Live now
Live now
Masquer
lauredeclermonttonnerre
Cinéma

Les films puissants de Laure Clermont-Tonnerre, à découvrir d’urgence

Alix a eu la chance de rencontrer Laure de Clermont-Tonnerre, une réalisatrice aussi douée qu’inspirante. Son prochain film, Nevada, est à voir absolument au cinéma !

En partenariat avec Ad Vitam (notre Manifeste)

Laure de Clermont-Tonnerre est la réalisatrice de Nevada, un film magnifique et poignant dont madmoiZelle est fière partenaire ! Tu peux courir le voir, je te promets satisfaction à la sortie.

À l’occasion de la sortie de Nevada ce 19 juin, j’ai eu la chance de la rencontrer lors d’une interview, elle et l’acteur principal du film, Matthias Schoenaerts.

Je te préviens, il va falloir la suivre de très près !

Le parcours de Laure de Clermont-Tonnerre

En plus d’être cinéaste, Laure de Clermont-Tonnerre est actrice.

À l’âge de dix ans elle présente son premier film, Ma sœur chinoise d’Alain Mazars, dans lequel elle joue la fille d’Alain Bashung.

Puis elle enchaîne les seconds rôles et joue aux côtés des plus grands : Isabelle Huppert, Jeanne Balibar, ou encore Mathieu Amalric.

Tu l’as peut-être vue aussi dans Adèle Blanc-Sec, où elle joue la sœur d’Adèle, Agathe.

laure-de-clermont-tonnerre

La jeune actrice suit en parallèle des études d’histoire, puis déménage à New York.

Cependant, elle ne cache pas son désir de pouvoir diriger pleinement un projet, et se lance donc dans la mise en scène d’Independence, une pièce de Lee Blessing.

La jeune metteuse en scène se retourne très vite vers son amour premier du cinéma, et elle réalise deux courts-métrages en 2012 et 2014, suivis de Nevada, son premier long-métrage.

Les films de Laure de Clermont-Tonnerre

En plus d’être entièrement tournée en anglais, la filmographie de réalisatrice de Laure de Clermont-Tonnerre est guidée par le fil rouge de

personnages en marge de la société, en grandes difficultés sociales.

Son premier court-métrage, Atlantic Avenue, date de 2012. Une jeune handicapée décide de perdre sa virginité avec un gigolo marginal.

Il reçoit de nombreuses nominations au Festival de Clermont-Ferrand.

Personnellement, ça me happe ce genre de thèmes forts, surtout que la réalisatrice insiste sur la dimension presque documentaire de ses films, toujours très fouillés.

Et Laure de Clermont-Tonnerre continue sur sa lancée avec Rabbit, un court de 12 minutes qui dépeint le portrait d’une détenue dont le comportement change à l’arrivée d’un lapin dans la prison, dans le cadre d’un programme de thérapie animale.

Évidemment, son long-métrage Nevada, sorti le 19 juin 2019 au cinéma, est un prolongement de Rabbit.

Cette fois-ci, la prison est une prison d’hommes, plantée au milieu du Nevada, et le programme de réhabilitation par la thérapie animale est centré sur les chevaux.

Pourquoi il faut suivre de près Laure de Clermont-Tonnerre ?

J’ai découvert Laure de Clermont-Tonnerre en visionnant Nevada, et si tu lis ma critique, tu sauras que ce film m’a bouleversée.

À lire aussi : Découvre la puissance de Matthias Schoenaerts, décuplée dans Nevada

La qualité de son intrigue et de ses personnages, son thème fort, ses plans chiadés sont très prometteurs, sachant que le tournage s’est déroulé en seulement 23 jours.

J’ai trouvé une vraie subtilité dans la direction de ses acteurs, et une grande bienveillance dans son regard.

Tu peux d’ores et déjà retrouver Laure de Clermont-Tonnerre sur Hulu, à la réalisation des épisodes 1, 2 et 6 de la série The Act.

Encore une série qui va me passionner, à base de meurtre et de relation parentale toxique, le tout baigné dans une atmosphère horrifique !

Tu peux la mater dès à présent sur la nouvelle plateforme de streaming STARZPLAY, sur l’application AppleTV.

En attendant, fonce au cinéma voir son dernier film en date, Nevada !

À lire aussi : Découvre la puissance de Matthias Schoenaerts, décuplée dans Nevada


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

2
Avatar de ClemBouBou
21 juin 2019 à 17h06
ClemBouBou
Je suis d’accord. J’ai bien envie d’aller voir le film mais avoir le bon réseau doit vraiment aider. Bien sûr, être fille/fils ne veut pas dire qu’on a le “talent” (qui se travaille et se développe) mais à compétences égales, entre quelqu’un qui est né dans la bonne famille et quelqu’un qui ne l’est pas, ça sera toujours plus facile pour celle ou celui dans le premier cas.
Je ne dis pas que sa place et son succès sont illégitimes. Son film me donne vraiment envie. Mais ça serait bien que ce soit plus facile pour ceux qui n’ont pas le réseau ni l’argent dès le départ.
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Bye Bye Tibériade  // Source : JHR
Culture

Bye Bye Tibériade : quand filmer des femmes réhumanise la Palestine, par Lina Soualem

Interview de María Riot, performer X et coordinatrice d'intimité // Source : Photo by @monica_figueras
Sexo

« Être performeuse X fait aussi de moi une meilleure coordinatrice d’intimité » : María Riot

Nora Hamzawi // Source : C à vous
Culture

Jacques Doillon : Nora Hamzawi s’oppose à la sortie du film CE2, dans lequel elle joue

le consentement // Source : jean paul rouve kim higelin
Culture

Calendrier, révélations : tout savoir sur les César 2024

1
Source : Madmoizelle
Culture

Violences sexuelles dans le cinéma : enfin un MeToo en France ? Pour les César, 50/50 nous a répondu

L'affiche officielle du film Challengers de Luca Guadagnino avec Zendaya // Source : DR
Cinéma

Zendaya, Mike Faist et Josh O’Connor dans la nouvelle bande-annonce du film Challengers de Luca Guadagnino

Source : Wikimedia Commons
Société

Isild Le Besco se dénonce sa relation « d’emprise destructrice » avec Benoît Jacquot

The Beatles // Source : tmdb
Culture

Les Beatles auront chacun droit à leur biopic pour raconter leur légende

Judith Godrèche // Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Aux César, Judith Godrèche prendra la parole sur les violences sexuelles dans le monde du cinéma

1
Bye Bye Tibériade  // Source : JHR
Culture

Bye Bye Tibériade : tout savoir sur ce docu sublime sur l’exil de femmes palestiniennes

1

La pop culture s'écrit au féminin