Live now
Live now
Masquer
burkini-alliancecitoyenne-piscine-monokini-topless-
Société

Faut-il lever toutes les règlementations vestimentaires qui ne nuisent pas à l’hygiène dans les piscines municipales françaises ?

Depuis six ans, le débat autour de la levée ou non des interdits vestimentaires, souvent réduit au port du maillot couvrant, agite la société et la classe politique française. Pourtant, il est aussi question de libération des corps, d’inclusivité et de tolérance.

« Je défends juste le fait que chacun puisse s’habiller comme il le souhaite. Je défends un principe universaliste d’accès pour toutes et tous au service public. »

C’est en ces mots qu’Éric Piolle engage la discussion avec Madmoizelle, à quelques jours d’un conseil municipal qui n’a pas fini d’agiter les esprits. Ce 16 mai, la municipalité de Grenoble débattra de la modification du règlement intérieur des piscines de la ville.

Cela signera peut-être pour la seconde fois en France, après la municipalité de Rennes en 2018, l’autorisation du port du maillot couvrant, surnommé dans les médias burkini, des t-shirts anti-UV, mais aussi du topless pour toutes. L’objectif est clair : que toutes et tous puissent accéder aux piscines municipales dans la tenue de son choix, tant que celle-ci respecte les normes d’hygiène.

« On veut enlever tous les interdits qui ne nuisent pas à l’hygiène. Cela devrait être un non sujet. La piscine doit être un espace où on peut porter des maillots plus ou moins couvrants, que ce soit pour des questions spirituelles, ou seulement parce que vous en avez envie ce jour-là. »

Les interdits vestimentaires dans les piscines municipales, responsables de nombreuses discriminations

Actuellement, dans l’hexagone, selon la législation française, chaque conseil municipal décide de la réglementation des piscines publiques présentes sur son territoire. L’absence de directive précise à l’échelle nationale conduit encore à une zone grise entraînant de nombreuses discriminations à l’égard des femmes, comme le confirme Éric Piolle :

« Ce sont surtout les femmes qui sont visées par ces interdits. On oblige parfois des femmes à montrer leur cul, on leur interdit à d’autres endroits de montrer leurs seins, comme si les seins des femmes avaient un statut différent de ceux des hommes. On leur interdit de porter des maillots couvrants pour des raisons tordues. Pour moi, tout cela est très malsain. »

Anissa, militante depuis 2018 de l’association Alliance citoyenne, qui essaie de faire évoluer les règlements des piscines de la ville de Grenoble, confie à Madmoizelle partager cette vision universaliste d’un débat souvent réduit à la simple question du burkini.

« Notre combat est plus large. Certes les premières demandes venaient de femmes portant le foulard, qui se plaignaient de ne pas pouvoir avoir accès à la piscine, de ne pas pouvoir y accompagner leurs enfants. Mais on s’est vite rendu compte qu’il y avait beaucoup de femmes, qui ne se reconnaissaient pas dans les règlementations vestimentaires en vigueur, car elles ont des cicatrices, des problèmes de peau, ou qu’elles ne veuillent tout simplement pas s’exposer. »

Par la voix d’Anissa, Alliance citoyenne revendique « lutter pour tout le monde et pas que pour sa paroisse. » Après quatre ans de lutte acharnée sur le sujet, quelques actions illégales en maillot couvrant dans des piscines grenobloises, Alliance citoyenne appelle à la tolérance vis-à-vis des choix de chacun qu’on soit une femme voilée ou non, ou encore une personne transgenre.

Car l’enjeu touche aussi à la question de l’accessibilité des structures sportives aux personnes transgenres.

Simon Jutant, membre de l’association Acceptess-T, qui lutte contre les discriminations vécues par les personnes transgenres tout en les accompagnant dans leur parcours de santé, administratif, ou encore d’accès à l’emploi, est lui aussi contre les restrictions vestimentaires dans les piscines municipales.

