Live now
Live now
Masquer
Normal People // Source : capture d'écran Youtube
Culture

Pour Paul Mescal (Normal People), censurer le sexe au cinéma et dans les séries est néfaste pour la gen Z

Censurer le sexe dans les séries et au cinéma ? Paul Mescal est contre. Dans un entretien accordé au Sunday Times, l’acteur irlandais a pris position en faveur de la sexualité à l’écran, soulignant son importance pour une représentation réaliste de la vie. Selon lui, éliminer ces moments « pour mettre les plus jeunes à l’aise » aurait un effet délétère, car le sexe est une composante essentielle de la vie et que son inclusion à l’écran contribue à une meilleure compréhension des personnages.

De Normal People à Aftersun en passant par Sans jamais nous connaitre, Paul Mescal incarne une masculinité sensuelle, à l’écoute de son corps et de celui de ses partenaires, féminins comme masculins.

Et ce n’est pas un hasard. Dans un entretien pour le Sunday Times, le comédien irlandais a expliqué être très attentif à la présence de scènes de sexe au cinéma, qui sont selon lui, « extrêmement importantes ».

À lire aussi : Les 15 films les plus attendus de 2024 : on fait comment pour patienter ?

« Le sexe est une forme de communication »

Est-ce rendre service aux plus jeunes que de ne plus représenter la sexualité au cinéma ? Paul Mescal est convaincu de l’inverse. Dans les colonnes de l’hebdomadaire anglais, l’acteur a déclaré :

« Si nous supprimons les scènes de sexe au cinéma pour ne pas heurter la sensibilité des plus jeunes, on ne rendrait service à personne. Le sexe fait partie intégrante de la vie, c’est une forme de communication. »

Normal People // Source : capture d'écran Youtube
Source : capture d’écran Youtube

Paul Mescal a également évoqué son approche des scènes de sexe en tant qu’acteur. Il a ainsi confié que lorsqu’il lisait des scénarios, imaginer la vie sexuelle d’un personnage l’aidait à mieux comprendre son rôle.

La génération Z : vers plus de relations platoniques et d’amitiés à l’écran ?

Les déclarations de Paul Mescal résonnent avec des chiffres significatifs sur les jeunes et les scènes de sexe à l’écran. Comme l’a révélé The Guardian, une étude de l’UCLA réalisée en 2023 révèle que 47,5 % des jeunes nés après 1995 (la fameuse génération Z) estiment que le sexe n’est pas nécessaire dans l’intrigue d’émissions ou de films.

À lire aussi : Moins de sexe, plus de liberté : comment le féminisme a bouleversé nos relations intimes

Plus encore, 51,5 % voudraient voir davantage d’intrigues axées sur les amitiés et les relations platoniques. Ces résultats s’inscrivent dans une tendance plus large montrant que la génération Z a moins de relations sexuelles à un jeune âge par rapport aux générations précédentes. Une étude des Centers of Disease Control and Prevention de 2021 révèle une baisse notable, avec seulement 30 % des adolescents déclarants avoir eu des relations sexuelles, contre plus de 50 % au cours des décennies précédentes.

Dans le même entretien pour le Sunday Times, Paul Mescal a avancé l’idée que le désintérêt croissant des jeunes pour les scènes de sexe à l’écran pourrait être lié à l’omniprésence de la pornographie. À ce propos, l’acteur s’est dit « fier » de la manière dont sa série Normal People abordait le sujet, insistant sur la communication des deux personnages principaux sur la virginité ou le consentement.

Normal People // Source : capture d'écran youtube
Normal People // Source : capture d’écran youtube

Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

25
Avatar de hellopapimequepasa
18 janvier 2024 à 21h01
hellopapimequepasa
je partage l'avis de tous le monde...dans outlender clem et élite j'avais été très saouler par les scène de sexe (et dans outlander et élite c'est carrément hyper explicite ça sert a rien encore clem ça restait light )en revanche pour sex éducation j'avais moins été choqué alors qu'au départ je voulais pas regarder la série a cause de ça..et au final je l'avais aimé car ces scènes servais a quelque chose et qu'en plus elles ont souvent lieux au début de l'épisode et du coup ça choque moins car on peut s' y attend
2
Voir les 25 commentaires

Plus de contenus Culture

« Comment redécouvrir votre sexualité ? » : Lisa Demma, autrice du livre qui décomplexe le sexe // Source : DR
Sexo

« ​​Quand on parle de libido, l’insécurité est toujours dans les parages » : Lisa Demma

Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

1
L'affiche officielle du film Challengers de Luca Guadagnino avec Zendaya // Source : DR
Cinéma

Zendaya, Mike Faist et Josh O’Connor dans la nouvelle bande-annonce du film Challengers de Luca Guadagnino

Source : Wikimedia Commons
Société

Isild Le Besco se dénonce sa relation « d’emprise destructrice » avec Benoît Jacquot

Judith Godrèche revient sur l'émission de Laure Adler en 1995 - C Ce soir du 12 février 2024 // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

« On s’en fiche bien que j’y aille ou pas » : Judith Godrèche balaye les rumeurs sur sa présence aux César 2024

Bilal Hassani pour Zalando // Source : Zalando
Mode

Bilal Hassani : « Le vêtement peut nous rassurer et nous armer de confiance »

The Beatles // Source : tmdb
Culture

Les Beatles auront chacun droit à leur biopic pour raconter leur légende

Judith Godrèche // Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Aux César, Judith Godrèche prendra la parole sur les violences sexuelles dans le monde du cinéma

1
Source : lumineimages
Daronne

Nostalgie : la suite de ce dessin-animé culte débarque sur les écrans

Anny Duperey  // Source : Capture écran YouTube
Société

Anny Duperey n’est plus marraine de SOS Villages d’enfants après sa prise de parole sur Judith Godrèche

4

La pop culture s'écrit au féminin