Live now
Live now
Masquer
appli-1000-premiers-jours-gouvernement
Parentalité

On a testé pour vous l’appli des 1000 premiers jours créée par le gouvernement pour les parents

Pour alléger la charge mentale des parents et mieux les informer, le gouvernement a créé une appli. Que contient-elle ? On l’a téléchargée !

Dans le cadre de son plan des « 1000 premiers jours », le gouvernement veut mieux accompagner les (futurs) parents de la conception aux deux ans de leur enfant. Plusieurs chantiers ont été ouverts pour cela, dont celui de l’allongement du congé paternité.

Dernière initiative en date : créer une application, baptisée 1000 premiers jours, afin de rassembler toutes les informations dont les parents ont besoin sur le plan médical et administratif, mais aussi sur les stades du développement de l’enfant.

Développée avec des professionnels de santé et des associations de parents, cette application a aussi pour objectif d’aider à mieux dépister les difficultés parentales et les dépressions post-partum, souvent tues par les mères (et les pères) qui y sont confrontés.

Un calendrier et des articles pour suivre les étapes du développement de son enfant

Alléchées par ce programme, on a téléchargé l’appli. Premier ressenti : c’est une mine de ressources, plutôt bien construite.

Vous pouvez ainsi indiquer à quelle étape vous en êtes (conception, grossesse, âge de l’enfant) et être directement orientée vers des articles et contenus pertinents pour vous. Un calendrier vous permet aussi d’avoir sous les yeux tous les rendez-vous médicaux et/ou administratifs à ne pas manquer pour le suivi de grossesse et le suivi de votre nourrisson.

Pratique pour se rappeler de prendre rendez-vous pour les premiers vaccins de votre bébé, ou pour ne pas oublier la déclaration de naissance à faire en mairie (est-ce qu’on a failli rater le coche pour notre fille ? Possible…)

On a testé pour vous l’appli des 1000 premiers jours créée par le gouvernement pour les parents

L’appli rassemble également sur une carte tous les lieux ressources pour les parents : lieux d’accueil parents-enfants, maternités, PMI, etc. De quoi trouver facilement de l’aide près de chez vous, même s’il vous faudra rester calme face à l’interface un peu foireuse. (Tip : cliquez sur l’écran et patientez pour zoomer).

Dépister les dépressions post-partum

Mais la partie la plus novatrice de l’application, c’est celle où l’on peut passer l’EPDS, une échelle de scorage de la dépression du post-partum, en répondant à une liste de questions simples. Suivant les résultats, les parents peuvent ensuite demander à être recontactés par l’une des bénévoles de l’association Maman Blues, spécialiste de la difficulté maternelle, pour être écoutés et orientés.

Le suicide représente la deuxième cause de mortalité maternelle dans la première année de vie de l’enfant. Alors, savoir qu’une application officielle reconnaît l’existence de la dépression post-partum et tente d’aider les parents à l’identifier (car, il existe encore un énorme tabou sur le sujet), c’est une très bonne nouvelle.

Et si cet article vous a donné envie de télécharger l’application, n’hésitez pas à venir donner votre avis dans les commentaires !

À lire aussi : Allongement du congé paternité, indemnisation du congé parental… Que recommande le rapport Cyrulnik ?

Crédit photo : Amina Filkins / Pexels

Les Commentaires
2

Avatar de Sophie L
8 septembre 2021 à 21h52
Sophie L
Excellente initiative. Rapport Cyrulnik indispensable, si tant est qu'il soit appliqué et non "tronqué". Concernant l'appli, je n'ai pas pu la télécharger (tél qui se fait vieux).
J'espère juste une chose : qu'on ne nous rabâche pas toujours les mêmes causes de la dépression post-partum, à savoir "chute hormonale" et "remaniements psychiques". Oui, d'accord, peut-être, mais c'est surtout que ne pas dormir la nuit pendant plusieurs mois en plus d'assumer seule les tâches qui incombent au soin de l'enfant lors de la journée, c'est inhumain. C'est une gifle infligée aux mères, selon moi. Et de simples "conseils" ne suffisent pas, il faut quelqu'un au quotidien avec la mère pour qu'elle ait des temps significatifs de récupération chaque jour.
Allonger le congé de paternité ok, mais si c'est pour qu'il soit au mieux deux fois plus court que celui de la mère, pour moi c'est non : toujours discriminant professionnellement pour les femmes, ainsi que dans les tâches parentales.
C'est mieux, mais c'est pas encore égalitaire.
J'apprécie beaucoup la géo-localisation des structures d'aide autour de chez les parents.
1
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Parentalité

Parentalité
coeur-poignet-matin-600

Cette astuce va aider votre enfant à aller plus sereinement à l’école maternelle

Manon Portanier

16 sep 2021

4
Parentalité
meres-solos

« Il a besoin d’une figure paternelle » : et si on laissait enfin les mères solo en paix ?

Chère Daronne
couple-parental-apres-bebe

Est-ce qu’on va réussir à rester un couple maintenant qu’on est parents ?

Chère Daronne

15 sep 2021

Revues de films
melissa-etat-texas-documentaire

L’histoire tragique de Melissa Lucio, dans le couloir de la mort depuis 13 ans après le décès de sa fille

Clémence Boyer

15 sep 2021

2
Parentalité
enfants-jouent-tour-cube-600

Ernest, Madeleine : pourquoi ces prénoms vintage reviennent-ils en force ?

Manon Portanier

14 sep 2021

39
Parentalité
rentree-ecole-maternelle

Nos enfants méritent mieux ? Oui, c’est ce que réclament les profs depuis des années…

Clémence Boyer

14 sep 2021

Couple
friends-naissance-emma

TEST – Êtes-vous avec la bonne personne pour faire un enfant ?

Manon Portanier

14 sep 2021

2
Parentalité
deuxieme-bebe-differences

Tout ce qui change entre un deuxième et un premier bébé (indice : balec)

Chloé Genovesi

14 sep 2021

2
Parentalité
mere-seule-enfant

On s’en doutait : en France, les mères célibataires sont plus pauvres que les pères solo

Manon Portanier

14 sep 2021

3
Grossesse
« garder-surprise-sexe-bebe »

Fille ou garçon ? On s’en fiche : on a décidé d’ignorer le sexe de notre bébé jusqu’à sa naissance

Clémence Boyer

14 sep 2021

La société s'écrit au féminin