemble semblent quelque peu à part dans la catégorie du temps passé devant les écrans. Si les enfants sont suffisamment grands, si ces activités vidéoludiques constituent une partie de l’ensemble de leurs loisirs et si elles sont consommées avec modération, le problème n’est pas évident.

Des études avancent même que s’amuser avec des jeux vidéo rendrait plus intelligent car les gamers développeraient une meilleure connectivité neuronale, même si les risques d’addiction sont aussi à prendre en compte… Mais d’ailleurs, les geeks d’hier ne sont-ils pas les maîtres du monde, aujourd’hui ?

À lire aussi : En finir avec la fast-fashion ? Les jeunes sont pour, selon cette étude britannique

Crédit photo de Une : pexels-photo-4740522

Les Commentaires
33

Avatar de hellopapimequepasa
4 janvier 2022 à 16h27
hellopapimequepasa
@Neverland90 moi je fais ça, parceque si mon enfant hurle dans les transports et s'agite, ou fait seulement des trucs d'enfants, tout le monde en a trop marre.
@hellopapiméquépasa on peut mettre trop ses enfants devant la télé (c'est mon cas) sans que ce soit H24 vu que en plus ils dorment etc etc. Perso avec le covid, mes enfants ont du passer BEAUCOUP de temps isolés à la maison pour plein de raisons sauf que moi je travaille à temps plein et mon mari aussi + j'ai un handicap invisible qui me coute énormément en énergie. C'est une grosse source de culpabilité mais reste que je ne suis pas d'accord avec le "il ne fallait pas en faire". Après je ne sais pas, ma fille regarde beaucoup (trop) les écrans mais ne semble pas touchée par les retards et autres problèmes décrits, au contraire c'est une petite fille avec une énorme imagination et très éveillée (de l'avis des pros qui la gardent). Mais à côté de ça j'essaye effectivement de passer du temps de qualité avec elle, de lui faire découvrir des trucs, on parle beaucoup. Du coup clairement la télé c'est hyper néfaste mais je me demande dans quelle proportion c'est néfaste si à côté les parents stimulent et donnent l'attention nécessaire puisque c'est aussi notre cas. Nous sommes dans l'interraction constante avec eux, mais ils regardent trop d'écran. Par exemple c'est souvent qu'on regarde avec elle, on parle, on est dans la pièce, on commente. Je ne me cherche pas d'excuse et j'essaye vraiment de limiter mais la pandémie à vraiment rendu les choses compliquées. Dans mon Pays on est confinés, on doit continuer de bosser, les écoles et crèches sont fermées, on a eu le covid, les gamins sont malades donc évincés, il y a toujours des trucs quoi, c'est pas juste qu'on a réalisé que OMG on a des enfants il faut s'en occuper, là c'est s'en occuper H24 avec des jobs à plein temps à côté et un handicap pour moi donc oui on abuse de la télé.
dans ton cas c'est pas pareil car tu passe du temps avec elle,tu lui fait découvrir des choses et tu lui parle.De plus tu a un handicap invisible donc ça me parait normal que tu te repose (mieux vaut en effet que ta puce soit devant un dessin animé si ça peut t'aider a te ressourcer qu'elle ne soit pas devant les écran mais que tu soit épuiser derrière).J'ai pas du être assez clair mais ce que je critique c'est le parent qui met l'enfant devant les écran a longeur de temps sans aucune interactions derrière.je ne vise pas les parents ici je pense que ces personne la ne vont pas sur des rubrique dédié a la parentalité dans un webzine car c'est une réalité que oui certaine personne n'en ont rien faire(c'est ça que je critique)
pour mayushi je suis d'accord sur le fait que le sur travail joue et qu'il vaudrai mieux mettre en place un revenue universel d'existence.Je ne critique pas les parents qui ont eu des changement de situation indépendant de leur volonté.Par contre oui j'ai vraiment du mal a concevoir que des personne qui bosse 10H par jours décide d'avoir un enfant genre tu sais que tu va être épuiser a la fin de la journée tu sais que tu va pas voir ton enfant grandir du coup pourquoi? c'est une vrai question.Je suis la 1ère a trouver que shamer les parent pour tout et n'importe quoi mais ça veut pas dire que c'est open bar et qu'on doit jamais rien critiquer tout est une question de nuance.
et le truc sur la télé des année 90 voir même avant ça me parle.Moi j'était pas très télé mais quand le JDG a parler du club do les gens était en mode "oh la belle époque on passait notre temps devant la télé tous nos mercredi,avant et après l'école" y a toujours eu des gens qui ont abusé de la télé.c'est pas nouveau
je suis d'accord sur le fait que ce qui doit questionner c'est l'isolement (sauf si il est voulu)j'ai été cette ado qui lisait tous le temps et bah..j'était solo quoi.après ce qui me semble hyper important c'est que les parents s'intéresse a ce que leur enfants regardent,d'autant plus si c'est des influenceur
les limite face a l'écran c'est primordial je remercie ma mère d'avoir controlé l'usage du pc car sinon j'aurai clairement pu avoir de moins bonne note..(bon maintenant je suis total accro mais ça regarde que moi.Alors qu'un enfant accro ça regarde tous le monde)
0
Voir les 33 commentaires

Plus de contenus Daronne

Féminisme
passeport

Changer de nom de famille sera bientôt plus simple : de quoi passer au matronyme !

Camille Abbey

26 jan 2022

Parentalité
débatsdeparcecran

Faut-il interdire les écrans aux enfants ? On s’attaque au sujet qui fâche

Camille Abbey

25 jan 2022

Santé
dondemoelle

Jeunes hommes, donnez votre moelle osseuse : c’est de la vôtre que tant de personnes ont besoin

Camille Abbey

25 jan 2022

Témoignages
marre-evjf

Quand les EVJF deviennent un enfer : « La moindre notif me donnait envie de fuir »

Aïda Djoupa

24 jan 2022

56
Daronne
pieds de nouveau né

« Je ne voulais pas de péridurale, et j’ai pu faire sans » : Nolwenn raconte son accouchement

Aïda Djoupa

21 jan 2022

5
Daronne
bébé avec un biberon

Connaissez-vous le don de lait maternel ? Je l’ai fait, voici comment ça se passe (et à qui ça sert)

Aïda Djoupa

20 jan 2022

Chère Daronne
NouvelAnfeat

Je suis en couple exclusif, j’ai eu un coup de foudre au Nouvel An et je n’arrête pas de penser à lui

Chère Daronne

19 jan 2022

8
Daronne
newborn

Une pénurie de lait maternel inquiète les hôpitaux : et si vous donniez le vôtre ?

Camille Abbey

18 jan 2022

Daronne
bébésecoué

Une campagne choc alerte sur le drame du syndrome du bébé secoué

Camille Abbey

18 jan 2022

18
Parentalité
Debatdeparc

Peut-on embrasser ses enfants sur la bouche, comme David Beckham ? Le débat fait rage

Camille Abbey

17 jan 2022

24

La société s'écrit au féminin