Des cours de cuisine à l’école ? Je suis pour !

L'idée des cours de cuisine à l'école fait son petit bonhomme de chemin. Mymy, qui adore manger mais aussi cuisiner, est totalement pour !

Des cours de cuisine à l’école ? Je suis pour !

J’ai quelques chevaux de bataille dans la vie, quelques sujets qui me tiennent à cœur et que je défends autant que possible, comme le revenu universel.

Parmi ces piliers : les cours de « vraie vie » à l’école. À savoir : l’administratif, un peu de bricolage, des choses de base comme la lessive et le ménage… ou la cuisine !

L’actualité me donne l’occasion de t’en parler plus en profondeur.

Des cours de cuisine à l’école, pourquoi pas ?

BFM consacre un article au sujet des cours de cuisine à l’école, qui pourraient avoir un vrai impact positif en matière de santé.

« À l’échelle mondiale, l’obésité a presque triplé depuis 1975. En France, un adulte sur deux est en surpoids et 17% des habitants de l’Hexagone sont obèses.

Plus inquiétant encore: près de deux enfants sur dix sont dans l’une de ces deux situations, indique Santé publique France. »

Le surpoids peut avoir de nombreuses causes, parmi lesquelles la « malbouffe » ou l’incapacité à cuisiner des plats sains.

Si on grandit dans une famille qui ne mange pas équilibré, pour telle ou telle raison, se remettre au cordeau peut être compliqué. Mais l’école peut aider à changer ses habitudes !

Les cours de cuisine à l’école, un vrai atout santé

Certes, il y a déjà des opérations comme la Semaine du Goût qui fait découvrir de nouvelles saveurs. De plus, les repas des cantines incluent des légumes et autres éléments plutôt sains — on est loin de la part de pizza américaine.

Mais ce n’est pas forcément suffisant. Je connais pas mal de gens de 20 ans qui n’ont aucune idée de comment préparer des légumes différemment, ou même de quoi acheter au marché !

Charlie VS une tête d’ail, une expérience inédite

Quand on ne s’est jamais attaqué à une courge butternut, à des haricots pas-en-conserve ou à du céleri sans rémoulade, ce n’est pas forcément évident de savoir comment les préparer.

Et avec un budget réduit, acheter des ingrédients qu’on n’est pas sûrs de cuisiner est un risque de gaspillage alimentaire.

C’est entre autres comme ça qu’on finit avec des adultes qui continuent à manger « des menus enfants », des plats sans prise de risque, souvent pleins de produits transformés et pauvres en verdure.

Alors que si on a passé des années d’école, de collège et de lycée à émincer des oignons, tailler des carottes ou râper du gingembre, les premières courses solo sont bien plus simples !

Avoir un programme axé sur des plats peu gras/sucrés/salés, des cuissons légères comme la vapeur ou des alternatives comme les spaghettis de courgette peut permettre de vivre en meilleure santé.

Les cours de cuisine à l’école, pour manger moins de viande

C’est un écueil que bien des nouveaux végé, végane ou même flexi connaissent : comment cuisiner quand les repas ont toujours été axés autour d’une pièce de viande ou de poisson ?

Pourtant, bien des cultures culinaires, autour du monde, fonctionnent différemment — je pense évidemment à la cuisine indienne, mais aussi à beaucoup de plats marocains par exemple.

Si les cours de cuisine à l’école incluent différentes façons d’aborder un repas équilibré, manger moins de viande devient plus facile.

Et c’est une urgence car l’élevage consomme beaucoup de ressources, alors que chaque année, le « jour du dépassement » rappelle la situation critique du climat.

De plus, cuisiner sans produits animaux permet de contourner la plupart des interdits religieux et d’unir tout le monde dans la joie d’un falafel croustillant ou d’un dhal bien relevé !

Les cours de cuisine à l’école, pour défendre la tradition culinaire

La France s’enorgueillit de sa cuisine, le monde entier est au courant. Et c’est mérité : qu’est-ce qu’on mange bien !

Pourtant, peu de jeunes adultes vont se lancer dans un plat traditionnel comme un bœuf bourguignon ou un aïoli, car ils paraissent sacrément intimidants.

Moi-même, j’ai fait ma première blanquette de veau à 27 ans… et je suis tombée de nues. C’EST SI FACILE ET SI BON ! Pourquoi ai-je tant attendu ?!

Apprendre la cuisine à l’école publique peut aider à se familiariser avec la cuisine française, y compris ses trésors méconnus : légumes de saisons « oubliés », plats « anciens » qui ne coûtent pas cher…

Pas besoin de foie gras ni d’huile de truffe pour faire un bon repas ancré dans le terroir, abordable et délicieux.

Les cours de cuisine à l’école, pour comprendre ce qu’on mange

Dans l’article de BFM, Lysiane Gervais, proviseure d’un lycée à Bordeaux, estime que :

« [Les élèves] n’ont aucune idée de ce qu’ils avalent quand ils boivent des sodas ou mangent des produits transformés. »

Je suis intimement persuadée que comprendre ce qu’on mange et ce qu’on cuisine permet de prendre du plaisir à se mettre aux fourneaux.

Pourquoi faut-il garder précieusement l’eau des pâtes ? Pourquoi est-ce que j’ajoute en douce des anchois à ma bolognaise ? Qu’est-ce qui manque à un plat « assez salé » mais fade ?

(Réponses : pour lier la sauce grâce à l’amidon ; pour ajouter de « l’umami » à la bolo ; de l’acidité !)

Je ne roule pas sur l’or et je n’ai pas une quantité infinie de temps libre, pourtant je n’achète quasiment jamais de produits transformés ou de plat préparé.

Tout simplement car j’ai eu la chance de grandir avec des parents qui m’ont enseigné l’amour de la cuisine, les bases de la diversité culinaire et m’ont laissée d’expérimenter à ma guise.

Pour celles et ceux qui n’ont pas ce privilège, les cours de cuisine à l’école me paraissent tout indiqués ! Qu’en penses-tu, toi ? Pour ou contre l’épluchage de patates en seconde ?

À lire aussi : Ces cours que j’aurais aimé avoir à l’école

Mymy

Mymy

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle et gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Hiboude

Franchement, j'aurai adoré avoir ces cours... En études supérieures. Parce que clairement avant j'en aurais rien eu à faire. Mais je me souviens de ma panique devant ma gaziniere le premier soir dans mon premier appart étudiant. Obligée de demander à Google comment on cuit un oeuf sur le plat.
Et quand on est étudiants, avoir un cours pour manger équilibré et pas trop cher, Ben ce serait franchement chouette ! Combien d' étudiants ne mangent que des pâtes instantanées parce que le budget et parce qu'iels ne savent rien faire d'autre?
Pour ce qui est couture, bricolage... Y a bien des ateliers théâtre sur l'heure du Midi alors pourquoi ne pas proposer ce genre d'activités aux ado ? Ça peut aussi faire naître des vocations
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!