Live now
Live now
Masquer
couple-douche
Témoignages

J’ai testé un plan à 4 avec mon mec, lui aussi libertin : plus on est de fous… plus on rit ?

En couple depuis 4 ans et demi et familière des clubs libertins à deux, cette lectrice a testé pour la première fois un plan à 4 avec son compagnon. Elle raconte cette expérience, et tout ce que le libertinage lui a apporté. Avec en prime, l’avis de son partenaire !

Le 27 avril 2020

Avec mon copain, on s’est toujours intéressés au monde du libertinage. La première fois qu’on est allés en club libertin, c’était notre première Saint Valentin, au bout de 4 mois de relation… et 4 mois après ma première fois !

J’avais 19 ans, il en avait 26.

Mon copain et moi, une belle histoire de complicité

Cela fait 4 ans et demi maintenant que mon copain et moi sommes ensemble. Nous nous sommes rencontrés via le scoutisme. Oui oui, les gars en chemise qui vendent des calendriers, des gâteaux, etc. et qu’on peut souvent croiser à la sortie d’une église !

Pendant l’année qui a suivi notre rencontre, nous nous somme peu vus mais le feeling était bien présent. Un soir, il a fini par me raccompagner, et nous sommes rentrés ensemble. Il est devenu mon premier copain, et ma première fois.

Avant de le rencontrer, j’étais très mal dans mon corps et complexée. Quand je me suis mise en couple avec lui, je me suis vite débarrassée de tout ça. Nous avons toujours parlé de tout, et sommes vraiment connectés.

Le cul a été un moyen parmi d’autres de nous rapprocher. Il m’a fait découvrir la lingerie (une nouvelle grande passion), on a aussi découvert les sextoys (une autre découverte fantastique) ensemble, il a aussi vite testé le plaisir anal…

Le monde du libertinage nous a vite beaucoup plu : le mélange des corps, l’absence TOTALE de jugement, pouvoir observer et être observés sans que ce soit malsain ou étrange.

De manière générale, nous sommes un couple très complice, et mis à part mon anxiété qui nous a pas mal bouffés, notre relation est très vite devenue naturelle. 

J’ai emménagé chez lui 6 mois après nos débuts, et je suis fière de ce que nous sommes devenus aujourd’hui : un couple qui communique, qui s’entraide, et où personne ne cache ses ressentis. 

Notre première expérience en club libertin en couple

Pour l’anecdote, notre première fois en club libertin était donc lors de notre première Saint-Valentin ensemble. Nous fêtions nos 4 mois de couple tout pile, nous avions déjà parlé de ce fantasme, on s’ennuyait un peu… et on s’est dit « pourquoi pas ! ».

Nous étions parfaitement conscients que rien n’était obligatoire une fois sur place.

Le monde du libertinage nous a vite beaucoup plu : le mélange des corps, l’absence TOTALE de jugement, pouvoir observer et être observés sans que ce soit malsain ou étrange. Nous y avons trouvé beaucoup de beauté, de sensualité, comme un monde où les barrières tombent.

La première fois était assez difficile car un groupe de mecs nous suivait tout le temps, mais un couple de cinquantenaires est venu nous parler et nous a beaucoup rassurés. Ils nous ont même donné envie de recommencer et nous inscrire sur des sites de rencontres. Sur le moment, ils nous ont appelé « les amoureux » et nous, nous étions en mode :

« Pff ! Mais non, on s’aime bien, c’est tout ! »

On ne s’était pas encore dit « je t’aime », mais ce couple avait vu juste, c’est à ce moment-là que nous nous sommes vraiment sentis comme un couple et amoureux. Cette expérience a révélé le fait que nous étions très soudés.

Notre rencontre avec « l’autre couple »

Rapidement, nous nous sommes inscrits sur un site pour rencontres libertines.

Nous prenions le temps d’échanger avec les personnes avant la rencontre, mais rien n’était jamais allé jusqu’au bout via ce site. Nous avions besoin de ne pas aller trop vite, de nous sentir à l’aise (surtout moi).

Chacun parle de ses fantasmes, de ses sextoys, ce qui lui plaît… Nous ne discutons pas que de cul mais aussi de nous.

Mais un jour… la fiche d’un couple nous a plu. Nous avons commencé par s’envoyer des bisous (sorte de « j’aime » que l’on peut envoyer à un profil), quelques messages envoyés via le site et nous voilà à nous échanger nos numéros pour commencer à papoter sur Whatsapp !

