Live now
Live now
Masquer
PMA-personnes-transgenres-bioéthique-france-conseil-constitutionnel-MaëlleLecorre-
Actu en France

La PMA pour les hommes transgenres débattue devant le Conseil constitutionnel

Promulguée en août 2021, la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, tout en excluant les personnes transgenres. L’association Giaps, relevant cette discrimination, a obtenu une audience devant le Conseil constitutionnel, le 28 juin 2022.

« La loi de bioéthique oblige les personnes transgenres à choisir entre la procréation et leur changement de mention de sexe à l’état civil, pourquoi ? », interroge Marie Mesnil, membre du Groupe d’information et d’action sur les questions de procréation et sexuelles (Giaps), ce 29 juin 2022, auprès de Madmoizelle.

En effet, la révision de la loi de bioéthique, adoptée en août 2021, a exclu les personnes transgenres de la procréation médicalement assistée (PMA), ainsi que de l’autoconservation des gamètes (ovules ou spermatozoïdes).

Une décision portée volontairement par le gouvernement macroniste, synonyme d’une « atteinte à l’égalité » pour l’association Giaps, composée principalement de juristes, qui a obtenu, le 28 juin 2022, une audience exceptionnelle sur cette question devant le conseil constitutionnel.

PMA-personnes-transgenres-bioéthique-france-conseil-constitutionnel-MaëlleLecorre-sperm-ovocyte-transidentité-
Manifestation du 21 février 2021 – © Maëlle Le Corre

Homme à l’état civil, doté d’un utérus, et interdit de PMA…

Depuis le 28 septembre 2021, jour de la publication du décret fixant les conditions d’organisation et de prise en charge des parcours d’assistance médicale à la procréation (AMP), l’association Giaps a entrepris des actions juridiques pour faire évoluer le droit sur l’accès à la PMA pour les hommes transgenres. Mais quel problème pose-t-il ? Le fameux décret stipule que :

« Les conditions d’âge requises par l’article L. 2141-2 pour bénéficier d’un prélèvement ou recueil de ses gamètes, en vue d’une assistance médicale à la procréation, sont fixées ainsi qu’il suit : 1° le prélèvement d’ovocytes peut être réalisé chez la femme jusqu’à son quarante-troisième anniversaire ; 2° le recueil de spermatozoïdes peut être réalisé chez l’homme jusqu’à son soixantième anniversaire. »

Autrement dit, selon ce décret, il n’est pas prévu la possibilité de recueillir des spermatozoïdes chez des femmes, et des ovocytes chez les hommes. Ce texte ouvre seulement l’AMP aux « couples de femmes et aux femmes non-mariées ». Ici réside tout le débat soulevé : pourquoi les hommes trans, reconnus comme tel à l’état civil mais encore dotés d’un utérus, ne peuvent-ils pas recourir à la PMA ?

Récap’ de l’audience devant le Conseil constitutionnel

Saisi par le Giaps sur cette problématique, et pour éviter qu’un cas individuel d’une personne transgenre soulève cette incohérence devant le tribunal administratif, le Conseil d’État a donc transmis cette question prioritaire de constitutionnalité (QPC) au Conseil constitutionnel, en charge du contrôle de conformité de la loi à la constitution.

C’est donc le 28 juin 2022, que Me Magali Lhotel, avocate de l’association Giaps, a fait face aux Sages, dans une audience retransmise en direct sur le site de l’institution française. Elle a très vite rappelé que depuis 2016, les personnes transgenres n’ont plus besoin de recourir à une stérilisation médicale pour obtenir un changement de sexe à l’état civil. D’après elle, cela signifie que la législation a « admis que des hommes puissent mener une grossesse. ». À noter que cela est concrètement possible sans assistance médicale, dans le cas d’un homme trans en couple avec un homme cisgenre.

Pour Antoine Pavageau, représentant du gouvernement sur cette QPC, il est difficile d’accéder à cette requête du Giaps, d’autant plus que tous les amendements en ce sens avaient été rejetés lors de la discussion parlementaire :

« Cela reviendrait à reconnaître une nouvelle catégorie sexuelle, masculin pour l’état civil et féminin pour l’accès à l’assistance médicale à la procréation. Mais la binarité est nécessaire à l’ordre social et juridique car elle permet d’assurer le maintien des droits des personnes.