« Ces règlementations alimentent une exclusion qui ne se fait pas frontalement mais qui nous dissuade d’aller à la piscine. Pour une personne transgenre, c’est un espace très intimidant et peu accueillant. En tous cas, les règles varient d’une piscine à l’autre. C’est très révélateur de la manière dont on pense les espaces publics, les installations sportives en terme de genre. »

Via plusieurs actions, Acceptess-T veut permettre aux personnes transgenres, une activité physique dans des espaces qu’elles ont souvent abandonné pour éviter de s’exposer à de la transphobie. L’association a notamment lancé depuis 2016, grâce au soutien de la Mairie de Paris et de l’association Viacti, des séances hebdomadaires de natation dédiées aux personnes transgenres et à leurs proches, à la piscine des Amiraux du 18e arrondissement de Paris.

Un moment où chacun et chacune peut venir dans la tenue de bain de son choix, quel que soit son identité de genre et où la transphobie n’a pas sa place.

Les restrictions vestimentaires dans les piscines municipales au bon vouloir des municipalités

Il est un premier constat : le tabou autour du sujet est ultra-résistant dans les collectivités territoriales. Aucun élu, aucune municipalité contactée par Madmoizelle n’a souhaité s’exprimer. Rennes, Lille, Lyon, Marseille n’ont pas répondu à nos sollicitations. La Mairie de Paris et celle de Toulouse, qui avaient accepté un entretien dans un premier temps, ont préféré se désister au dernier moment.

Seule celle de Strasbourg après avoir annoncé par mail qu’ « aucun(e) élu(e) n’est disponible pour répondre à vos questions autour du burkini dans les piscines ». Nous avions demandé d’aborder le sujet de la levée des restrictions vestimentaires dans les bassins, et pas uniquement du port du maillot couvrant, on nous a finalement renvoyé vers la règlementation en vigueur.

[Site web] Visuel horizontal Édito
© Madmoizelle

Quelque peu surprenant : sur leur infographie présentant les tenues de bain autorisées ou non, une note de bas de page indique que « des dérogations sont possibles pour raison médicale uniquement après accord écrit du service Piscines, patinoire et plans d’eau. »

Être une femme qui choisit de porter le voile, être une femme qui désire faire du topless, ou être une personne transgenre, ne sont pourtant pas des maladies. Ces personnes sont donc exclues de ces cas particuliers.

Pour quelles raisons la majorité des Français redoutent-elle la levée des restrictions vestimentaires dans les piscines municipales, amputant les droits de certains d’entre nous ?

La cohabitation de toutes les tenues vestimentaires de bain serait-elle au goût des Français ?

Selon un sondage IFOP réalisé en juillet 2019 pour le site Vie Healthy, 73% des Français souhaitent l’interdiction du burkini dans les piscines municipales. François Kraus, directeur du pôle « Genre, sexualités et santé sexuelle » à l’IFOP, a observé auprès de nos confrère d’Atlantico, que ce rejet massif serait moins partagés par les jeunes que les aînés :

« Ce qui ressort, c’est que pour cette jeunesse, la notion de respect et de droit à la différence prime sur quelque chose qui est sans doute perçu par leurs ainés comme un signe d’égalité homme/femme. Il est possible qu’on ne perçoive pas autant la dimension politique d’un vêtement qui doit couvrir le corps d’une sexe mais pas de l’autre. La jeunesse se distingue de la population, ce qui signifie qu’à termes dans notre société, vous aurez une plus grande tolérance face aux différentes visibilités de l’Islam dans notre société. »

Mais parallèlement à cette volonté des Français de bannir les tenues à connotations religieuses dans les piscines municipales, on constate aussi que les normes de pudeur évoluent. Par exemple, la pratique du topless diminue aussi sur les plages car elle peut parfois déranger, constate François Kraus :

« 22% des Français rejettent la pratique du topless. Il y a un effet générationnel : plus on est jeune, plus on est gêné – et social : plus on est pauvre, plus on est gêné aussi. Ce sont des effets culturels qui montent, notamment chez certaines personnes de culture arabe musulmane, on a un clair rejet de la nudité féminine »

Alliance citoyenne ne doute pourtant pas d’une possible cohabitation entre tous les individus, si les règlementations actuelles sont abolies. « Si jamais une femme faisant du topless me gêne ou bouscule mes mœurs, bien sûr je changerais d’endroit, confie Anissa avant d’ajouter : Mais nous devons tous pouvoir à accéder à un service public pour lequel on paie des impôts. »

