Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

OSS 117, Rio ne répond plus

12 avr 2009 11

Si OSS 117 premier du nom fut sans doute l’une des plus belles surprises de 2006 pour mes zygomatiques (et ceux de plein d’autres gens), il planait au-dessus de ce numéro la menace de « la suite foireuse d’une super surprise », rendant par la même occasion l’original soudain aussi fade que son successeur.

En grand fan d’Hubert Bonisseur de la Bath (j’ai dû savourer 15 fois le premier et son « j’aime me beurrer la biscotte »), je suis allé voir ce Rio ne répond plus avec la grande appréhension. Ce numéro deux allait-il gâcher mon plaisir et mes 32 visionnages à venir d’OSS 117 number 1 ?…

oss 117
A base de bogosse, quoi…

Ne faisons point durer le suspense plus longtemps : oh que non ! Mieux : pour cette première fois, j’ai préféré Rio ne répond plus à Le Caire Nid d’espions – oui, selon moi, OSS et tous les films de détournement s’améliorent au fur et à mesure des regardages.

Le pitch est simple : Hub’ a pris de l’âge. On est en 1967, la veille de 68. Le monde est sur le point de changer, mais de la Bath ne l’a pas pigé – normal, en même temps. Il est envoyé à Rio pour ce qui ne doit être qu’un simple échange avec un ancien Nazi – oui, encore eux : une valise pleine de francs contre une liste de collaborateurs français (« elle doit être bien courte ! » plaisante Hubert – *gêne de son patron aka Pierre Bellemare*).

oss 117
Grosse grosse teuf à Gstaad (et encore, tu vois pas les pompes, là)

S’en suivra tout un pataquès mettant en scène – en vrac – des hippies, le Mossad, des catcheurs, un crocodile braisé, des chinois, un accident de trapèze, un agent de la CIA (« mother fucking bastard of the mother fucker of french », qu’y dit)…

Plutôt que de t’énumérer toutes les qualités d’OSS 117, voici 8 bonnes raisons d’aller voir la suite des aventures de la Bath.

1/ Maillon essentiel de l’affaire, Jean Dujardin est toujours aussi excellent. Ceux qui croyaient que sa prestation dans le premier était un coup de pot auront confirmation que c’est un foutu grand acteur de comédie. C’est dingue à quel point il habite ce personnage, pourtant pas simple à interpréter.
2/ Ca taille toujours autant sur la bonne vieille France à Papa. Et pas que. La CIA en prend pour son grade, comme ça, en passant. Bing dans ton pif.
3/ Après être venu à la rescousse de la colonie égyptienne (et le paternalisme bien cracra qui va avec « prends donc cette photo de notre Président, René Coty »), au tour de l’antisémitisme latent. « Etrange d’avoir des espions juifs… ils sont tellement reconnaissables… enfin j’veux dire le nez tout ça, quoi… » Magnifiquement dégueulasse.
4/ Les Chinois aussi en prennent pour leur grade… « Sales rouges »… « Sales jaunes, vous voulez dire ? »
5/ Hubert découvre de nouveaux plaisirs charnels. [spoil] « On est bien d’accord, tout ça reste entre nous. Parce que sorti de son contexte, ça peut paraître étrange, un doigt dans le derrière » [/spoil]
6/ Il y a quelques scènes cultissimes, même si on pourra regretter qu’Hubert ne se soit pas envolé à nouveau dans un numéro de chant (et non, ça n’aurait pas fait redite du tout)…
7/ Les dialogues sont magnifiques. Le film remet au goût du jour des termes tels que « sous huitaine ». Magnifique, quoi.
8/ Hazanavicius et sa bande maîtrisent le détournement et l’absurde à merveille. Pour un fan du genre comme moi, c’est un pur régal. Le moindre gag est léché, les dialogues sont aussi géniaux que les silences que suivent les horreurs lâchés par de la Bath, la mise en scène est chiadé.

Jean Dujardin racontait pendant sa promo qu’OSS n’a pas vocation à devenir une franchise. Oui, pourquoi pas, mais ça serait vraiment dommage que cette bande-là ne travaille pas à nouveau sur un autre projet…

Les Commentaires
11

Avatar de twiliiight
25 avril 2009 à 15h45
twiliiight
j'ai adoré comme le premier. Morte de rire du début à la fin
Vive Dujardin!!!
0
Voir les 11 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin