Live now
Live now
Masquer
Source : Daria Trofimova / Unsplash
Règlement de comptes

Nadège, ex-surendettée à 1 766 € par mois : « Je devais tout calculer au centime près »

Être en situation de surendettement est-il une fatalité ? Comment réussir à rebondir après avoir été interdit bancaire ? Voici quelques-unes des questions auxquelles nous nous attaquons dans notre rubrique Règlement de comptes.

Parler d’argent, en France, c’est encore tabou. Pourtant, c’est un sujet passionnant, et par certains aspects… féministe ! Dans notre rubrique Règlement de comptes, des personnes en tout genre viennent éplucher leur budget, nous parler de leur organisation financière (en couple ou solo) et de leur rapport à l’argent. Aujourd’hui, c’est Nadège* qui a accepté de nous ouvrir ses comptes.

  • Prénom : Nadège*
  • Âge : 60 ans
  • Profession : auxiliaire de vie sociale 
  • Salaire net avant prélèvement à la source : 1 800 à 1 850 €
  • Salaire net après prélèvement à la source :  1 700 à 1 800 €
  • Lieu de vie : un appartement en périphérie de Strasbourg (Alsace)

La situation et les revenus de Nadège 

Nadège a soixante ans et est auxiliaire de vie sociale : elle intervient au domicile de personnes en perte d’autonomie pour les aider dans la réalisation des tâches de la vie quotidienne. C’est un métier qu’elle exerce depuis six ans, après avoir entrepris une reconversion professionnelle à 52 ans

« Auparavant, j’ai travaillé vingt ans dans l’industrie, à différents postes. Rien ne me plaisait, c’était surtout des jobs alimentaires. Dans mon nouveau métier, je m’épanouis pleinement et je me sens utile. C’est un métier très difficile, avec des horaires à rallonge et changeants, mais tellement enrichissant humainement ! »

Célibataire, Nadège vit seule à Illkirch, une petite commune à côté de Strasbourg, dans un appartement dont elle est locataire depuis 23 ans. Elle a une fille de 29 ans, qui ne vit plus avec elle. 

Pour son emploi à temps plein en tant qu’auxiliaire de vie sociale, Nadège touche un salaire mensuel net de 1 700 à 1 800 €, qui varie selon la prime de panier repas, une indemnité forfaitaire versée chaque mois. 

Elle peut aussi compter sur 66 € de prime d’activité, ce qui porte son revenu mensuel total à 1 766 € (ou 1 866 € les bons mois). 

RDC_NADÈGE_REVENUS

Quand on lui demande si elle se considère comme « bien payée », Nadège répond : 

« Je dirais non, peut mieux faire… Avant, je me considérais comme pauvre, maintenant je dirais dans la moyenne. »

Le rapport à l’argent de Nadège et son organisation financière

Nadège a grandi dans une « famille d’ouvriers ». Sa mère, dépensière, ne lui a jamais inculqué une quelconque éducation financière, ce qui a impacté sa façon de gérer son argent. Il y a quelques années en effet, Nadège a été interdit bancaire

« Ça a été une période très difficile. J’avais droit à une carte bancaire, mais je ne pouvais faire que des retraits d’argent. Je n’avais pas droit au découvert, je devais tout calculer au centime près. Ça a duré cinq ans, durant lesquelles j’ai remboursé une grosse partie de mes dettes. Par contre, pendant vingt ans, j’ai dû rembourser un crédit à la consommation : 50 € par mois, je ne voulais pas rembourser davantage car la personne qui s’occupait de mon dossier était très désagréable, sans aucune empathie. J’en garde un très mauvais souvenir. »

RDC_NADÈGE_SALAIRE

Cette situation de surendettement était d’autant plus difficile à gérer que Nadège était mère célibataire et devait donc assumer les dépenses liées à sa fille. 

« J’ai eu plusieurs années de galère. Quand ma fille était petite, j’ai tout fait pour ne pas qu’elle subisse, même si parfois je devais lui refuser certaines choses par manque d’argent. Je touchais les prestations familiales, mais avec un seul enfant, on a vraiment peu d’aides… À l’époque, je faisais de l’intérim, je n’avais pas d’emploi stable. Heureusement, ma fille a compris, elle a toujours été très mature pour son âge. »

Aujourd’hui, heureusement pour Nadège, cette mauvaise passe financière est derrière elle. 

« Mon budget est stable, j’arrive à payer mes factures et à me faire plaisir sans exagérer. Je n’ai plus du tout de découvert depuis trois ans. »

Côté organisation financière, Nadège possède un compte courant et un livret d’épargne populaire (LEP), sur lequel elle place de l’argent dès qu’elle le peut. 

Les dépenses de Nadège

La première dépense mensuelle de Nadège est le logement : elle règle chaque mois 345 € de loyer pour son appartement en banlieue de Strasbourg. 

Ses factures courantes (électricité et charges locatives) lui reviennent à 168 € par mois, tandis qu’elle paye 142 € pour son assurance habitation, une assurance vie, sa mutuelle et un capital décès. 

« Mon budget assurance est à réduire. D’après ma banquière, j’ai un doublon. J’aimerais aussi revoir certains contrats à la baisse. Il y a un an, j’ai déjà changé mon assurance habitation : je suis passée de 24 € à 15,99 € par mois. »

Soumise à l’impôt sur le revenu, elle paye 100 € par mois, prélevés directement sur son salaire. 