Bizarrement, on le sentait bien.

Les discussions s’engagent. Chacun parle de ses fantasmes, de ses sextoys, ce qui lui plaît… Nous ne discutons pas que de cul mais aussi de nous. Nous découvrons certains aspects de leur vie, qu’ils ont aussi une chienne, un lien se crée.

Nous décidons donc de nous donner rendez-vous le week-end même entre nos deux villes de résidence pour aller manger au restaurant.

Sur le trajet, je suis à la fois stressée et excitée. Je peux parfois être un peu coincée (oui, ça semble bizarre d’écrire ça, surtout dans un article qui parle de libertinage et de plan à 4…) et j’étais vraiment nerveuse.

J’ai dû m’assurer au moins dix fois avec mon copain que OUI, si on n’en a pas envie, on ne fait rien. La base me direz-vous, mais j’avais besoin de l’entendre.

On s’est donc retrouvé, on a papoté de ce que l’on faisait dans la vie, nos hobbies… Les discussions allaient bon train.

Notre plan à 4 avec un autre couple

En partant du restaurant, j’ai exprimé clairement que j’étais stressée et que je voulais prendre mon temps. Nous sommes donc allés nous balader et nous nous sommes posés au bord d’un ruisseau où l’excitation a commencé à monter.

J’avais apporté des jeux coquins et des sextoys, nous avons donc commencé par des questions, nos regards ont commencé à devenir de plus en plus langoureux…

Ils ont fini par nous inviter chez eux où l’on a un peu bu — il faut bien se détendre — et nous sommes allés dans leur chambre.

On a commencé les choses sérieuses, tout en douceur : chaque couple a commencé par s’embrasser, chacun s’observait, mi-amusé mi-sensuel.

Ils étaient beaux. Lui bien en chair, style nounours, un regard un peu féminin, des yeux à s’y perdre dedans, des petites lèvres, il ressortait de lui beaucoup de sensibilité. Quant à elle, elle était mince, blonde, avait des petits seins dont un en forme de poire, et portait un body qui la rendait encore plus craquante.

On a commencé les choses sérieuses, tout en douceur : chaque couple a commencé par s’embrasser, chacun s’observait, mi-amusé mi-sensuel. S’observer mutuellement faisait grimper la température.

Puis toutes les bouches se sont mélangées (tout le monde étant bi ou bicurieux).

J’ai adoré l’embrasser elle. Je continue de découvrir ma pansexualité et j’adore pouvoir explorer avec les filles. Caresser leur poitrine, mordiller leurs tétons, caresser leurs courbes, leurs fesses, leur nuque et continuer d’apprendre l’art du cunnilingus !

Je pense que je peux mourir en paix. C’était une des plus belles expériences de ma vie !

Je n’ai pas été déçue du voyage, car non seulement j’ai pu pratiquer un cunni, et elle a bien apprécié ! Je me suis sentie TELLEMENT badass à ce moment-là, car oui, faire un cunni ce n’est pas facile, surtout au début. Et là, la demoiselle me demande d’y insérer un doigt, deux doigts, trois doigts, la main !

Oui, oui, oui, tu as bien compris, J’AI FISTÉ UNE MEUF !

Je pense que je peux mourir en paix. C’était une des plus belles expériences de ma vie ! Son copain était à côté, il me guidait pendant qu’elle s’éclatait, je sentais son corps réagir à mon poing, se contracter, je l’entendais gémir, et la sentir jouir alors que j’étais en elle… C’était démentiel !

Ensuite, elle a repris ses esprits, a commencé à sucer mon copain qui a pris son pied. Je me suis aussi amusée avec mon amant d’un soir que j’ai beaucoup embrassé, dont j’ai aussi découvert le corps avec plaisir, je l’ai aussi sucé et il m’a prise en même temps que mon copain prenait sa copine.

C’était génial de sentir autant d’amour, de connexion avec ce couple. C’était magnifique ! Nos corps se mélangeaient dans une telle splendeur… Tout devenait naturel, c’était beau, sensuel, drôle, coquin.

J’ai vraiment l’impression d’avoir fait l’AMOUR à trois personnes ce jour-là et non d’avoir simplement « couché ».

L’ingrédient le plus important est bien sûr la communication. Il faut de l’honnêteté envers soi-même et l’autre, être le plus possible au clair sur ce que l’on veut, ce que l’on permet à l’autre de faire ou pas.

