Live now
Live now
Masquer
Zendaya dans Challengers // Source : WB
Culture

Pourquoi tout le monde est passé à côté de Challengers

On sait que la promo ultra-capitaliste et insupportable de Challengers, son tapage autour des scènes de sexe vous ont dégoutée du film avant même de le voir. Et pourtant : en n’y allant pas, vous passeriez à côté de ce qui est très probablement déjà le meilleur film de l’année.

Cet article explique Challengers et contient des spoilers du film. Encore une bonne raison d’aller le voir.

Après des mois d’une promotion tapageuse, Challengers est sorti au cinéma. À l’exception de quelques critiques qui l’analysent brillamment, ce film qui semblait avoir tout du pur produit de marketing façon « film sexy dispo sur Netflix » a provoqué, grosso modo, deux réactions parmi les critiques. Certains l’ont balayé d’un revers de main, n’y voyant qu’une espèce de vaste publicité pour Nike et Adidas. On reproche au réalisateur Luca Guadagnino d’évoquer la sexualité à tout bout de champ mais de se défiler quand les choses sérieuses commencent.

D’autres y ont vu une sorte de plaisir coupable. Un film dont on ne peut nier qu’il nous a plu, mais dont on se moque un peu. On trouve que, quand même, Zendaya qui porte plein de marques de luxe, ce triangle amoureux niaiseux et cette bande-originale aussi cucul qu’une playlist de boum du collège, ce n’est pas très sérieux.

Toutes ces critiques sont allées un peu vite sur Challengers. S’en tenir à l’une ou l’autre de ces conclusions, ce serait passer à côté d’un film autrement plus profond, complexe et enthousiasmant. Il résout plusieurs problématiques qui gangrènent beaucoup de films contemporains et nous en apprend même beaucoup sur le cinéma.

Il y a bien un triangle amoureux dans Challengers, le voici :

Patrick est un joueur de tennis surdoué. Il gagne sans trop d’efforts et surtout, il est cynique, c’est-à-dire qu’il prend la vie comme un jeu absurde où pas grand-chose n’a de sens ou de valeur puisqu’à la fin, on meurt. Il « sait qu’il est une merde, comme tout le monde », comme il le dit à un moment du film. Il est amoureux de Art.

Art, lui, ne demande qu’une chose : se (re)poser. Aller à la fac, se marier, avoir un enfant, travailler, prendre sa retraite, crever tranquille. Il est amoureux de Tashi. « Qui ne le serait pas ? » lui répondra-t-il quand elle demandera s’il est amoureux de lui. Il l’aime, parce que c’est la voie à suivre, comme tout le reste.

Quant à Tashi, elle est amoureuse du tennis. C’est tout.

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-08T183802.890

Les personnages simples et bien écrits font les meilleurs scénarios

Dans Challengers, le scénario coule de source parce qu’il est d’une cohérence minutieuse avec les personnages. Rien n’arrive gratuitement. Tous les évènements sont justifiés par les personnages et, en retour, leur donne du sens.

Par exemple, même l’accident du film (Tashi qui se casse la jambe) n’en est pas un. Au fond, vivre de manière aussi vampirisante, aveugle et totalisante sa passion pour une discipline n’est ni viable, ni vivable sans s’auto-détruire. C’est donc en toute logique que tout cet investissement existentiel va se réinjecter ailleurs, une fois que jouer devient impossible. De là découle le principe même du film : une femme qui aime deux hommes qui l’aiment et s’aiment aussi. Ils ne jouent jamais aussi bien au tennis que quand ils sont animés par cet amour.

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-08T183654.522

Longue vie au premier degré dans les films et aux réalisateurs qui croient en leurs personnages

Là où Guadagnino est un grand réalisateur, c’est qu’il a converti le talent du scénariste Justin Kuritzkes, dans le langage que lui maîtrise : la mise en scène. Challengers peut se permettre d’être d’un premier degré et d’un jusqu’au-boutisme formel absolu parce qu’il est construit sur des fondations d’écriture solides. Guadagnino nous bombarde de musiques ultra kitsch, de corps sculpturaux et désirables filmés sous tous les angles (et nous donne même à voir le p.o.v d’une balle de tennis dans la séquence finale) parce qu’il croit en ses personnages.

