Live now
Live now
Masquer
bébésecoué
Daronne

Une campagne choc alerte sur le drame du syndrome du bébé secoué

Une campagne de prévention vient d’être lancée par le gouvernement pour alerter sur les conséquences dramatiques qui surviennent si l’on secoue violemment un enfant.

« Secouer un bébé est une maltraitance qui peut être mortelle. » C’est ainsi que s’achève ce spot de prévention où l’on entend un père, par l’intermédiaire d’un baby-phone, qui crie sur son bébé qui pleure et lui dit :

« J’en ai marre, tu me pourris la vie, tout ce que tu sais faire c’est chialer ! »

Des paroles glaçantes, qui s’interrompent par un silence angoissant.

Stop bébé secoué | Spot de campagne (version LSF)

Le syndrome du bébé secoué est la forme la plus grave d’un traumatisme crânien. Il survient lorsqu’un bébé ou un jeune enfant est violemment secoué par un adulte.

De plus en plus de prévention est faite pour sensibiliser les parents, qui risquent sans forcément le savoir de commettre des gestes irréversibles.

Des centaines de drames chaque année

Alors comme ça, on se dit pourquoi un adulte secouerait un bébé, il faut être fou ou folle ! C’est pourtant bien réel, la campagne l’annonce :

“Chaque jour en France, un bébé est victime du syndrome du bébé secoué. Dans 1 cas sur 10, il va mourir. S’il survit, il gardera de graves séquelles.”

Plusieurs centaines d’enfants sont donc victimes chaque année de ce syndrome, avec un pic d’incidence entre deux et quatre mois, comme nous l’indique Science et Avenir. Cela correspond peu ou prou à la période où l’enfant pleure le plus.

Sur le site que le gouvernement consacré aux 1000 premiers jours de l’enfant, mis au point par des professionnels de la petite enfance, il est écrit :

« C’est autour de l’âge de 6 semaines que les bébés pleurent le plus : en moyenne, un bébé peut pleurer jusqu’à 2 heures par jour, en temps cumulé, même quand il est en parfaite santé.

Certains bébés peuvent pleurer plus de 3 heures par jour, plusieurs fois par semaine et c’est souvent très angoissant et difficile à vivre pour les parents, surtout quand la fatigue s’accumule. »

Quand on a un bébé, on sait à quel point les pleurs peuvent être difficiles à supporter –c’est stressant et éreintant – et à quel point on ferait tout pour que ça s’arrête, sans réfléchir aux conséquences.

Ce sont des drames qui surviennent encore quotidiennement en France. La perte d’un enfant est tragique, d’autant plus lorsque la culpabilité rentre en jeu. Cette maltraitance, aux conséquences gravissimes, était peu évoquée il y a encore quelques dizaines d’années.

Capture-décran-2022-01-18-à-10.40.35
(© Site du gouvernement/campagne de prévention)

Laisser pleurer plutôt que secouer

Certes, dans l’idéal, il ne faut pas laisser pleurer son bébé, comme nous vous l’expliquions dans un récent article de la rubrique « Débats de Parc ». Mais quand on est excédée, quand on est à bout de patience, qu’on ne supporte plus les pleurs, mieux vaut mettre le bébé sur le dos dans son lit, et quitter la pièce, pour se préserver d’un geste irréversible.

Si cela est possible, il faut passer le relai à une autre personne, le temps de se calmer et de souffler. Et même si l’on est seule, on peut aller boire un verre d’eau, ou sortir s’aérer quelques minutes. Tout plutôt que d’en arriver à cette extrémité, que secouer le bébé.

Les injonctions sont nombreuses pour les parents et le fait de ne pas laisser pleurer peut sembler en être une supplémentaire. C’est pour cela qu’il faut agir, dans la mesure de ses capacités, à l’instant T, et ne pas se ronger le cerveau lorsque l’on a besoin de faire une petite pause.

