Live now
Live now
Masquer
Pauline, 42 ans et célibataire
Célib

Pauline, 42 ans : « C’est comme si j’étais vierge à nouveau »

Chaque semaine dans Célib, des personnes de tous genres nous racontent les joies et les questionnements de leur célibat, qu’il soit choisi ou subi. Aujourd’hui, Pauline, célibataire depuis l’année dernière, découvre la liberté de ne vivre que pour soi, sans compromis.
  • Prénom ou pseudo : Pauline*
  • Âge : 42 ans
  • Lieu de vie : ville frontalière à l’est de la France
  • Orientation sexuelle et/ou romantique : hétérosexuelle

Depuis quand êtes-vous célibataire ? 

En juin, cela fera un an que je suis célibataire. J’ai eu assez de force et de courage pour affronter la peur de la solitude après 13 ans d’une relation off/on.

C’était une relation opposée à toutes mes valeurs et principes. J’étais très malheureuse à l’intérieur de moi car je vivais dans le déni. Je déteste l’alcool et mon ex-partenaire était très porté là-dessus. Il avait l’alcool joyeux et n’était pas violent, mais toute sa vie sociale tournait autour de l’alcool. Il allait au bar toute la journée pour consommer… Je pensais pouvoir l’aider dans son alcoolisme, mais j’y ai laissé des plumes. Il m’entraînait avec lui dans la déchéance.

À la fin de notre relation, nous étions à l’opposé et n’avions plus rien en commun, car entre-temps, j’avais fait un gros travail sur moi. Je n’aimais plus la personne que je devenais et surtout, je perdais mon temps dans une relation toxique et de codépendance. J’ai eu le courage de faire face à la rupture et de me retrouver vraiment seule sans aucun homme dans ma vie (flirt, relation pansement…). Ça a été une période compliquée, mais j’ai l’ai surmontée et j’en suis sortie plus forte et confiante.

Comment décririez-vous votre célibat ? 

Cette période de célibat est la meilleure chose qui me soit arrivée. J’ai vraiment fait un travail de développement personnel afin de comprendre mes erreurs et réparer toutes mes blessures et failles. J’ai lu beaucoup de livres et je me suis enfin retrouvée en tête-à-tête avec moi-même. Je n’ai jamais eu la force d’être seule. Je recherchais l’amour à l’extérieur, mais comment un homme pouvait m’aimer si je ne m’aimais pas ? C’est un processus long et douloureux, mais ensuite, ce n’est que du bonheur. 

Cette période de célibat m’a permis de reprendre confiance en moi. Je suis la seule responsable de mon bonheur. Un homme n’est que la cerise sur le gâteau. 

CÉLIB_PAULINE_CITATION

Je n’ai jamais vraiment été seule émotionnellement et physiquement depuis mes 15 ans. J’ai toujours été dans des relations où j’avais un homme sous la main. Je ne pouvais pas être seule et malheureuse : c’est ce que je pensais à cette époque mais, heureusement, j’ai évolué là-dessus. Je me jetais sur le premier venu qui s’intéressait à moi. Je ne me connaissais pas, donc j’ignorais quel genre d’hommes je voulais pour moi. 

À présent, j’ai des critères non négociables : un homme sportif, avec une hygiène de vie saine, sans addiction (alcool, cigarettes…).

J’ai récemment eu une aventure et ça a viré au drame. J’ai baissé ma garde dans un moment de vulnérabilité. Cela me conforte dans mes principes, il faut vraiment prendre son temps avant de commenter une nouvelle romance.

Le célibat a-t-il un impact sur votre moral, au quotidien ? 

