Live now
Live now
Masquer
engin-akyurt-unsplash-covid long
Santé

Pourquoi davantage de Covid longs sont-ils observés chez les personnes trans et bisexuelles ?

Une étude américaine montre que les personnes trans et celles bisexuelles sont particulièrement touchées par le Covid long. Comment expliquer ces disparités ?

La pandémie de Covid-19 a eu des conséquences graves sur les personnes LGBTI+ à travers le monde, comme l’a démontré un rapport de l’ONU. Aujourd’hui, d’autres conséquences sanitaires sont mises en lumière.

C’est le média Them qui révèle ces résultats étonnants sur la forte présence des Covid longs au sein de la communauté LGBTI+. Une étude du Bureau du recensement des États-Unis a observé que les personnes trans et les adultes bisexuels sont plus nombreux à faire état d’un Covid long.

Selon la Haute autorité de santé, le Covid long est identifié par « la présence de symptômes au-delà de 3 mois après l’épisode aigu » : « Les symptômes les plus fréquemment rencontrés sont une fatigue pouvant être sévère, des troubles neurologiques (cognitifs, sensoriels, céphalées), des troubles cardio-thoraciques (douleurs et oppressions thoraciques, tachycardie, dyspnée, toux) et des troubles de l’odorat et du goût. Des douleurs, des troubles digestifs et cutanés sont également fréquents. » Autant de conséquences de la maladie qui affectent très lourdement le quotidien des personnes concernées.

Selon l’étude américaine réalisée avec le National Center for Health Statistics, si 5% des hommes cisgenres et 9% des femmes cisgenres sont touchées par le Covid long, 12% des personnes trans rapportent des symptômes, de même que 14% des personnes adultes qui s’identifient comme bisexuels. En comparaison, les hétérosexuels représentent 7% et les gays et les lesbiennes 5%.

COVID-19_vaccination_center_in_Gostiny_Dvor-03
Mos.ru, CC BY 4.0, via Wikimedia Commons

Des discriminations qui empêchent l’accès au soin

À quoi ces disparités importantes peuvent-elles être dues ? L’orientation sexuelle ou l’identité de genre ne sont évidemment pas des facteurs qui prédisposeraient au Covid. C’est plutôt les oppressions systémiques auxquelles font face les personnes LGBTI+, et spécifiquement ici les personnes trans et bisexuelles, qui sont en jeu.

Exposées aux discriminations dans l’accès à la santé et au soin, les personnes trans peuvent être très éloignées des structures médicales. Ces inégalités concernent de la même façon les bisexuels, hommes et femmes confondues, qui subissent aussi des discriminations et des préjugés en matière de santé (notamment mentale et sexuelle), selon une étude américaine.

« Ces inégalités peuvent créer un terrain fertile pour les maladies chroniques et les handicaps, deux facteurs qui peuvent exposer une personne au risque de développer un Covid long », analyse Them, qui propose aussi un autre raisonnement pour expliquer cette surreprésentation des personnes LGBTI+ dans les cas de Covid longs.

Du fait de leur histoire communautaire, les personnes LGBTI+ ont déjà fait l’expérience d’une épidémie, celle du VIH. Elles ont su se mobiliser pour y répondre, trouver des ressources pour comprendre comment se propage la maladie, interpeller les pouvoirs publics. Si la comparaison entre les deux épidémies a des limites, elles ont en commun de toucher de façon disproportionné certaines populations précaires et vulnérables.

Par ailleurs une étude menée par l’université de San Francisco a montré que les personnes vivant avec le VIH avaient davantage de risques d’éprouver des symptômes de Covid long.

Il n’est pas encore certain que la vaccination puisse atténuer les symptômes des personnes qui subissent un Covid long. Toujours est-il que davantage de recherches scientifiques devront être menées pour comprendre la maladie. À l’heure actuelle, aucun traitement n’est encore disponible pour permettre aux patients et aux patientes atteintes, parfois depuis le début de la pandémie, de retrouver une vie normale.

À lire aussi : Les femmes, leur santé, leurs maladies, grandes oubliées de la médecine au Royaume-Uni

Crédit photo : engin akyurt via Unsplash


On a besoin de vous pour construire l’avenir de Madmoizelle : participez à notre enquête !

Les Commentaires
4

Avatar de poulaga
28 juillet 2022 à 18h42
poulaga
Je suis bi et les seules fois où j'en ai parlé à des médecins c'est lorsque j'allais faire des contrôles de routine d'infections sexuellement transmissibles. Là on me demande si j'ai couché avec des hommes et/ou des femmes et je réponds.
Sinon, je crois pas que mes médecins l'aient jamais su.
Du coup je suis très perplexe aussi. Surtout d'avoir + de risques que les lesbiennes et gays. En général en tant que bi on passe facilement "sous le radar" au sens où beaucoup de gens (médecins compris) ne se posent pas de questions et/ou nous voient comme des hétéros "par défaut".
Donc je ne me l'explique pas avec des explications sociologiques ! Limite comme évoqué par @Gringo ça me surprendrait moins qu'il y ait un gène de la bisexualité pcq tout ce qui est social en général on est MOINS discriminéEs que les lesbiennes et gays
Pour les personnes trans je ne suis pas concernée mais je crois + en l'aspect mauvaise prise en charge de ce que j'ai lu en socio et de ce que me racontent mes amies trans
5
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Santé

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l'alcool dans un podcast décomplexant
Actu en France

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l’alcool dans un podcast décomplexant

Anthony Vincent

26 jan 2023

Jobs et Études

Chimie, astrophysique et ingénierie : ces femmes scientifiques qui ont changé le monde

Humanoid Native
Une modélisation 3D d'utérus entre des mains gantées © Kalinovskiy de la part de Getty Images via Canva
Santé

Recommandé pour les filles et les garçons, le vaccin contre le papillomavirus toujours boudé en France

Anthony Vincent

24 jan 2023

20
msa-memo-sante-carnet-de-sante-virtuel-suivi-sante
Daronne

Mémo Santé Enfant : mes trois fonctionnalités anti charge mentale préférées

ok-2
Santé

Voici les 5 activités physiques les plus bénéfiques pour la santé selon une étude d’Harvard

Barbara Olivieri

04 jan 2023

2
gayatri-malhotra-unsplash-abortion-is-healthcare
Santé

Restreindre le droit à l’IVG peut-il avoir des conséquences sur la santé mentale et le taux de suicide ?

Maëlle Le Corre

30 déc 2022

4
louane
Société

TDAH, TCA, pensées suicidaires : Louane couche ses pires souffrances dans une lettre bouleversante

Maya Boukella

27 déc 2022

pexels-andrea-piacquadio-malade grippe
Santé

Vous aussi, vous vous demandez pourquoi la grippe est aussi violente cette année ?

Maëlle Le Corre

27 déc 2022

13
Le podcast Les Maux bleus raconte la santé mentale avec expertise et sensibilité
Psychologie

Le podcast Les Maux Bleus déstigmatise la santé mentale, avec expertise et sensibilité

Anthony Vincent

22 déc 2022

2
Une femme dans un lit d'hopital parlant à un médecin © Rodnae production de la part de Pexel
Actu en France

Fin de vie : la Convention citoyenne annonce les 10 principales pistes de réflexion 

Camille Lamblaut

21 déc 2022

vaccin-covid-bébé
Daronne

Certains bébés français pourront se faire vacciner contre le Covid

Manon Portanier

20 déc 2022

La vie s'écrit au féminin