Un débat politique interminable…

À l’été 2016, le maillot couvrant attire toutes les lumières sur lui, lorsque plusieurs maires de France prennent des arrêtés interdisant les tenues religieuses à la plage. Et depuis six ans, dès l’apparition des premiers beaux jours, le débat est perpétuellement relancé par la classe politique. À qui la faute ? Pour Eric Piolle, le gouvernement n’a pas pris ses responsabilités. Il a donc pris sa plume, le 29 avril, pour invoquer Emmanuel Macron à « renforcer les socles de la République. »

« Il y a eu le choix pour moi délibéré de la part du président de la République de laisser une confusion sur le terrain de l’extrême droite sur ces questions-là. Et ça déborde du cadre des piscines bien sûr… »

Mais le pire, selon Alliance citoyenne, est que le gouvernement en ne prenant pas position clairement sur la question, oublie les « personnes précaires qui n’ont pas les moyens de partir en vacances » et pour qui l’accès aux piscines publiques de leur commune est primordial, tout en laissant un terrain de jeu immense aux opposants politiques, surtout à droite et à l’extrême droite, dont « la parole est tellement décomplexée. »

« Cela les arrange bien qu’on soit des femmes de ménage, de nous avoir pour faire des gâteaux au kermesses, mais dès qu’on sort de ce cadre-là, c’est compliqué. Actuellement, lorsqu’on écoute les médias, le sujet se cantonne uniquement aux femmes voilées. Et les gens ont dû mal à sortir de cela. Et c’est cela qui bloque la réflexion. Je ne pense pas que ça aurait pris la même ampleur si c’était un autre groupe de femmes qui se serait battus pour ce droit…»

Et les sorties politiques sur le sujet sont nombreuses et quotidiennes dans la presse et sur les plateaux télévisés. Le 2 mai dernier, c’est au tour de Laurent Wauquiez, de réagir aux ambitions de progrès sociaux d’Éric Piolle, via son compte Twitter, en assurant que « Pas un centime des Auvergnats-Rhônalpins ne financera votre soumission à l’islamisme. »

Et cette nouvelle punchline du Président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, désole le maire EELV de Grenoble qui dénonce « une zemmourisation des esprits qui veut tordre la loi de 1905 pour en faire un véhicule de combat contre les croyants musulmans. »

« Selon l’agenda politique, on se fait régulièrement humilier », constate Alliance Citoyenne, tout en nuançant que les difficultés actuelles d’accès au service public ne sont pas dues aux actions de l’extrême droite, mais plutôt au gouvernement LREM, qui n’a pas hésité lors de son premier mandat à partir en croisade contre l’Islam.

« Sous Macron, il s’est passé des choses de fou : des dissolutions d’associations, des ONG, des mosquées qui sont fermées sans raison… Ce n’est pas l’extrême droite qui a fait cela… Des petits évènements prennent des proportions folles. On se soumet à la loi française, car on l’est, car on vit en France, et on en est fière, mais à un moment donné, il y a des choses qui doivent changer. »

La France définitivement en retard : faut-il un référendum sur le sujet ?

Loin de la France, le port du maillot couvrant, des T-shirts anti-UV ou même la pratique du topless sont tolérés dans de nombreux pays européens, comme la Suède, l’Espagne, ou encore l’Allemagne. Mais alors pourquoi la France, pays des Lumières et de Simone Weil est-elle si en retard sur ses voisins européens ? D’après Eric Piolle, la France est à la traine sur de « nombreux combats progressistes » :

« La France a été en retard pour le mariage pour tous. On l’est dans d’autres domaines comme la légalisation du cannabis. Les raisons de la manière dont on se vêt pour se baigner ne regarde que soi. Nous n’avons pas à poser d’interdits vestimentaires autres que liés à des questions d’hygiène. Nous sommes structurellement en retard. Et il faut agir car les droits des femmes sont fragiles et peuvent potentiellement reculer. »

Y a-t-il une solution pour clore ce débat interminable ? Alain Carignon, ex-ministre de Jacques Chirac, ancien Maire de Grenoble et principal opposant au conseil municipal de la ville, a demandé qu’un référendum soit proposé aux Grenoblois sur cette levée des interdictions vestimentaires dans leurs bassins, comme l’a relayé Le Dauphiné Libéré.