Certes, les hommes transgenres ayant fait changer leur état civil sont exclus [de la PMA], mais ce n’est pas une discrimination liée à leur orientation sexuelle ou leur statut de couple. Aucun principe constitutionnel n’impose d’ouvrir la PMA à l’ensemble des personnes. »

Le haut fonctionnaire a également rappelé que les hommes transgenres peuvent tout de même recourir à la PMA s’ils sont en couple avec une femme. Un argument hypocrite et faux, comme l’explique Marie Mesnil :

« C’est une petite malice de la part du gouvernement car on peut comprendre cette phrase de plusieurs manières. Ils jouent sur le fait qu’on puisse penser que l’homme transgenre qui accède à la PMA avec une femme peut bénéficier personnellement des techniques, alors qu’en fait, ce n’est pas vrai. Ce n’est pas l’esprit de la loi et ce n’est pas ce que dit le décret du 28 septembre dans lequel seule la femme a vocation à porter l’enfant. »

L’association Giaps espère tout de même une « petite victoire »

Toutefois, la membre du Giaps garde espoir, et assure que ce serait même une « petite victoire » si le Conseil constitutionnel reconnaissait déjà que « les hommes transgenres en couple avec une femme pourraient accéder à la PMA et en bénéficier dans leur propre corps. » À la suite de cette hypothétique décision, l’association pourrait alors faire valoir qu’il n’y a aucune raison de la limiter aux hommes uniquement en couples hétérosexuels ou aux hommes seuls.

Toujours est-il que le débat sera tranché le 8 juillet prochain. Une première historique pour le Conseil Constitutionnel qui devra se positionner enfin explicitement sur l’exclusion des personnes transgenres. Trois épilogues sont envisageables : qualifier ces dispositions d’inconstitutionnelles, ou bien les annoncer comme conformes à la constitution. Et dans le cas où les Sages n’arrivent pas à trancher, ils pourront également émettre « une réserve d’interprétation ».

Quel qu’en soit le dénouement, pour Marie Mesnil, le plus important restait de mettre en lumière ce combat. Une nouvelle fois, il s’agit de lutter contre la transphobie d’État, et peut-être même un jour de porter cette question jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), telle que l’explique la juriste :

« Pour saisir la Cour européenne des droits de l’homme, il nous faudrait un cas individuel. Cela voudrait dire recommencer un contentieux de zéro. On l’envisage. Malheureusement, ce n’est pas un projet réalisable à court terme. »

À lire aussi : Huit mois après la promulgation de la PMA, les difficultés s’accumulent pour les couples de femmes

Image en Une : Manifestation du 21 février 2021 – © Maëlle Le Corre

Les Commentaires
6

Avatar de Guerriere-75
8 juillet 2022 à 12h19
Guerriere-75
@Peace&Love&It;3 C est n importe quoi l avis du conseil constitutionnel , je souhaite que Ya des manifestations dans toute la france
2
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Actu en France

Pop culture
Interview d’Elsa Miské, co-créatrice du jeu Moi c’est Madame

Lutter contre le sexisme dès l’adolescence, c’est la promesse du jeu de cartes Moi c’est Madame

Anthony Vincent

25 sep 2022

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Actu en France
livres unplash

Fin de la quasi-gratuité des frais de livraison de livres : mauvaise nouvelle pour le marché du livre ?

Maya Boukella

23 sep 2022

24
Actu en France
Affaire PPDA, des plaintes s’ajoutent, mais l’impunité continue

Affaire PPDA  : les plaintes pour violences sexuelles s’accumulent, mais l’impunité persiste

Anthony Vincent

21 sep 2022

Actu en France
Corinne Masiero s’exprime sur l’inceste, au micro de France Inter

Corinne Masiero sur l’inceste : « C’est sous couvert d’amour qu’on t’agresse »

Anthony Vincent

20 sep 2022

1
Actu en France
Capture d'écran de « L'Œil du 20h » France 2.

Vous souffrez d’un cancer ? « Arrêtez votre chimio », rétorque la naturopathe controversée Irène Grosjean

Anthony Vincent

14 sep 2022

13
Actu en France
adrien quatennens

Le député LFI Adrien Quatennens visé par une main courante pour violences contre son épouse

Daronne
education-sexuelle-ecole

Parler de sexualité à l’école, c’est une obligation, n’en déplaise à Eric Zemmour

Chloé Genovesi

13 sep 2022

2
Cinéma
Jean-Luc Godard contre une grosse caméra

Jean-Luc Godard s’est éteint à 91 ans et son cinéma questionne encore les féministes

Anthony Vincent

13 sep 2022

1
Actu en France
Nicolas_Hulot_Generations_climat

MeToo : l’enquête qui visait Nicolas Hulot pour viol et agression sexuelle classée sans suite

Maëlle Le Corre

12 sep 2022

4
Daronne
contraception-masculine

La contraception masculine, grande oubliée des institutions ?

Chloé Genovesi

02 sep 2022

4

La société s'écrit au féminin