Live now
Live now
Masquer
photo-revenu
Daronne

Mégasurprise (non) : quand on donne de l’argent aux parents pauvres, ils le dépensent pour leurs enfants

Une étude récente nous apporte plus d’infos sur les dépenses des familles qui bénéficient d’une sorte de revenu universel. Et un point de plus en la faveur de la solidarité !

Alors que les débats nauséabonds vont bon train sur l’utilisation des allocations par les ménages, cette étude vient apporter une pierre de plus à l’édifice des bienfaits des aides publiques.

Les dépenses pour les enfants augmentent

En Alaska, un programme se rapproche beaucoup du revenu universel – « somme d’argent que chacun reçoit indépendamment de qui il est », selon la définition de l’économiste Samuel Bendahan.

L’étude en question (menée de 1996 à 2015), qui porte sur cette zone géographique, s’est ainsi intéressée aux dépenses des familles et ô surprise : les personnes pauvres et de classes moyennes bénéficiant de ce revenu dépensent proportionnellement plus en moyenne pour leurs enfants que celles qui n’ont pas accès à ce programme !

Elles utilisent cet argent pour l’éducation, l’achat d’habits, de jeux et de matériel électronique.

Les hauts revenus bénéficiant de ce revenu universel ne dépensent en moyenne pas plus pour leurs enfants. L’étude s’avance sur une explication : ces foyers dépensent déjà beaucoup pour leurs enfants et garderaient l’argent au chaud, car les frais scolaires universitaires sont aux États-Unis très élevés et nombreux sont les étudiants à s’endetter durablement.

(© Unsplash)
(© Unsplash)

En France, des débats nauséabonds

Comme aux États-Unis, un argument classiste contre les aides sociales – et le revenu universel – consiste à dire qu’on ne peut pas faire confiance aux pauvres, qui dépenseraient l’argent reçu n’importe comment.

La récente polémique à propos de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation, en est un exemple : il reprenait lors d’une déclaration une fausse information selon laquelle les « achats d’écrans plats [étaient] plus importants au mois de septembre » grâce à l’allocation de rentrée scolaire.

En 2017, le candidat du parti socialiste Benoît Hamon portait la proposition du revenu universel d’existence. Sa candidature n’avait pas reçu les suffrages attendus (6,35 % des voix seulement) mais cette mesure phare de son programme pourrait bien revenir dans les débats à l’approche de la présidentielle, à un moment où les foyers ont été affaiblis économiquement par la crise du Covid et où beaucoup doivent faire face aux conséquences financières parfois terribles.

À lire aussi : Benoît Hamon nous explique son projet de société autour du revenu universel d’existence

Crédit photo une : Unsplash

Les Commentaires
3

Avatar de BravoCharlie
3 novembre 2021 à 09h21
BravoCharlie
Je ne sais pas si je suis entièrement d'accord avec la manière dont sont ici interprétées les conclusions du papier.
Pour moi, l'article s'intéresse davantage à la mesure dans laquelle le "revenu universel" étudié ici est un levier de réduction des schémas de reproduction sociale. En termes de stock socioéconomiques pas de manière photographique. Du coup la lecture "les plus pauvres dépensent plus pour leurs enfants que les plus riches" est légèrement erronée dans ma compréhension et biaisé puisque le revenu universel étant versé à chaque famille indifféremment des revenus, de la classe sociale, évidemment que quand on a bagage financier qui permet déjà d'octroyer à ses gamins des vêtements chauds pour l'hiver (ils en parlent dans l'étude), ton revenu universel ne va pas forcément te servir à acheter un 15ème pull en laine et pour autant tu ne dégrades pas le niveau de vie de ton gamin et tu n'y contribues pas moins (du coup, je crois comprendre que les + riches achètent aussi des fringues mais pas des fringues forcément associées aux conditions climatiques du pays). Au même titre, le deuxième poste de dépense c'est l'électronique. Si tu as déjà acheté un ordinateur à ton gamin pour faire ses devoirs, le fait que tu ne le fasses pas une fois que tu reçois ton revenu universel n'est pas signe que tu dépenses moins pour ton enfant. Mais signe que ce revenu de base ne te sert pas à ça.
Elle étudie, comme elle le dit au début, l'impact marginal du revenu dans le rattrapage économique des familles les plus pauvres.
Je trouve même qu'étudier la manière de dépenser des + riches est un sujet secondaire dans son papier, versus la manière dont les familles les + pauvres considèrent le gap socio-économique et comment ils dépensent pour le combler.
Bon mais après, je suis persuadée que toute cette rhétorique dégueulasse, moralisante et classiste qu'on entend sur les dépenses des pauvres est une infâmie politique, le fait qu'il faille des études pour le démontrer à des gens qui s'en sont persuadés sans jamais s'y intéresser vraiment, me laisse sceptique quant à leur capacité à changer d'avis.
3
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Daronne

Parentalité
kidbook

Voilà pourquoi les livres papier sont mieux pour les enfants que les ebooks

Camille Abbey

03 déc 2021

5
Féminisme
Rihanna

Laissons Rihanna et son utérus tranquille, bon sang

Camille Abbey

03 déc 2021

2
Parentalité
img_jeux_selection_mobile(2)

6 jeux de société parfaits pour les moins de 4 ans

Manon Portanier

03 déc 2021

2
Daronne
girlsbaby

Comment garder ses amies quand elles font des enfants ?

Deborah Liss

02 déc 2021

Règlement de comptes
Sarah

Sarah et son mari, 3200€ par mois pour 4 : « J’ai un rapport… compliqué à l’argent »

Camille Abbey

02 déc 2021

2
Chère Daronne
coupledeplacement

Mon mec est souvent en déplacement, et quand il revient il me gonfle

Chère Daronne

01 déc 2021

Daronne
befeminist

Maternité, secrets… faut-il aller voir Madres Paralelas, le dernier Almodóvar ?

Camille Abbey

01 déc 2021

Actu en France
preg

La France va ouvrir de nouvelles maisons de naissance et c’est une super nouvelle

Camille Abbey

30 nov 2021

2
Grossesse
christine-quinn-pregnant-baby-shower-1638201031999

Il faut qu’on parle de la maternité selon Selling Sunset

Camille Abbey

30 nov 2021

Amour
Couple se tenant les mains à une table de restaurant

Tendances dating de 2022 : et si la pandémie nous avait rendues plus sages ?

La société s'écrit au féminin