Live now
Live now
Masquer
Femme triste devant son ordinateur
Vie étudiante

La santé mentale des étudiants ne s’arrange pas : les psys s’attendent à un tsunami de dépressions

La santé mentale des étudiants va de mal en pis. À tel point que les spécialistes de la santé mentales craignent une explosion des cas de dépressions et de troubles anxieux…

Ces derniers mois, des études suggérant que, depuis le début de la pandémie, les étudiants et étudiantes sont au fond du trou ne cessent de paraître. Et elles rabâchent la même chose : les confinements et l’isolement social ont fortement mis à l’épreuve la santé mentale des jeunes en cours d’études.

Il faut dire qu’il y a de quoi inquiéter les professionnels de la santé mentale… Dans une récente enquête menée par l’Inserm et l’université de Bordeaux, 37% des étudiants et étudiantes interrogées souffrent de troubles dépressifs et 27% d’anxiété.

C’est énorme, et personne n’est équipé pour contenir cette crise, selon les spécialistes qui s’inquiètent de plus en plus.

« Les sollicitations sont exceptionnellement élevées pour la période – entre 30% et 50% de plus que d’habitude. »

Christophe Tzourio

Les étudiants et étudiantes, à bout de souffle

En novembre dernier, l’Inserm et l’université de Bordeaux faisaient l’effroyable constat que 37% des étudiants déclaraient souffrir de troubles dépressifs, que 27% disaient avoir des symptômes d’anxiété et que 13% d’entre elles et eux avaient eu des pensées suicidaires.

Quelques mois plus tard, pas de nouveaux chiffres, mais des inquiétudes grandissantes et côté des psychiatres et psychologues qui voient surgir chez ces jeunes une nouvelle vague de troubles anxieux et dépressifs, de plus en plus difficile à contenir.

Christophe Tzourio, professeur d’épidémiologie et directeur de l’espace santé étudiants de l’université de Bordeaux, confie au Monde :

« Les sollicitations sont exceptionnellement élevées pour la période – entre 30% et 50% de plus que d’habitude. Et cela ne représente que la toute petite partie émergée de l’iceberg : ceux qui savent que nos services existent et qui ont la capacité de faire ce geste compliqué de demander de l’aide. »

D’ailleurs, pour le co-auteur de l’étude menée en novembre, « les problèmes de santé mentale des étudiants ne sont absolument pas derrière nous : au contraire, cela risque de s’aggraver ».

Selon lui, les conséquences de la pandémie sur la santé mentale seraient banalisées par les médias, particulièrement quand il s’agit des jeunes étudiants, alors même qu’ils évoluent dans un contexte stressant sans précédent.

Pas de lumière au bout du tunnel, avenir incertain, difficultés financières et conditions d’études peu propices à l’apprentissage… les étudiants et étudiantes s’essoufflent, décrochent et cumulent les facteurs aggravants.

Le responsable d’une unité d’hospitalisation à l’Hôtel-Dieu à Paris, Thierry Bigot, affirme accueillir aujourd’hui « plus de 50% d’étudiants », alors qu’il n’en recevait « quasiment aucun » avant la crise sanitaire.

Femme accablée sur son lit

Des psys qui manquent de moyens

Malgré la mise en place de certaines mesures pour tenter de colmater les dégâts de la pandémie sur la santé mentale, le Gouvernement manque d’enduit.

Le dispositif déclenché avec le « chèque psy » — huit séances chez un psychologue en libéral et le recrutement de 80 psychologues dans les universités en 2021 — ne donne pas grand-chose de concluant. Pour preuve, il n’aurait été utilisé par 2% des interrogés selon Le Monde.

De plus, l’outil n’a pas été accueilli à bras ouvert par la profession. Overbookés et sous-payés, les psy estiment que ce dispositif les lèse autant que leurs patients et se retirent carrément du système.

Mises à part quelques études par-ci, par-là, quelques initiatives indépendantes et la mise en place de ce fameux « chèque psy », peu d’outils viennent en aide aux étudiants et étudiantes comme aux pros. Même les candidats à la campagne présidentielle qui approche n’ont pas touché un mot à propos de cette crise…

Les étudiants et étudiantes, grandes oubliées ?

Quelques ressources pour les étudiants et étudiantes

En cas de détresse psychologique :

  • En cas de crise suicidaire ou d’urgence, appelez le 15 ou le 112 
  • Consultez un ou une psychiatre ou psychologue, ou tournez-vous vers un Centre Médico-Psychologique (CMP)

À lire aussi : Surprise (non), c’est chez les femmes et les jeunes que la pandémie a fait le plus de dégâts côté santé mentale

Crédits photos : Alex Green et Andrea Piacquadio (Pexels)

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Vie étudiante

Vie étudiante
kojo-kwarteng-unsplash-etudiante – format vertical

Des examens en présentiel et sans jauge : les annonces de Frédérique Vidal inquiètent les étudiants

Maëlle Le Corre

29 déc 2021

10
Psychologie
Étudiante chez une psy

Les étudiants ont-ils vraiment profité des séances de psy gratuites lancées par le gouvernement ?

Psychologie
Étudiante triste à l'université

Cette nouvelle ressource vole au secours des étudiants ayant des problèmes de santé mentale

Féminisme
Étudiante harcelée à l'école

Une étudiante sur 20 victime de violences sexuelles : les facs et grandes écoles sous le feu des projecteurs

Actu en France
pexels-andy-barbour-universite plan actions violences sexistes et sexuelles

Enfin un plan d’actions contre les violences sexistes et sexuelles dans les facs et les grandes écoles

Maëlle Le Corre

18 oct 2021

Vie étudiante
Lumni Etudiants

Étudiantes, étudiants, cette nouvelle plateforme regorge de ressources pour vous

Eva Levy

29 sep 2021

Vie étudiante
Harcèlement – scolaire – fille – école

Les ados eux-mêmes harcelés sont « plus nombreux à avoir été auteurs de violences en ligne »

Développement personnel
etudiante-triste

Comment s’intégrer quand on est la petite nouvelle et que tout le monde se connaît déjà ?

Vie étudiante
etudiante

Vous entrez à l’université ? On a fait votre liste de fournitures pour la rentrée

Mathilde Trg

09 sep 2021

26
Travail
école informatique féministe Ada Tech School
Sponsorisé

« C’est tellement gratifiant » : trois futures développeuses témoignent

La carrière s'écrit au féminin

1 2 3 4 5 6 7 8 9