© maman.memes
© maman.memes

Un plan plus large du gouvernement

Il faut tout faire pour que les cas de bébés secoués disparaissent et le gouvernement l’a bien compris. La première chose à faire est d’informer les parents, et tous les adultes, qui de près ou de loin, ont affaire aux enfants.

Le gouvernement va mettre à disposition des professionnels et des institutions de santé un « kit de communication (affiche, dépliant, etc.) » afin de « sensibiliser leur patientèle ou les publics qu’ils reçoivent ».

Cette campagne rentre dans un plan d’action plus global – le programme des 1 000 premiers jours – mis en place par le ministre de la Santé, Adrien Taquet, qui vise à informer les parents des bonnes pratiques durant la petite enfance.

Ce plan se décline en plusieurs volets, en commençant par le site contenant beaucoup d’informations – pourquoi mon bébé pleure, comment le coucher, que puis-je manger sans risque en étant enceinte…. Il est en ligne depuis septembre 2021.

On attend également les candidats et candidates à l’élection présidentielle sur les sujets de la petite enfance. Ce sont des thèmes extrêmement importants, car la manière dont on s’occupe des enfants aujourd’hui aura des conséquences sur les adultes de demain, et parce l’égalité dans la parentalité est un levier puissant d’égalité entres les femmes et les hommes !

À lire aussi : Le gouvernement veut accompagner les parents pendant les « 1000 premiers jours ». Est-ce suffisant ?

Image en une : © Unsplash/Ginny Rose Stewart

Plus d'articles au sujet du Post-partum

Les Commentaires
18

Avatar de DocDelphine
23 janvier 2022 à 13h18
DocDelphine
Mais la vidéo c'est tellement ça!! Et arrêtons avec les discours du style "la mère comprend les besoins de son bébé et les reconnaît à sa manière de pleurer", bah en fait non au début tu comprends que dalle, tu sais pas pourquoi il pleure, c'est pas livré avec le mode d'emploi . Tu sais juste qu'il pleure, et parfois rien ne marche, c'est comme ça et c'est pas parce qu'on fait mal. Et oui c'est difficile un bébé, je vis tellement mieux mon post partum pour la deuxième fille que pour ma première, alors qu'elle est objectivement plus difficile , parce que je savais à quoi m'attendre, et que tout est passager.
1
Voir les 18 commentaires

Plus de contenus Daronne

toudou-france-inter
Podcasts

« Toudou », un podcast tendre et intelligent pour les moins de 4 ans

Sexo
Sponsorisé

Quatre choses à savoir sur les orgasmes multiples

Humanoid Native
supermarché
Daronne

Leader Price procède à un rappel de compotes en gourde

Manon Portanier

01 déc 2022

crise-hopital-pediatrique
Daronne

Crise de la pédiatrie : 10 000 soignants dénoncent l’indifférence du président

crise-couple
Chère Daronne

Help ! Mon mec n’arrête pas de se plaindre et ça me rend complètement barjot

Chère Daronne

30 nov 2022

37
fast-food-enfant
Daronne

Surprise (non) ! les menus enfants des fast-foods ne sont pas adaptés… aux enfants !

ADD_Annonce
À propos de Madmoizelle

Retrouvez-nous ce soir à 20h30 sur Twitch avec Lisa Gachet !

Manon Portanier

29 nov 2022

QOAOC_V
Quand on aime, on compte

Alma, 565 € de dépenses par mois pour son bébé d’un an : « De neuf, je n’ai acheté que des chaussures »

Manon Portanier

29 nov 2022

11
femme-sans-abris
Daronne

Une tribune dénonce le « racisme d’État » à l’égard des femmes étrangères et de leurs enfants

jouets-noel
Daronne

Voici les 4 jouets les plus pourris de l’univers, à n’acheter sous aucun prétexte !

cuboAI
Daronne

Une super promo pour le babyphone Cubo AI pendant le Black Friday !

Manon Portanier

26 nov 2022

1

Pour les meufs qui gèrent