Live now
Live now
Masquer
nikon-film-naissance-sous-x
Culture

Je suis mon inconnue, un court-métrage sur la naissance sous X

Dans Je suis mon inconnue, une jeune femme apprend qu’elle est née sous X et va tout faire pour retrouver sa mère.

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec le Nikon Film Festival. Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait

Être venu•e au monde par un accouchement sous X, ce n’est pas anodin pour Rose. La jeune femme a 25 ans, un compagnon et vient d’apprendre qu’elle est enceinte.

Mais au moment de partager sa joie avec sa mère, celle-ci lui avoue que Rose est en fait sa fille adoptive. La vérité est que cette dernière est née sous X. Cette nouvelle bouleverse la jeune femme qui décide de retrouver sa mère biologique.

Voilà ce que raconte Je suis mon inconnue, un court-métrage qui fait partie des vidéos concourant au Nikon Film Festival 2017.

nikon-je-suis-mon-inconnueClique sur l’image pour regarder le court-métrage (désactive Adblock si ça ne marche pas)

Pour en savoir un peu plus sur ce court-métrage, je me suis entretenue avec Aymeric Bagic, à l’origine de la vidéo. Le réalisateur de 21 ans, en passe de finir ses études de cinéma, n’a pas choisi cette thématique au hasard :

« Je voulais traiter de la relation mère-fille. Dans le court-métrage, l’héroïne apprend qu’elle attend un enfant et découvre dans le même temps qu’elle ne connaît pas sa mère.

C’est aussi une façon de pouvoir aborder la question de la maternité, et de la difficulté d’apprendre une nouvelle pareille à cette étape de sa vie.

Pour être aussi réaliste que possible, je me suis renseigné sur les conditions de l’accouchement sous X, en grande partie grâce au livre Née sous X, l’enquête interdite, de Sabine Menet.

Il est possible de chercher des renseignements, en appelant les mairies, en ayant les initiales de la mère, mais ça demande beaucoup d’investigations.

Dans ce court-métrage, je ne voulais pas qu’on croit que la mère adoptive est reniée au profit de la mère biologique. Il s’agit au contraire d’une démarche que mère et fille font ensemble pour retrouver la mère biologique.

C’est plus une rencontre à trois qu’une rencontre à deux dont il est question. L’idée est de montrer que la mère biologique va se greffer à cette famille, plutôt que la substituer. »

J’ai également demandé à Aymeric une anecdote de tournage : « L’un des passages a été improvisé, mais on a trouvé ça si bien qu’on l’a gardé… » À ton avis, il s’agit de quel moment ? Indice, c’est drôle.

Gagné, il s’agit de l’instant où le petit ami de l’héroïne détache ses cheveux, qui « adoucit un peu l’ensemble ».

Si vous veux soutenir le film pour le festival, ça se passe par ici.

Si tu souhaites en savoir plus sur l’accouchement sous X, tu peux retrouver les détails légaux sur le site du service public, ou lire notre témoignage sur le sujet (ci-dessous).

À lire aussi : J’ai été adoptée – Témoignage


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

1
Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

1
Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9

La pop culture s'écrit au féminin