Capture d’écran 2022-05-13 à 12.03.57
© Alliance Citoyenne – Madmoizelle

Alliance Citoyenne encourage cette idée, car elles l’ont déjà faites en septembre 2021, et Madmoizelle les avait suivies lors de leur quête des signatures nécessaires afin de lancer un atelier d’initiatives citoyennes sur le sujet. Le processus de consultation citoyenne avait été cependant quelque peu bousculé…

Toujours est-il le conseil municipale du 16 mai s’annonce extrêmement tendu à Grenoble. Deviendra-t-elle la collectivité territoriale qui fera figure d’exemple pour les suivantes ? A quand la libération totale des corps dans nos piscines municipales, barbotant dans le même bassin de liberté, d’égalité et surtout de fraternité ?…

À lire aussi : « Rien ne dit que le maillot couvrant est un problème au regard de la loi » : à Grenoble, les féministes font trembler la mairie sur le burkini

Image en Une : © Alliance Citoyenne – Madmoizelle

Les Commentaires
15

Avatar de Cococinulle
18 mai 2022 à 11h54
Cococinulle
Mais dans toutes les piscines il y a forcément des hommes torse nu, et aussi sur les plages.
Le topless reste rare, mais s'il devient autorisé au même titre que le maillot couvrant n'y a-t-il pas un risque accru d'agression pour les personnes concernées ?
L'idée d'un islam visible est pour moi normal, au même titre que les autres religions. Mais s'il y a des familles très orthodoxes qui débarquent sur la plage, je crains pour celles qui s'afficheront seins nus.
Ou je crains que ça ne les dissuade encore plus de le faire.

Mais du coup, ça n'a rien à voir avec l'islam, visible ou invisible
Des personnes très orthodoxes, il y en a dans toutes les religions. Et des personnes "prudes", il y en a aussi chez les athées.
Malheureusement, une femme, qu'elle soit nue ou habillée, se prendra des jugements.
Les femmes topless comme les femmes en maillot intégral.
Il y a toujours du monde pour être dérangé.
Je pense que les femmes qui seront en maillot intégral sur la plage ou à la piscine craindront autant d'être agressées que les femmes qui font du topless
1
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Société

Actu en France
elizabeth_borne_conseil_gynecologique_H

Consentement en gynécologie : le Comité consultatif national d’éthique saisi par Elisabeth Borne

Maya Boukella

07 juil 2022

1
Guide d'achat

On a testé 32 culottes de règles pour vous aider à choisir celle qui vous ira

Humanoid Native
Actu en France
handicap-france-macron-ahh-

Élisabeth Borne et son gouvernement enfin prêts à déconjugaliser l’AAH ?

Marie Chéreau

07 juil 2022

3
Féminisme
metoo-théâtre-droit-des-femmes-feminisme-cinema-

Une comédienne exige la parité au théâtre, quitte à mener une « guérilla » pour y parvenir

Marie Chéreau

07 juil 2022

1
Actu en France
feminisme-droitdesfemmes-footfeminin-euro-féminin-football-france-

72% des Français aimeraient voir plus de sport féminin à la télévision, mais on en est encore loin

Marie Chéreau

06 juil 2022

1
Actu mondiale
droit-des-femmes-irlande-du-nord-ivg-avortement-

En Irlande du Nord, l’IVG est encore difficile d’accès et les femmes sont contraintes de voyager

Marie Chéreau

06 juil 2022

1
Société
harcèlement-de-rue

Vidéo : la technique de l’influenceuse Libellule pour foutre la honte aux harceleurs de rue

Manon Portanier

06 juil 2022

6
Actu mondiale
[Site web] Visuel horizontal Édito (9)

En Suisse, les premiers couples de même genre se sont dit « oui »

Maya Boukella

06 juil 2022

1
Société
IVG-droit-constitution-france-

81% des Français sont favorables à l’inscription de l’IVG dans la constitution, même les électeurs d’extrême droite

Marie Chéreau

06 juil 2022

27
Société
André Santini

André Santini accusé d’agression et de harcèlement sexuels

La société s'écrit au féminin