Live now
Live now
Masquer
Source : Twitter / Capture vidéo
Société

Pour Emmanuel Macron, les jeunes ayant participé aux révoltes ont grandi dans des familles monoparentales ou à l’ASE

Interviewé ce lundi 24 juillet depuis la Nouvelle-Calédonie, Emmanuel Macron a affirmé que les jeunes ayant participé aux révoltes urbaines après la mort de Nahel M. venaient pour la plupart d’un « cadre familial fragilisé », et en particulier de « familles monoparentales ». De quoi faire réagir politiques et militants sur les réseaux sociaux. 

« L’ordre, l’ordre, l’ordre ». Voici, en trois mots (ou plutôt trois fois le même), le programme que souhaite appliquer Emmanuel Macron auprès de la jeunesse. 

Trois semaines après les révoltes urbaines ayant éclaté suite au décès de Nahel M., tué par un tir de police, le chef de l’Etat a accordé ce lundi 24 juillet une interview aux JT de 13 heures TF1 et France 2 depuis Nouméa, en Nouvelle-Calédonie. 

Objectif : dresser le bilan des « cent jours d’apaisement » dont il avait appelé de ses voeux en avril dernier, en pleine mobilisation de la réforme des retraites, et donner le cap du gouvernement, quelques jours après le remaniement

Un retour à l’ordre et pas de remise en question

Outre les annonces sur les réformes à venir – l’Éducation, la Loi immigration, la transition écologique… -, Emmanuel Macron a tiré le bilan de la gestion des épisodes de violences urbaines suite à la mort de Nahel le 27 juin dernier. Se félicitant des « 4 000 interpellations » réalisées par les forces de l’ordre et de la « réponse judiciaire implacable », le président s’est lancé dans une analyse des chiffres concernant le profil des « 500 à 600 jeunes qui ont été déférés à la justice »

« Ce sont des très jeunes – environ 16 ans de moyenne d’âge. On parle de jeunes qui, pour une très large majorité, n’étaient pas connus de la justice. On parle de jeunes qui, pour une écrasante majorité, ont un cadre familial qui est fragilisé, soit parce qu’ils sont dans des familles monoparentales – ils sont élevés par un seul de leurs parents – soit parce qu’ils sont à l’Aide sociale à l’Enfance », a déclaré Emmanuel Macron, qui a ensuite appelé à « un retour de l’autorité à chaque niveau, et d’abord dans la famille ». 

« C’est tout le chantier que je veux pouvoir offrir à la fin de l’été, celui de l’autorité parentale, a-t-il ajouté. Ce n’est pas l’Éducation nationale, c’est encore moins la police le problème. Il faut le traiter à la racine. Il faut donc responsabiliser certaines familles, en accompagner certaines autres qui sont dans la détresse, et on doit réinvestir massivement sur notre jeunesse pour lui redonner un cadre. »

Une stigmatisation des mères isolées

Cette mention au « cadre familial fragilisé » que constitueraient les « familles monoparentales » n’a pas manqué de faire réagir. Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon a été le premier à accuser le chef de l’État de stigmatiser ces familles monoparentales et de « couvrir les débordements » de la police « sans soutenir la Justice »

Plusieurs internautes lui ont emboîté le pas, rappelant, au passage, qu’il s’agissait d’un raccourci dangereux qui justifiait les violences policières tout en jetant l’opprobre sur des familles qui sont souvent tenues à bout de bras par des femmes. Car, comme l’a souligné l’Insee dans sa dernière étude sur le sujet datant de 2020, une famille sur 4 est monoparentale (24,7 %) ; les mères sont très largement à la tête de ce type de famille (85 %). Ces familles sont aussi le plus souvent en cas de précarité. 

Réclamer, comme Emmanuel Macron, un « retour à l’autorité parentale » et une plus grande fermeté vis-à-vis de ces familles déjà touchées par des difficultés systémiques ne résoudra certainement pas le problème. Et, contrairement à ce qu’il affirme, les violences policières et le manque de moyens octroyés à l’Éducation nationale sont une partie du problème. Mais ça, le président de la République n’est visiblement pas prêt à l’entendre.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

12
Avatar de Luthea
25 juillet 2023 à 19h07
Luthea
@MaïaLéa L'ASE est géré par les départements, donc dur d'avoir une réponse unique. Enfin. Normalement il y a eu Adrien Taquet à un moment chargé de l'enfance
Mais du coup, si ce sont des jeunes qui ont été suivis par l'ASE et qu'il y a des manquements. Ca veut dire que l'ASE manque de moyens, donc que le gouvernement va allouer des fonds à la protection de l'enfance. Non ?
10
Voir les 12 commentaires

Plus de contenus Société

Emmanuel Macron // Source : Capture YouTube
Société

Emmanuel Macron surfe sur la transphobie ambiante et fait le jeu de l’extrême droite

2
teletravail-integration-conseils
Société

Le télétravail est bon pour la santé et le moral, c’est la science qui le dit

Source : PixelsEffect / Getty Images Signature
Santé

C’est officiel, les antibiotiques en cas de cystite sont disponibles sans ordonnance

1
Source : BootEXE
Société

Vidéo de Jordan Bardella : ce détail révélateur dans son adresse à « toutes les femmes de France »

1
Karolina Grabowska de Pexels // Source : Karolina Grabowska de Pexels
Société

Souffrez-vous d’anxiété électorale ? Ce que vous pouvez faire pour y remédier (en plus de voter !)

Source : Unsplash
Société

Voici La ville d’Europe où les habitants se sentent le plus en sécurité en marchant seuls la nuit

Elon Musk // Source : SpaceX Launches SpaceX Falcon Heavy Rocket
Actualités mondiales

Elon Musk accusé de harcèlement sexuel par d’ex-employées de SpaceX

5
Source : © Katya Konioukhova
Société

La crise agricole, une crise de la masculinité ? Repenser la place des agricultrices avec Julie Francoeur

Toute l’année, Ruban Rose se donne pour missions de soutenir les femmes atteintes d’un cancer du sein, d'informer sur l’importance du dépistage et d’encourager la prévention. Une détection rapide permet d’alléger les traitements, et augmente les chances de guérison. // Source : Nathan Cowley / Pexels
Société

Voici la région la moins sportive de France, et ce n’est pas une surprise

9
Source : Getty Images Pro
Actualités

On sait quand sera versée l’Allocation de rentrée de scolaire (ARS) récemment revalorisée

La société s'écrit au féminin