Le célibat a parfois un impact sur mon moral, mais cela ne dure pas. En ce moment, je suis en congé sabbatique en Asie du Sud-Est, et voir tous les couples en vacances me renvoie l’image de mon célibat. Les dîners au coucher de soleil, c’est plus agréable si l’on est deux

Parfois, je ressens le manque d’être touchée, d’être embrassée et les relations intimes, mais cela est passager. C’est comme si j’étais vierge à nouveau et qu’aujourd’hui, mon vagin est un diamant. Je suis en mode pause et c’est reposant. Je me remets de toutes les mauvaises expériences que j’ai eues. Trouver un homme en 2023 pour du sexe, c’est facile, mais trouver un homme bien et libre pour une relation sérieuse, ça prend du temps.

Pensez-vous qu’être célibataire vous permet des choses que vous ne pourriez pas faire en couple ? 

Le célibat est une liberté indiscutable. Il n’y a que moi qui compte. Je fais tout ce qui me plaît, à n’importe quel moment. Tout est plus facile car il n’y a pas de compromis à faire. J’ai toujours été une personne indépendante et j’aime avoir mes propres activités et hobbies.

À l’inverse, pensez-vous qu’être célibataire vous empêche de faire des choses que vous pourriez faire si vous étiez en couple ? 

Je fais déjà pas mal de chose en étant célibataire : voyager seule, être propriétaire, investir, faire du sport… Mais parfois il y a des limites. Par exemple, les sorties organisées ou clichés comme les restaurants à ambiance romantique, les journées snorkelling en groupe…

En fait, je ne me sens pas à l’aise lorsque je sais qu’il n’y aura que des couples ou des familles. Cela me renvoie à mon célibat

Lorsque j’ai rénové mon appartement, le soutien d’un homme aurait été appréciable. Être une femme et traiter avec les artisans n’était pas de tout repos. 

À l’inverse, si je fais des activités toute seule, cela renforce ma confiance et mon estime. J’essaye de faire tout ce que j’ai envie même si je le fais seule. Ce sont des petits objectifs à réaliser. En Thaïlande, je suis allée en soirée seule et j’étais la première sur la piste de danse en étant à jeun. J’étais trop fière, car j’étais libérée du regard des autres. 

Cherchez-vous activement à trouver une relation amoureuse ? 

Pas pour le moment. Je suis encore en voyage, donc cela ne sert à rien, car je vais rentrer au mois de juin. En rentrant, j’aurai les yeux ouverts et je serai prête aux opportunités qui s’offriront à moi. Je suis de la vieille école, donc je ne suis pas sur les applis de rencontres. Je crois au destin et à la synchronisation.

Le célibat amoureux a-t-il un impact sur votre vie sexuelle ?

Je ne recherche plus de partenaires sexuels. J’ai eu ma période et cela ne m’intéresse plus. C’est une perte de temps, d’énergie, et souvent, c’est une désillusion totale. 

Ressentez-vous une forme d’injonction à être en couple ?

Non car je suis heureuse et en accord avec mes valeurs. Je rayonne même en étant seule

Parfois, je fluctue comme en bourse, mais sans crash. 

Estimez-vous que le célibat a un impact sur vos finances ? 

Le célibat a un impact positif sur mes finances car j’arrive à économiser plus d’argent. 

Il n’y a plus de sorties superflues et inutiles. Je suis une fourmi donc cela ne marchera pas si j’ai une cigale comme partenaire. 

Avez-vous un budget « dating » ?

Non, car je n’en fais pas pour l’instant. Je préfère dépenser cet argent pour moi en me faisant du bien (massage, voyage, sport…). 

Quels sont vos projets pour le futur ?

Je suis prête et ouverte pour rencontrer des hommes sans être désespérée. Je me réjouis de ce que la vie a à m’offrir, que je sois seule ou accompagnée.  

Avez-vous une anecdote sur le célibat à partager ? 

J’ai travaillé à un tournoi de tennis l’année dernière et ça a été une révélation. Grâce à ce job, j’ai affronté mes peurs et suis sortie de ma zone de confort (milieu élitiste, foule…) car à la base, je ne suis pas fan de tennis. Eh bien, je n’ai jamais autant vu de beaux mecs au m2 de ma vie. Comme j’étais investie à 100 % en étant souriante et avenante, j’ai eu du succès malgré le jogging et tee-shirt siglés du nom de l’événement. 