Après ce moment, nous avons mangé et sommes repartis, pleins d’endorphines, en planant et en se réjouissant de notre folle journée si spéciale. C’était la première fois que nous avions une expérience aussi saine, aussi libérée avec un autre couple.

Ils nous ont plu au-delà du physique et j’ai l’impression qu’une partie de moi-même est tombée en amour pour eux. Je ne sais pas si nous nous reverrons un jour et mais je chérirai cette journée magnifique qui m’a permis d’en apprendre plus sur moi-même.

Comment bien vivre le libertinage en couple

Que ce soit pour les clubs libertins ou les plans à plusieurs, quand on se retrouve dans un endroit à poil avec plein de personnes sachant qu’il peut tout ou rien se passer, il vaut mieux à avoir sacrément confiance en ton/ta partenaire.

Je pense nous ne sommes pas les seuls mais nous avons développé des codes parce que, même quand on est complice avec son ou sa partenaire, quand on est à poil et entourée de monde ou en action, il faut pouvoir communiquer discrètement.

Quand j’écris codes, ce sont des gestes qui ont pour nous des significations : se pincer une oreille, la cuisse, se toucher le front avec un doigt, le « ça va » en langue des signes… Comme ils sont bien pratiques, nous les utilisons aussi dans la vie normale !

L’ingrédient le plus important est bien sûr la communication, avant et après, pour parler de ses impressions, appréhensions, etc. Il faut de l’honnêteté envers soi-même et l’autre, être le plus possible au clair sur ce que l’on veut, ce que l’on permet à l’autre de faire ou pas.

Il faut être capable de se dire qu’on ne sait pas comment on va se sentir en voyant ou en faisant quelque chose, et sur le moment, si ça nous déplaît, oser dire stop.

« Tout est permis, rien n’est obligatoire. »

Adage libertin

Si on a envie d’essayer, il faut aussi garder en tête que les clubs libertins sont des endroits sans jugement, notamment dans les saunas libertins. Car quand tout le monde est nu et assume sa nudité, tout le monde est beau, quelles que soient les apparences.

Je trouve que le libertinage apporte de la beauté et de la volupté au monde, qu’on soit branchée BDSM ou sexe « classique » (« vanille » dans le jargon). Il a y un adage dans le libertinage que j’aime bien et qui devrait sortir de ce contexte :

« Tout est permis, rien n’est obligatoire. »

Ça enlève d’entrée beaucoup de pression sur ce qui est acceptable ou pas. J’enjolive un poil mais dans ce cadre, fini les conventions sociales, et nous on adore ça ! C’est la porte ouverte à ce qu’on veut (en respectant l’autre et soi-même, bien sûr).

Ce que le libertinage nous a apporté à mon couple et à moi

Le libertinage nous a aidé à libérer la parole dans notre couple via nos fantasmes, peurs, envies… C’est génial et empouvoirant de savoir que l’autre ne sera qu’amour sans jamais émettre de jugement et que si tu veux faire certaines choses, il t’écoutera.

Cela m’a aidée à prendre confiance en mon partenaire, malgré mes grosses lacunes en terme de confiance en moi et les autres en général, que je soigne comme je peux et à mon rythme.

Quand j’ai commencé à entrer dans le libertinage, j’ai encore plus pris conscience du fait qu’on nous enferme systématiquement dans des cases. Et cette pratique m’a aidée à faire un gros fuck à tout ça !

Ces expériences sont un mélange de beaucoup d’émotions : un peu d’appréhension, d’inquiétude, d’excitation, de pur plaisir parfois, d’euphorie, de joie car on a testé un nouveau truc…

Le libertinage et le sexe m’ont permis de m’affirmer, de tester des choses rien que pour moi, de prendre confiance dans mon corps, d’apprendre à l’aimer et à m’aimer moi.

Je suis quelqu’un d’assez timide et j’ai encore du mal à vraiment lâcher prise, mais j’adore ce que je vis dans le libertinage, et ce que je continue à découvrir. Le libertinage et le sexe m’ont permis de m’affirmer, de tester des choses rien que pour moi, de prendre confiance dans mon corps, d’apprendre à l’aimer et à m’aimer moi par la même occasion.

Cela m’aide à me sentir sexy et je n’ai plus honte de parler de sexe. Je me sens plus puissante, j’ai pris conscience que je pouvais plaire. J’ai pu me découvrir, et me rencontrer !

