Live now
Live now
Masquer
pexels-mart-production-consultation-medecin
Santé

Les femmes, leur santé, leurs maladies, grandes oubliées de la médecine au Royaume-Uni

Une étude conduite en 2021 auprès de 100 000 femmes montre que les inégalités face à la médecine ont de beaux jours devant elles. Face à ce constat, le gouvernement britannique entend réagir.

Un système de santé pensé « par les hommes et pour les hommes ». C’est le constat que dresse Matt Hancock, le ministre de la santé britannique, à la conclusion de la Women’s Health Strategy, dévoilé en décembre 2021.

Ce plan d’actions fait suite à une grande consultation : les femmes et les filles ont été invitées à faire part de leur expérience face à la médecine et au système de santé. Elles sont 100 000 à avoir répondu.

Des patientes peu écoutées

Et le constat est sans appel : les femmes paient le prix fort des inégalités quand il s’agit de se faire soigner.

Plus de quatre répondantes sur cinq ne se sentent pas écoutées par le personnel médical. Selon les résultats de l’étude, elles sont nombreuses :

« À avoir vu leurs symptômes négligés par des médecins généralistes ou d’autres professionnels ; à avoir eu le sentiment de devoir se défendre pour obtenir un diagnostic, souvent après de multiples visites, des mois et des années ; et à avoir trouvé, après le diagnostic, que les échanges sur les options de traitements étaient souvent limitées et que leurs préférences ont été ignorées. »

Les témoignages sont nombreux, montrant des patientes qui ne sont pas toujours prises au sérieux, ou ayant le sentiment d’être jugées par le personnel médical. C’est notamment palpable concernant des pathologies encore taboues, comme l’endométriose.

Taboues, ou tout simplement délaissées par la recherche. Car dire que la santé est conçue pour les hommes n’est pas une vaine expression : les femmes restent sous-représentées dans la recherche, sont exclues des essais cliniques, et tombent hors des radars quant il s’agit d’étudier les pathologies ou d’expérimenter des traitements et de connaître leur impact.

Personne malade avec un thermomètre dans les mains

Les priorités des femmes en matière de santé

Plusieurs enjeux ressortent particulièrement et montrent les préoccupations des Britanniques en matière de soins.

Des préoccupations et des besoins différents selon les âges :

  • Les adolescentes veulent davantage d’attention accordée à la santé menstruelle.
  • Les femmes âgées entre 18 et et 29 ans attendent que l’on prenne mieux en compte les affections gynécologiques.
  • Les trentenaires attendent quant à elles de meilleures prises en charge concernant les problèmes liés à la fertilité, à la grossesse, aux fausses couches, et aux soins postnataux.
  • Les femmes âgées entre 40 et 59 réclament plus d’informations sur la ménopause. Les soixantenaires, elles, en attendent plus sur les connaissances pour vieillir en bonne santé et sur les maladies de longue durée.

La journaliste et étudiante en médecine Zesha Saleem rappelle d’ailleurs que toutes les femmes ne subissent pas les mêmes discriminations.

« En tant que femme racisée dans cette profession, ça me frappe énormément. Personnellement, j’ai vu des membres de ma famille être traitées par le personnel médical de façon horrible, ce qui a eu des conséquences par la suite. Si vous êtes une femmes noire, vous avez quatre fois plus de chance de mourir pendant la grossesse. »

La santé mentale, une nouvelle priorité

Impossible de faire l’impasse sur un enjeu de santé majeur, qui a gagné en visibilité depuis le début de la pandémie : celui de la santé mentale. Il est parmi les cinq sujets prioritaires pour les répondantes de l’enquête, et ce, quelle que soit la tranche d’âge.

La question de l’accès à des soins et des services liés à la santé mentale est au cœur des demandes.

Face à ces résultats, il est désormais plus que temps d’agir pour pallier les inégalités en matière de santé. Et la Women’s Health Strategy se présente comme un premier pas dans la bonne direction. 

