Live now
Live now
Masquer
mine-court-metrage-bdsm-180×124
Culture

Mine, le court-métrage façon BDSM classe

Mine, c’est le court-métrage très classe et très sensouel d’Álvaro de la Herrán ! Garanti pas très safe pour le travail.

Depuis quelques mois, des livres érotiques prennent toute la place dans les librairies, les culottes sont parfois plus fancy et le cours du martinet s’est envolé : c’est l’effet Fifty Shades of Grey.

Pour surfer sur cette tendance qui, ma foi, ne semble pas prête de s’atténuer, la version espagnole du magazine GQ a commandité une vidéo dans lequel un couple s’adonne au bondage. C’est esthétiquement impeccable et c’est somme toute du mommy porn

assez classe (j’utilise le terme mais je n’y adhère pas pour autant, c’est beaucoup trop restrictif de le réduire aux mères qui ont envie de ce genre de porno particulier sachant que ce n’est pas parce qu’on te met dans une case que tu as les mêmes goûts que toutes les autres de ta « catégorie »). Enfin bouéffe, trève de bavardage, voici Mine, un court-métrage d’Álvaro de la Herrán. Dites bonjour à la fente de la dame (et faites bien attention que votre patron-ne ne soit pas derrière vous : c’est assez NSFW) :

Et pour en savoir plus, vous pouvez aussi lire l’interview des auteurs de 80 notes de jaune et la discussion autour des pratiques sado-masochistes !

via


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

10
Avatar de mamzellepaprika
19 mars 2013 à 13h03
mamzellepaprika
Ce court métrage, que je n'ai pas regardé jusqu'à la fin, m'a mis mal. Ca m'a oppressée. Ok je ne suis pas obligé de lire ou de regarder les articles traitant du sujet. C'est de la curiosité, pour comprendre l'engouement incroyable qu'il y a pour ce genre de pratiques. Chacun est bien libre de faire ce qu'il veut dans sa vie sexuelle.
 Même si l'on est dans une période un peu dure actuellement, et que le sexe et l'humour sont les rares choses gratuites qui font du bien. J'aimerais qu'on m'explique !

 (vraiment ce n'est pas pour juger juste pour comprendre)

 Je peux comprendre les réactions positives dans les coms, des personnes qui ce sentent moins seules à savoir que d'autres jouent comme elles. Et que la démocratisation de cette sexualité, leur permet de moins apparaitre comme des psychotiques. Mais
 Je trouve que dans notre societé nous vivons déjà dans la pression (de la reussite, de la negativité ambiante etc), et que les hirarchies et les obligations sont présentes partout, pourquoi en rajouter au lit ? La place de femme dans la societé est déjà trop souvent dans la diminution et la soumission.
De plus je vais faire ma vieille réac, mais ce site est surement visionné par des ados, c'est bien qu'elles sachent que tout existe, mais il faut bien qu'elles comprennent que l'amour ne passe pas forcément par là.
0
Voir les 10 commentaires

Plus de contenus Culture

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

3
Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

1
Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9

La pop culture s'écrit au féminin