Il n’exprime aucun mépris envers leurs passions maniaques, leur jalousie mesquine, leurs désirs refoulés, leurs corps qui se cassent ou leurs couilles qui dépassent. Au contraire, il fait de son film un lieu d’expression aussi chic qu’une pub Chanel dans un monde capitaliste, aussi spectaculaire qu’un shōnen et aussi hot qu’un film érotique, même sans scènes de sexe. Guadagnino exprime l’ambivalence de toutes ces formes, toujours situées à la frontière entre le ridicule et le grandiose, le pouvoir et la médiocrité, le vivant et le morbide.

Mike Faist façon shonen dans Challengers
Mike Faist façon shonen dans Challengers

Les visions du monde de Tashi, Art et Patrick sont tellement simples qu’on peut les résumer en trois paragraphes, comme je l’ai fait plus haut. Pourtant, elles permettent de déployer un univers dramatique, sensoriel, psychologique. Un monde de déconstruction des rapports de pouvoir, de la féminité et de la masculinité, grâce au langage cinéma.

Face à un match ou une dispute, le cœur bat plus vite. Devant un mini-short qui dévoile des fesses galbées, le bas du ventre chauffe. Quand une rotule se casse, les mains se crispent et cachent spontanément les yeux. Notre corps de spectateur comprend plus vite que notre cerveau. Ni un montage qui opère des flashback et des flashforward, parfois pour 2 lignes de dialogue prononcées il y a 9 ans, ni des dialogues jouant constamment sur un double sens entre le tennis et une relation ne peuvent nous faire douter.

On comprend leurs décisions, leurs failles, leurs contradictions, leurs bassesses comme leurs coups d’éclats. À tel point qu’au fond, Tashi, Art et Patrick pourraient être la personnification de trois philosophies de vie en lutte ou en harmonie qui cohabitent dans une seule personne. Une personne à laquelle on peut s’identifier.


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

1
Avatar de blobette
13 mai 2024 à 07h05
blobette
Je n'ai pas du tout vu tout cela dans ce film.
que ce soit l'intention du réalisateur, je n'en doute pas mais pour moi c'est raté.
Les pirouettes de mise en scène ne sont pas dingues pour moi (au contraire, rien de pire que les films avec la caméra accrochée à un objet mobile, il le fait plusieurs fois, pas que avec la balle, ça donne envie de vomir, obligée de regarder ailleurs)
on ne s'attache aux personnages, on ne comprend pas leur attachement, il ya beaux passages mais j'ai trouvé cela très long.
1
Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-24T101818.864
Culture

Ce livre que tout le monde a lu a droit à son adaptation en film avec Blake Lively

1
SANTA chante les vertiges de l’amour dans son premier album Recommence-moi // Source : SANTA
Musique

SANTA sort son 1er album, Recommence-moi : « Les chansons peuvent accompagner les révolutions »

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-22T164945.311
Culture

Les meilleurs films et séries « doudous » selon nos lectrices (avec un titre qui rafle tout)

5
[Image de une] Horizontale
Musique

Voici le top 10 des meilleurs albums de tous les temps, avec son top 1 indiscutable

Bridgerton // Source : Netflix
Culture

Ce détail dans la scène de sexe de Bridgerton fait fondre les abonnés, et il était improvisé

amber heard interview today show
Société

Amber Heard élue personnalité la plus détestée du monde, ou quand la haine des femmes fleurit en ligne

14
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-22T103209.737
Culture

Derrière Bridgerton, cette nouvelle série coréenne est le carton inattendu sur Netflix cette semaine

Bridgerton // Source : Netflix
Culture

Sur Netflix, 5 films et séries aussi torrides que Bridgerton, à regarder cette semaine

4
Source : Unsplash
Culture

Ces célébrités qui ont été bannies des applications de rencontre

Source : Eva Longoria/Instagram
Culture

« Desperate Housewives » bientôt de retour pour les 20 ans ? Eva Longoria fait une annonce

La pop culture s'écrit au féminin