Depuis, je me suis rendu compte que si j’étais bien dans mes baskets en étant sûre de moi, je rayonnais le bonheur. Et les hommes le ressentent et sont attirés.

Merci à Pauline* d’avoir répondu à nos questions !

* Le prénom a été modifié.

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

5
Avatar de Le Poireau
26 mai 2023 à 14h05
Le Poireau
J'ai eu un peu le même ressenti que @Whynaute à la lecture de ce témoignage, même si je peux bien sûr me tromper et avoir eu une interprétation biaisée. Mais j'ai le sentiment que la Madz qui témoigne, même si elle s'est construite "pour elle" après cette relation avec son ex, reste dans une optique de plaire. C'est notamment sa réflexion sur le fait qu'elle a fait beaucoup de travail sur elle, et selon laquelle "comment pourrait-on m'aimer si je ne m'aime pas moi même ?" qui m'a donné cette impression.
Si c'est vrai sur le fond et que bien sûr c'est super si la Madz se sent mieux depuis qu'elle a travaillé sur les points qu'elle soulève, je trouve qu'il y a une certaine pression sur les femmes à "travailler sur elles" dans le cadre des relations amoureuses. Et oui, je suis 100% d'accord avec le fait qu'avoir un partenaire amoureux, c'est juste la cerise sur le gâteau quand on se sent bien avec soi-même mais j'ai parfois l'impression qu'il ya une sorte de lien qui se crée : je vais "travailler sur moi" pour trouver une relation sérieuse alors que le principe ce serait plutôt de travailler sur soi (si tant est que ce soit réellement nécessaire), juste pour soi en fait.
Je ne dis pas que c'est le cas de Madz qui témoigne, parce que j'ai peut être mal interprété son témoignage et parcequ'elle a malgré tout l'air sereine vis à vis de son célibat et c'est chouette mais c'est juste une réflexion qui m'a été inspirée par l'article.
Si la Madz passe par là et que je suis totalement à côté de la plaque, je suis vraiment désolée, c'est une réflexion assez générale, qui ne s'applique pas nécessairement à elle directement.
11
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Célib

Source : Midjourney
Célib

Mélissa, 25 ans, célib depuis 2 ans : « Être en couple n’empêche pas forcément de finir sa vie seule »

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : URL
Célib

Patricia, 38 ans : « Je me considère comme une célibataire radicale »

2
Source : Midjourney
Célib

Margaux, 24 ans, célibataire depuis 5 ans : « À un moment, je cherchais et je voyais l’amour partout »

11
Source : Midjourney
Amours

Sophie, 39 ans : « J’essaye de soigner ma dépendance affective » 

Source : Unsplash / Daniel Lezuch
Célib

Chloé, 25 ans : « Pour les dates, je me dis toujours ‘au pire, je découvre un bar ou un resto sympa’ »

Source : Midjourney
Célib

Julia, 25 ans : « Pour les hommes cis, être célibataire équivaut à être ‘disponible sur le marché’ »

Source : Andrea Piacquadio / Pexels
Célib

Victoria, 33 ans et ex-polyamoureuse : « J’ai envie d’être la priorité absolue de mon ou ma partenaire »

Source : Engin Akyurt / Pexels
Célib

Christelle, 35 ans : « J’enchaîne les situationships depuis près de dix ans »

7
LELO_Selection Saint valentin // Source : LELO
Sexo

Saint-Valentin : la sélection de sextoys parfaite pour une nuit de plaisir

Source : Midjourney
Célib

Océane, 29 ans : « Une fois qu’on a goûté à la solitude liée au célibat, on a du mal à s’en priver »

La vie s'écrit au féminin