Live now
Live now
Masquer
sil suffisait daimer bd steinkis couv et extrait
Livres

S’il suffisait qu’on s’aime, une puissante BD pour se replonger dans le combat pour la PMA

26 nov 2022
Daphné et Julie Guillot signent S’il suffisait qu’on s’aime, une BD qui retrace à travers l’histoire d’un couple lesbien celle de l’extension de l’accès à la PMA. Un foisonnant travail documentaire, mais aussi une réflexion passionnante sur nos conceptions de la famille.

C’est une BD sur la PMA, mais surtout bien plus que ça.

Car il ne s’agissait pas pour Daphné et Julie Guillot, respectivement autrice et dessinatrice de S’il suffisait qu’on s’aime, de ne parler que de l’histoire de leur famille, de leurs démarches médicales fastidieuses, des allers-retours à l’étranger, des doutes et du sentiment de clandestinité, ce que bien des femmes ont déjà raconté sous tous les formats possibles, de la BD au témoignage, en passant par le podcast ou la mini série.

Dans S’il suffisait qu’on s’aime, elles reviennent sur huit ans d’espoir, de combat, de déconvenues et de reculades sur l’extension de l’accès à la procréation médicalement assistée longtemps réservé aux seuls couples hétérosexuels. Elles y ont croisé leur histoire intime, celle de leur couple, avec celle d’une avancée maintes fois repoussée, sacrifiée, devenue caution progressiste pour se faire élire, puis passée malgré tout de justesse en 2021 pour remplir le bilan sociétal d’un premier mandat présidentiel.

sil suffisait daimer bd steinkis

Une bonne piqûre de rappel pour toutes celles et ceux qui ont oublié que la lutte pour l’ouverture de la PMA ne s’est pas faite sans douleurs et sans renoncement. Que cette loi incomplète qui concerne les couples lesbiens et les femmes célibataires, a laissé sur le banc de touche les personnes trans. Elle a aussi instauré un régime de filiation à part pour les couples de femmes, contraintes de passer par une démarche notariale avec la Reconnaissace conjointe anticipée (RCA) alors que les couples hétérosexuels — qu’ils aient eu recours ou non à une insémination ou une FIV avec don — peuvent simplement se rendre en mairie pour reconnaître leur enfant.

Et c’est sans compter sur ce constat sans appel un an après le passage de la loi : certaines, quand elles en ont les moyens, continuent de se tourner vers l’étranger face à des délais d’attente extrêmement longs pour obtenir un don de gamètes.

Raconter les années de lutte pour l’accès à la PMA

Formidablement bien documenté, S’il suffisait qu’on s’aime constitue aussi une riche photographie de ce que la France a traversé (et traverse encore) en matière de vagues réactionnaires LGBTQIphobes et de paniques morales, d’abord concernant le droit de se marier, puis de fonder une famille, et aujourd’hui à l’égard des personnes trans.

En mêlant l’intime au politique, la BD montre aussi la difficulté persistante à se projeter dans un schéma familial autre que le traditionnel combo papa-maman-enfants, quand on manque de représentations sur les maternités lesbiennes ou les parentalités trans, ou quand même l’entourage, aussi bienveillant soit-il, vous ramène toujours à l’absence du père ou à la question du donneur. Malgré une relative tolérance aux familles homoparentales dans notre société, force est de constater que déroger au modèle de la famille nucléaire est loin d’être si simple.

S’il suffisait qu’on s’aime – P129

Tout au long de l’histoire, Julie et Daphné, les deux protagonistes, sont traversées de questions et de doutes, sur leur désir d’enfant, sur l’éducation qu’elles ont envie de donner, sur les conséquences de la lesbophobie ambiante sur leur vie.

En cela, S’il suffisait qu’on s’aime résonnera sûrement très fort avec l’expérience de bien des personnes LGBTQI+, mais amènera aussi, on l’espère, à faire comprendre que ce combat pour les droits sexuels et reproductifs devrait être porté et soutenu par tout le monde.

S’il suffisait qu’on s’aime – P173

S’il suffisait qu’on s’aime – Chroniques des années « PMA pour toutes” de Daphné et Julie Guillot (Steinkis)

À lire aussi : Quelle image la série « Dix pour cent » donne-t-elle des familles homoparentales ?

Crédit : Steinkis

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

[Site web] Visuel horizontal Édito (21)
Livres

Andréa Bescond : « c’est toujours aux victimes de faire tout le travail »

Pauline Leduc

05 fév 2023

pexels-pixabay-159711 (1)
Livres

Rentrée littéraire d’hiver : 3 romans à lire absolument

Pauline Leduc

02 fév 2023

murakami
Pop culture

Murakami, l’auteur de Kafka sur le Rivage et 1Q84 va sortir un nouveau roman le 13 avril

Maya Boukella

01 fév 2023

1
[Site web] Visuel horizontal Édito (15)
Livres

« Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art

[Site web] Visuel horizontal Édito (20)
Livres

Dans « Nos absentes », la journaliste Laurène Daycard redonne une voix aux victimes de féminicides

bitch-planet
Livres

6 dystopies féministes dans la lignée de The Handmaid’s Tale à découvrir d’urgence

patatouille
Livres

Patatouille, le livre jeunesse sur l’éducation des garçons loin des normes de la masculinité toxique

Maya Boukella

15 jan 2023

1
LeBookClub_ImageUne_V
Pop culture

Madmoizelle lance son BookClub !

[Site web] Visuel horizontal Édito (19)
Actu en France

Florence Porcel se débat toujours dans l’affaire PPDA et signe un essai sur la honte

Camille Lamblaut

06 jan 2023

lecture braille aveugle mart production pexels
Actu en France

Les aveugles vont (enfin) avoir accès aux livres en braille au prix unique librairie

Maya Boukella

05 jan 2023

5

La pop culture s'écrit au féminin