Nadège dépense aussi chaque mois 39 € pour sa box internet et son abonnement mobile et 14 € de frais bancaires

Pour se déplacer, la sexagénaire utilise les transports en commun : cela lui revient à 56 € par mois au titre de l’abonnement mensuel à la compagnie des transports strasbourgeois. Elle se rend par ailleurs au travail à vélo, ce qui lui coûte 7 € d’entretien par mois

RDC_NADÈGE_DÉPENSES

« Je fais la chasse aux promotions »

Chaque mois, Nadège estime dépenser environ 300 € pour l’alimentation. Même si elle est moins regardante aujourd’hui sur son budget, elle reconnaît qu’il lui arrive de « faire la chasse aux promotions ». Cliente de la supérette proche de chez elle, il lui arrive aussi de se rendre dans certaines enseignes, comme Leclerc ou Lidl, spécialement pour les bonnes affaires. 

« J’achète certains produits alimentaires de la marque distributeur, comme le lait, certains fromages, l’huile. Pour les fruits et les légumes, je privilégie le local ou origine France. Pour la lessive, j’achète les produits en promo, il m’arrive d’avoir trois à quatre boîtes d’avance. »

Elle attribue 15 à 20 € de son budget aux dépenses dites « féminines ». Cela comprend les produits d’hygiène et de maquillage qu’elle achète moins chers en Allemagne ou par le biais de son travail. « Comme c’est une association, elle propose des produits à des prix défiant toute concurrence. »

Nadège a une nièce esthéticienne, ce qui lui permet d’économiser totalement son budget dédié à l’épilation et aux ongles. Lorsqu’elle n’est pas trop serrée financièrement, il lui arrive d’investir dans « un bon parfum de marque ». Elle n’a pas de moyen de contraception. 

Les dépenses loisirs de Nadège

Nadège l’avoue : elle adore aller au restaurant. C’est dans ces soirées, qu’elle passe à bien manger en compagnie de ses amies et de sa fille, qu’elle dépense la majorité de son budget loisirs, estimé entre 100 et 150 € par mois

Elle aime aussi se détendre dans les bars. « Comme nous sommes frontaliers avec l’Allemagne, nous allons de l’autre côté de la frontière car les consommations sont moins chères qu’en France. Cela permet de passer des soirées entre amis sans exploser le budget. »

Chaque saison, Nadège aime aussi acheter de nouveaux vêtements pour renouveler sa garde-robe. Lissée sur l’année, cette dépense est comprise entre 30 et 50 € par mois.

« Je vais dans des enseignes comme Gemo, Kiabi, ou en Allemagne. Mais j’avoue, j’achète beaucoup via Internet, sur Internet, Cdiscount pour les bons prix. Je n’achète plus de seconde main par peur des punaises de lit, sauf les meubles, que je chine aux puces ou brocantes de quartier. »

Son dernier craquage ? « Un superbe perfecto à 200 € à la foire européenne de Strasbourg. »

L’épargne et les projets d’avenir de Nadège

Grâce à son budget maîtrisé, Nadège réussit à épargner chaque mois : 50 € qu’elle met sur son LEP. Au total, la sexagénaire réussit à mettre de côté entre 600 et 800 € chaque année

Elle utilise cet argent pour sa fille et sa famille, et pense à l’avenir : 

« Je serai à la retraite dans deux ans, j’aimerais faire une croisière et garder un peu de pécule en réserve en cas de soucis. Ma retraite ne sera pas énorme,  je préfère miser sur sécurité. »

Merci à Nadège* de nous avoir ouvert ses comptes ! 

* Le prénom a été modifié.

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

4
Avatar de Luthea
8 février 2024 à 17h02
Luthea
@alice-louve @Niachan Ca n'est pas le même mode de calcul Déjà, la prime d'activité compte le foyer, alors que les impôts ne sont pas forcément calculés sur les revenus du couple. Ensuite, on peut être imposables de base, mais ne plus l'être avec les frais réels par exemple.
Le seuil de prime d'activité est assez élevé, d'où le non-recours important (et l'importance de regarder, de tête c'est 1,5x le SMIC pour une personne seule).
6
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Règlement de comptes

Source :  David-Prado / Getty Images Pro
Règlement de comptes

Lola, 2 244 € par mois : « Je n’emporterai pas mes économies dans la tombe  »

Source : Alena Ozerova
Règlement de comptes

Aria et son conjoint, 4 296 € par mois : « Nous avons fait le choix d’épargner un maximum »

2
Source : dragana991 / Getty Images
Règlement de comptes

Lucie, 4 363 € à deux par mois : « Gagnant plus que mon mari, ça me semble naturel de prendre en charge des frais supplémentaires »

9
Source : RossHelen / Canva
Règlement de comptes

Anaïs, frontalière, 4 567 € par mois : « Mes revenus ont triplé depuis que je travaille en Suisse »

15
Source : Abbat / Unsplash
Règlement de comptes

Elsa, 4 000 € par mois : « Je gagne deux à trois fois plus que mon copain »

15
Source : nomadsoulphotos / Canva
Règlement de comptes

Noémie, 2 950 € par mois à deux : « Avec un métier passion, nous ne serons jamais riches »

Source : Artem Varnitsin / Canva
Règlement de comptes

Tania, étudiante et 2 038 € par mois : « Avoir peu de charges n’est pas une raison pour dépenser sans compter »

27
Source : South_agency / Getty Images
Règlement de comptes

Maëva, 1 878 € par mois : « Je n’ai pas acheté de lessive depuis 2018 »

3
Source : Pexels / Antoni Shkraba
Règlement de comptes

Émilie, 1 036 € par mois : « On m’a déjà dit, ‘Je ne comprends pas pourquoi je dois vous payer, c’est un métier passion’ »

26
Source : RossHelen / Canva
Règlement de comptes

Valentine, 2 110 € par mois : « Je ne dilapide jamais mon argent dans des bêtises »

30

La vie s'écrit au féminin