Live now
Live now
Masquer
angèle basile photo censure téton
Féminisme

Le double standard sur les tétons féminins et masculins résumé parfaitement

Une photographe met en avant la différence de perception de ce petit bout de chair qui n’a pourtant rien de diabolique : le téton.

Un homme torse nu en pleine rue pose tranquillou bilou. Mais si une femme se promenait les seins à l’air, comment serait-elle perçue ?

La censure du téton des femmes dénoncée

Un diptyque parfaitement limpide exprime ce double standard et de fait, cette contradiction. Il s’agit des photos d’Angèle Basikbousouk, photographe.

À travers son travail, Angèle nous invite à nous poser des questions. Quelle est la différence entre un téton de mec et un de meuf ?

J’avoue avoir loupé le cours d’SVT qui nous précisait qu’une poitrine de femme émettait des rayons radioactifs qui nous transformeraient toutes et tous en créatures démoniaques. Dommage pour ma culture.

Le téton de femmes, encore perçu comme un attribut sexuel ?

La photo montre clairement une différence de perception selon les deux cas. Dans le premier, la vie continue, l’homme se fond presque avec son environnement.

Dans le cas de la fille, sa nudité partielle se rapprocherait carrément de l’exhibition sexuelle. Je l’imagine subir des brimades, des insultes. Et si tu regardes bien, elle se fait même jeter une bouteille à la tronche.

Depuis 1994, se promener torse nu n’est plus un outrage à la pudeur, même si certaines municipalités continuent de l’interdire.

Et l’idée n’est pas de dire « mais pourquoi ne pouvons-nous pas nous promener à poil dans la rue ? » (enfin on peut se poser la question mais c’est une toute autre réflexion).

Angèle, et moi aussi, et toi peut-être, finalement, essayons de comprendre pourquoi cette différence de traitement existe.

Pour moi elle ne tient qu’à une chose : le sein d’une femme est encore sexualisé. Pourquoi un téton de femme serait-il encore considéré comme un organe sexuel en 2018 ?

Se mobiliser pour faire bouger les réseaux sociaux et la mentalité collective

Ce post offre un joli pied de nez (ou un bon gros doigt d’honneur, je ne sais pas) puisqu’Instagram est un de ces réseaux faisant le la chasse au téton.

Le corps des femmes n’est toujours pas aussi banal que celui des hommes, puisqu’il est encore l’objet de censure sur YouTube ou se fait jeter de Facebook.

Chaque technique est bonne pour montrer qu’un téton c’est un téton, un petit bout de peau qui n’a finalement pas de genre.

Certaines personnes postent des photos en gros plan. Les mecs aussi se mobilisent, comme Brice Duan en 2015 avec sa vidéo Pourquoi la poitrine des femmes c’est tabou ?.

D’autres, comme Angèle, montrent l’absurdité de la situation.

Je ne suis bien sûr pas en train de te sommer de prendre en photo ton téton si tu n’en as pas envie, loin de là. Mais peut-être qu’on pourrait en discuter autour de nous ? Partager cette photo d’Angèle et ouvrir le dialogue ?

Et peut-être qu’un jour la tête des gens n’imploserait plus si un de nos tétons se fait la malle en cours d’EPS ou qu’on pourrait laisser tranquille ceux qui pointent en toute liberté.

Et j’en profite entre deux tétons libres pour te rappeler de t’abonner au Chatbot madmoiZelle, si tu ne veux rien louper de nos articles !

Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de discuter de la censure du téton avec ton entourage ? Comment ça s’est passé ? 

À lire aussi : Sans soutien-gorge chez ma docteure, j’ai été victime de slut-shaming


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

48
Avatar de Nedjma
10 novembre 2018 à 01h11
Nedjma
@skippy01 reponse Disney : oui il y a de l´espoir, donc tu as tort d’etre défaitiste il faut y croire

Réponse personnelle : l’etre humain est ce qu’il est, et s’est foutu lui-même dans la mouise. Pour remédier au problème il faudrait radicalement changer nos sociétés et notre nature profonde, individualiste et destructrice. Et le faire vite. Autrement dit, quoi ? 1% de chance
3
Voir les 48 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Déclic

Elia, 26 ans : « J’ai fait une croix sur beaucoup de milieux dont je sais qu’ils sont remplis de personnes oppressives »

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

femmes-boivent-café // Source : URL
Société

Pourquoi le phénomène de la « Girl’s girl » est tout aussi problématique que la «Pick Me» ?

9
Source : Canva
Féminisme

Lily, 21 ans et son éveil féministe : « Je n’ai plus de jugement face à la personne sexiste que j’étais »

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1

La société s'écrit au féminin