Cela m’a aussi permis de me questionner sur mon orientation sexuelle : je pense que je suis pansexuelle. Mais je n’ai pas vraiment d’avis, et ce n’est pas important.

Je compare aussi le libertinage à une bulle/parenthèse : ce qui s’y passe y reste et n’a pas d’incidence directe sur ma vie !

Le point de vue de mon compagnon sur notre expérience de libertinage

Pour clore ce témoignage, mon compagnon avait lui aussi envie d’y ajouter son point de vue :

« Avant de faire l’expérience du plan à 4 avec des quasi inconnus, nous n’avions fait que des plans à 3 avec des gens de confiance, donc il y avait une véritable appréhension et excitation à trouver notre rythme et à voir si ça nous plairait.

Je me suis demandé : “Qu’est-ce que ça va me faire de voir ma compagne en train de prendre son pied avec un/une autre ?” — et jusqu’au moment de le voir, je ne savais pas ce que ça me ferait.

En voyant ma compagne chevaucher un autre homme, je me suis posé quelques secondes en me disant : “Est-ce que ça me va ce que je vois là ? est-ce que je suis à l’aise avec ça ?

C’est à ce moment-là que jusqu’à cet instant, je ne savais pas si ça m’irait mais que… ça m’allait. Et j’y ai découvert un vrai plaisir. Ce fut une expérience riche et qui m’a laissé de très bons souvenirs.

Le libertinage est un milieu où nous nous sentons bien, mais qui n’est pas fait pour tout le monde : il faut être prêt ou prête à lâcher ses jugements et ses aprioris, être capable d’introspection pour savoir ce que l’on veut…

Si on y arrive, on découvre un monde où l’on ne sera pas jugé et où l’on pourra s’épanouir et s’assumer. Il faut aussi bien sûr aimer le sexe, mais il n’y a pas d’obligation à “partager” son ou sa partenaire.

Nous avons rencontré des couples qui ne faisaient que de l’exhibitionnisme ensemble, et nous-même à nos débuts ne faisions qu’observer. Il y en a aussi qui préfèrent le mélangisme : certaines pratiques (masturbation, sexe oral, caresses…) se font entre tous mais il n’y a pénétration qu’au sein du couple.

En fait c’est à chacun de construire sa propre version du libertinage et à mon sens, c’est donc une école de tolérance ! »

À lire aussi : Comment je suis devenue libertine

Crédit photo : cottonbro / Pexels

Témoignez sur Madmoizelle !
Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
13

Avatar de jorda
13 septembre 2021 à 17h14
jorda
@Rocksteady
Contenu spoiler caché.
0
Voir les 13 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Témoignages
couple devant un métro

J’ai couché avec un inconnu rencontré sur le quai du RER (et c’était vraiment bien)

Témoignages
pexels-liza-summer-acouphenes

« De vrais acouphènes, ça ne se soigne pas » : comment j’ai appris à vivre avec un sifflement dans les oreilles

Fab

06 déc 2021

87
Lingerie
tanga menstruel Ma Lucette
Sponsorisé

Crash-test : une journée de règles avec flux abondant et… un tanga menstruel

Règlement de comptes
Sarah

Sarah et son mari, 3200€ par mois pour 4 : « J’ai un rapport… compliqué à l’argent »

Camille Abbey

02 déc 2021

5
Tatouage
la-tessita-par-clara-de-latour

« Besoin de savoir d’où je venais et de le marquer dans ma peau » : quand le tatouage nous relie à nos origines

Anne Chirol

30 nov 2021

Témoignages
maid-violences

C’est un épisode de Maid qui m’a aidée à réaliser que j’avais subi des violences conjugales

Aïda Djoupa

29 nov 2021

9
Témoignages
marre-evjf

Quand les EVJF deviennent un enfer : « La moindre notif me donnait envie de fuir »

Aïda Djoupa

27 nov 2021

52
Témoignages
nanowrimo-4-journal-de-bord

NaNoWriMo, journal de bord d’un échec programmé #4 : l’essentiel c’est de participer

Kalindi Ramphul

26 nov 2021

Témoignages
corps de femme

Je suis chirurgien, et je « répare » les clitoris des femmes victimes d’excision

Aïda Djoupa

25 nov 2021

10
Règlement de comptes
femme en train de faire des travaux

Gwendoline, 3900€ par mois à deux : « Mon conjoint n’achète rien à part des caleçons une fois par an »

Aïda Djoupa

25 nov 2021

3

La société s'écrit au féminin