Live now
Live now
Masquer
the-tomorrow-war
Revues de films

Merci « The Tomorrow War » de rappeler qu’on a toujours besoin d’un mec blanc pour sauver le monde

Pour un blockbuster de fin du monde, voici vos ingrédients : une humanité en péril, une bonne dose d’aliens carnivores, quelques immeubles en feu et surtout l’homme blanc providentiel. The Tomorrow War, sur Prime, a malheureusement suivi la recette à la virgule près.
Alerte spoilers

Cet article révèle l’intrigue de The Tomorrow War

(Mais c’est pas grave, vous pouvez déjà la deviner)

Il est loin le temps où il nous faisait rire sous les traits d’Andy Dwyer dans Parks and Recreation. Un nouveau blockbuster s’ajoute à la liste déjà longue de ceux qui mettent en scène Chris Pratt : The Tomorrow War est sorti le 2 juillet sur Prime Video… et on commence à en avoir marre qu’on nous serve toujours la même soupe.

The Tomorrow War : scenario_template.txt

The Tomorrow War (Chris Pratt) - Bande-annonce officielle VF | Prime Video

Alors que Dan Forester, sa femme et sa fille Muri s’apprêtent à regarder à la télévision les dernières minutes de la finale de Coupe du Monde 2022 au Qatar, un phénomène étrange se produit.

Au milieu du terrain de football, une dizaine de personnes armées apparaît dans un nuage d’éclairs rose et bleu (oui ça commence bien). Parmi eux, une jeune femme noire s’avance face à la caméra, son énorme pistolet au bras. Elle explique qu’ils viennent du futur, de l’année 2051. Le monde entier est en guerre contre des aliens (comme c’est original) et nos enfants devenus grands ont besoin des armées du passé pour combattre à leurs côtés.

La lutte est sans merci dans le futur. Ainsi, les armées sont vite remplacées par des recrues civiles appelées au devoir. Parmi ces mobilisés, on retrouve Dan Forester, ce simple professeur de SVT d’une petite bourgade américaine (avec un passé militaire et des muscles qui font penser à Hulk quand même)… Lequel va, bien évidemment, se voir confier une mission de la plus haute importance pour exterminer les White Spikes, ces aliens monstrueux et sanguinaires.

Si vous avez déjà vu des blockbusters comme La Guerre des mondes, Cloverfield ou Independance Day, alors vous avez déjà vu The Tomorrow War. Sauf que là, c’est encore moins bien. Tout est prévisible de la minute 1 à la fin des 2h18 (!) de film. Les jump scares, les plot twists, l’avancée du scénario, le dénouement… rien ne surprend. Même la sale tête des White Spikes n’a rien d’étonnant.

Oh, j’oubliais : bien sûr, un film de fin du monde ne peut se passer d’une petite morale pour le héros, histoire de montrer que lui aussi, il apprend des choses. C’est souvent ce qui est le moins convaincant. Mais dans The Tomorrow War, on atteint des sommets de nullité ! Si tu dois quasiment perdre ta femme et ta fille dans une guerre mondiale contre des aliens sanguinaires — qui ont au passage anéanti le reste de l’humanité — pour te rendre compte que ta vie n’est pas si mal et que tu ne devrais pas les quitter… Tu as un sérieux problème.

Et le pire vient à la fin. C’est encore et toujours l’homme blanc, beau et fort qui sauve le monde. No spoil, hein, vous vous en doutiez quand même…

Et si ce n’était pas un homme blanc qui sauve le monde ? Bonne vanne !

Au tout début du film, on se permet d’avoir quelques espoirs. On remarque que dans l’armée du futur, il y a beaucoup de femmes et de personnes noires à des postes de décision. C’est positif. Maiiiis….

En nous montrant ces personnages qui ont réussi à accéder aux postes de pouvoir en 2051, le film veut gagner des bons points. Sauf que déjà, on peut tiquer : toujours reléguer au futur ce genre de scénario où les hautes sphères sont plus inclusives, c’est comme nous dire que cela relève du fantasme. Au même titre qu’il n’y aura jamais de créatures venues de l’espace pour dévorer l’humanité (on croise les doigts), il n’y aura peut-être jamais d’armées et de gouvernements majoritairement dirigés par des femmes et des personnes racisées…

Surtout, il y a une forme d’hypocrisie dans The Tomorrow War. Pendant une bonne heure, on nous fait croire que pour une fois, le héros n’est pas le héros ; que finalement, c’est bien une femme hyper badass qui va trouver la solution. C’est une femme qui va sauver le monde, youpi !

Mais c’est sans compter sur la récupération pure et simple de ce bon vieux mâle blanc. Elle a presque réussi à sauver le monde, à un cheveu près ? Moi, Chris Pratt, je vais réussir, en réutilisant ses méthodes.

Et l’acteur doit être ravi, lui qui regrettait en 2017 de ne pas voir assez de films qui racontent des histoires dont il se sent proche. Il avait déclaré dans Men’s Fitness :

« Je ne vois pas d’histoires intimes qui résonnent en moi parce que ce ne sont pas mes histoires. […] La voix de l’Américain moyen de la classe ouvrière n’est pas représentée à Hollywood. »

Avec ce professeur de collège, insatisfait de sa carrière, qui est prêt à retourner au combat après un premier service pour remplir son devoir civique et accessoirement sauver la planète, on ne peut pas s’empêcher de se dire que ce film a dû « résonner » en lui. Mais soyons bonnes joueuses : heureusement, l’acteur avait fini par admettre que cette déclaration était « stupide » !

« C’était plutôt stupide de ma part de dire ça. Je l’admets. Il y a plein de films sur l’Amérique ouvrière. »

Le plus dommage, c’est que si le film s’était terminé sur cette femme qui décroche la victoire, là on aurait été surprises ! Et ça nous aurait épargné une bonne demi-heure de jet ski dans la neige dont on pouvait se passer… Mais encore une fois, c’est l’homme blanc qui rafle la mise. En 2021, on a le droit d’avoir l’espoir que ça change pour une fois, non ?

The Tomorrow War n’a, en conclusion, rien à apporter. Inutile de perdre 2h18 de son temps à regarder un film dont on connaît la fin. Même les personnages plus légers qui apportent quelques blagues ne sont pas au rendez-vous… Comme d’habitude dans ce genre de scénario, de nombreuses questions restent sans réponse. Mais s’il y a bien une question à laquelle le film répond, c’est : qui est capable de sauver le monde ?

Seulement Chris Pratt, bien entendu.

The Tomorrow War est disponible sur Amazon Prime Video.

Les Commentaires
11

Avatar de blobette
5 août 2021 à 11h58
blobette
J’ai fini par voir le film
Encore une critique gratuite cet article je trouve
La personne qui sauve tout le monde est une femme
Oui Chris Pratt est blanc mais il ne sauve rien tout seul et sa team est composée de plusieurs homme/femmes noirs
Bref
Sinon le film ne cesse pas des briques en terme d’originalité mais ça se regarde bien je trouve j’ai passé un bon moment
0
Voir les 11 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin