Live now
Live now
Masquer
Violences intrafamiliales // Source : Unsplash/saif71
Société

Les violences intrafamiliales non conjugales sont en hausse, alerte le ministère de l’Intérieur

Selon une étude publiée par le ministère de l’Intérieur mardi 28 février 2023, les violences intrafamiliales physiques ou sexuelles, commises entre membres d’une même famille, hors conjoint ou ex-conjoint, ont augmenté de 16 % en 2021.

L’étude révèle par ailleurs une hausse des violences sexuelles sur mineur.

Une augmentation des violences sexuelles

Après une année 2020 marquée par la lutte contre le Covid-19, les chiffres de l’année 2021 poursuivent la même progression du nombre de victimes signalées depuis 2016, avec une hausse particulièrement notée concernant les violences sexuelles (+ 26 %).

Au total, les services de police et de gendarmerie ont enregistré 64 300 victimes de violences intrafamiliales non conjugales, dont 47 900 pour des violences physiques (+ 13 %) et 16 400 pour des violences sexuelles.

À lire aussi : Bientôt une juridiction spécialisée pour le traitement des violences intrafamiliales ?

4 victimes sur 5 sont mineures

Dans près de la moitié des cas, les faits subis sont bien antérieurs à l’année d’enregistrement. L’étude révèle ainsi que le délai moyen de plainte atteint 7 ans pour les violences intrafamiliales sexuelles.

Les chiffres montrent également que, toutes violences confondues, 80 % des victimes étaient mineures au moment des faits (96 % pour les violences sexuelles et 75 % pour les violences physiques) et plus de la moitié, 59 %, sont des femmes (79% pour violences sexuelles et 52% pour violences physiques).

À lire aussi : Violences familiales : des numéros d’urgence sur les pizzas Sodebo

Des chiffres qui ne reflètent pas la réalité

Ces résultats ne sont pourtant pas représentatifs et ils sous-estiment l’ampleur de ces violences. En effet, comme le soulignait en 2020 l’enquête de victimation Genese, seul un tiers des victimes majeures de violences intrafamiliales non conjugales ont déclaré les faits subis à la police ou la gendarmerie. Si la libération de la parole a permis à certaines victimes de se déclarer, le chemin est encore très long.

Le ministère de l’Intérieur note enfin qu’en 2021, 38 100 personnes ont été mises en cause pour des violences physiques au sein de la sphère familiale non conjugale et 11 000 pour des violences sexuelles dans le même cadre. Sans surprise, les trois quarts sont des hommes (70 % pour les violences physiques et 94 % pour les violences sexuelles).


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

Source : Canva
Société

Violences conjugales et JO : « Si on veut isoler les agresseurs, il faut que toute la population se mobilise »

Source : OcusFocus de Getty Images
Santé

Une nouvelle étude explique comment le cycle menstruel est régulé 

femme-colère // Source : Pexels
Société

Voici une méthode ultra-efficace pour gérer sa colère, selon une étude

1
Source : Canva
Société

Violences sexuelles dans l’armée : le ministère lance une mission d’inspection

Source : Kmeron / Flickr
Société

Nous Toutes réclame la déprogrammation de Patrick Bruel, à l’affiche des Francofolies

Source : Charles LeBlanc / Flickr
Actualités mondiales

Mort d’O.J Simpson : cette autre affaire de violences conjugales que ses avocats auraient caché dans le cadre du « procès du siècle »

Source : Linda Prebreza
Actualités beauté

PFAS : découvrez dans quels cosmétiques vous pouvez trouver des polluants éternels 

Source : Ståle Grut / NRKbeta
Société

Victime de deepfake porn, Alexandria Ocasio-Cortez raconte

3
Source : Coyau / Wikimedia Commons
Société

MeToo à l’hôpital : le très médiatique urgentiste Patrick Pelloux accusé d’être un « prédateur sexuel »

6

La société s'écrit au féminin