À lire aussi : La santé mentale des étudiants ne s’arrange pas : les psys s’attendent à un tsunami de dépressions

Crédit photo : MART production via Pexels


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

2
Avatar de Elorousso
19 janvier 2022 à 15h01
Elorousso
Mais... Il y a un énorme problème de biais dans cette étude, non ?
Si on récolte des données sur le ressenti des femmes sur leur prise en charge médical, sans les comparer aux même données sur les hommes, comment peut-on aboutir à la moindre conclusion en matière d'inégalités homme/femme ?
J'ai lu rapidement (peut-être trop ?) la methodology de l'étude, et si j'ai bien compris, il ont interrogé : 1 --> des femmes sur leur ressenti personnel 2 --> des femmes sur leur ressenti à propos de la situation des autres femmes 3 --> des hommes, mais invités à témoigner uniquement sur l'expérience des femmes de leur entourage.
A aucun moment les résultats ne sont mis en perspective avec ceux d'autres études, ou comparer avec un groupe témoin homme...
Ça m'embarasse fort, parce que de base j'ai aussi tendance à penser que les systèmes de soin - tout pays confondu - sont à l'image de la société, donc encore trop sexiste. Mais là, j'ai bien peur que si j'utilise cette étude pour débattre avec un mascu, il va me rire au nez
J’ai eu la même réaction que toi en lisant l’article ! Je pense que l’étude se concentre sur les femmes pour dénoncer spécifiquement les biais sexistes (et autres quand on les cumule) qui existent déjà entre une prise en charge d’un patient et d’une patiente. Or, les médecins sont trop peu formé.es à ça... C’est très bien que ce soit mis en avant ! Pareil pour la prise en charge de certaines maladies spécifiques comme dénoncé dans l’article (endométriose et affections gyneco, fetilité, fausses couches, grossesse, post patum, ménopause...) . Idem aussi pour les effets secondaires spécifiquement féminins, le manque d’études et l’exclusion de la recherche.
Est-ce que d’autres études ont été réalisées sur des hommes ? Je ne sais pas, mais si ce n’est pas le cas, ce serait une bonne idée.
Je me demande si ce n’est pas la prise en charge des patient-es qui serait à revoir ainsi que le rapport médecin-patient. On n’en est (du moins j’espère) plus à l’époque où le médecin savait et donc ayant autorité, on lui accordait une confiance aveugle. Il y a un changement de paradigme où les patient-es se veulent acteur-trices de leur prise en charge. 4/5 femmes pas écoutées, ça semble effrayant mais je me me demande ce que ça donnerait du côté patient, si le résultat ne serait pas sensiblement identique. Le côté paternaliste du corps médical sur les patients ne concerne pas que les femmes (et autres personnes discriminées).
Cela n’a pas pour but de remettre 100% la faute sur le corps médical, qui bien souvent fait de son mieux avec le temps, les contraintes, les moyens à disposition. Mais quand on voit que certain.es rechignent à prescrire des examens pour ne pas être ennuyées par les assurances, que le temps de consultation est réduit, etc, ça ne laisse pas bcp de place à l’écoute. Sans compter que certaines vieilles habitudes ont la vie dure, il arrive fréquemment (et pas qu’aux femmes) de venir avec un problème et de repartir avec une ordonnance sans que l’on se soit penché sur la cause réelle derrière. Et quelle écoute pour les maladies typiquement masculines, parfois encore plus taboues que les maladies féminines ? (Encore une fois, il y a des médecins supers, là n’est pas la question). Mais la médecine évolue avec le temps, et pour tout le monde.
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Santé

Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Source : Creative Commons
Daronne

Doliprane pour enfant : attention à certaines pipettes défectueuses, alerte l’ANSM

Source : npdesignde / Getty Images
Santé

Bed rotting : pourquoi glander au lit toute la journée est une mauvaise idée

3
femme-bar-verre-alcool // Source : URL
Santé

« À 29 ans, je dois arrêter l’alcool car c’est devenu incontrôlable » : dans la vie de Juliette, alcoolique mondaine

3
C'est l'appareil électroménager-star de nos cuisines ces dernières années : on veut bien évidemment parler de la friteuse à air chaud ! Louée pour sa praticité et sa rapidité, il se murmure néanmoins qu'elle serait cancérigène et dangereuse pour la santé. On démêle le vrai du faux.
Santé

Mal utilisées, les friteuses Airfryer peuvent-elles vraiment être toxiques pour la santé (comme l’affirme une étude coréenne) ?

Source : @Photo de Mikhail Nilov
Beauté

Un mouvement anti crème solaire sévit sur les réseaux sociaux et voici pourquoi c’est inquiétant

54
bethany-beck-unsplash mere sociale enfants d’arc en ciel
Daronne

Mère et atteinte de TDAH : « J’ai longtemps tenté de masquer mes difficultés quotidiennes »

14
Source : URL
Santé

Selon une nouvelle étude, il n’existe pas d’augmentation du risque de cancer pour les enfants nés d’une PMA

Source : URL
Beauté

Pourquoi vous devriez arrêter de faire des lissages brésiliens

La société s'écrit au féminin