Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Les hommes en général me plaisent beaucoup (V. Ovaldé)

Que la lectrice prenne garde ! Il ne s’agit pas ici d’un rejeton du Chick Lit, ces romans par et pour les filles (Le diable s’habille en Prada, etc.) : bien que le titre puisse y faire penser, les éditions Actes Sud sont assez peu friandes du genre « midinettes ». Au contraire, Véronique Ovaldé, écrivain à suivre, écarte les facilités, soigne le style, compose une structure efficace avec un talent qu’on a (que j’ai) hâte de voir fructifier.

Lili vit dans une jolie banlieue pavillonnaire avec Samuel, un homme doux et naïf. Elle tente d’oublier d’où elle sort, de se faire à sa vie rassurante quand, d’un coup, elle se prend un souvenir en chair et en os en pleine figure. Il est revenu. Il l’a retrouvée. Le voilà dans son zoo à elle, dans sa vie tranquille, dans son joli jardin. Ca l’angoisse et ça l’excite, elle le redoute et elle le désire. Lili s’en veut, parce qu’elle sent que s’il est là, c’est pour la reprendre, pour l’emporter dans une existence dangereuse, irraisonnée qu’elle ne saura pas refuser. Comment la reconnaissance qu’elle a pour Samuel pourrait lutter contre le désir qu’elle ressent pour lui ?

Chapitre après chapitre, Lili dévoile son histoire : on suit parallèlement la Lili du passé et celle de maintenant. Lili, c’est un truand pour amant, un garçonnet muet pour frère, un néo-nazi pour père, l’enfermement pour enfance et plusieurs années de prison, un passé traumatisant camouflé, tu, étouffé dans une vie pépère avec Samuel qui l’a tirée de là.

Le premier chapitre, magnifique de sensibilité, évaporé, mi-enfantin laisse déjà apparaître des fêlures. On aimerait que l’histoire soit dans le même ton, un conte ou un récit à demi irréel mais les failles s’approfondissent et l’auteur nous emmène doucement vers l’obscurité, le glauque. Toujours dans ce même style poétique ou presque, dont on ne sait pas bien s’il atténue ou s’il renforce le propos. En tout cas, c’est beau.

Les hommes en général me plaisent beaucoup, de Véronique Ovaldé, aux éditions Actes Sud (collection Babel)


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

1
Avatar de Ancien membre
7 janvier 2006 à 12h01
Ancien membre
Mui, et l'article donne vraiment envie de le lire. Enfin, pour ma part.
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

Copie de [Image de une] Horizontale (6)
Culture

3 nouveaux livres d’Audrey Ouazan en avant-première

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Source : Juliette Leigniel
Livres

Relations amoureuses : comment la ville a « uberisé » l’amour ?

3
Maryse Condé photographiée lors du Calabash Literary Festival 2007 // Source : Creative Commons : Georgia Popplewell via Flickr
Livres

Maryse Condé, grande autrice guadeloupéenne, aura-t-elle un hommage national ?

6
Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Éditions Atelier de la Belle Étoile
Daronne

Et si vous souteniez le livre jeunesse « Zaza, queen de la bibliothèque » ?

livres_feministes // Source : URL
Livres

Les cinq essais féministes à lire absolument ce printemps

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1

La pop culture s'écrit au féminin