Live now
Live now
Masquer
video consentement the good society
Société

Cette vidéo contient tout ce qu’on ne veut pas voir dans une campagne sur le consentement

Des milkshakes et un grand malaise. C’est le flop de cette vidéo australienne qui devait sensibiliser à la question du consentement.

Gênante. À côté de la plaque. Infantilisante. On ne sait pas trop par où commencer pour parler de la vidéo de sensibilisation au consentement qui a été vivement critiquée ces derniers jours en Australie, au point d’être complètement retirée.

On vous résume en quelques mots son contenu : une jeune femme et un jeune homme sirotent un milkshake. Elle lui propose de goûter son verre, il lui répond poliment qu’il préfère boire le sien. C’est alors que, sans crier gare, elle lui étale son milkshake sur le visage.

 

Destinée aux 10-12 ans et diffusée via le site The Good Society dans le cadre de Respect Matters, un programme de lutte contre les violences destiné aux enfants, la vidéo était censée montrer la question du consentement.

Évidemment on a tout de suite pensé à la vidéo où le consentement dans le cadre d’une relation sexuelle est expliqué grâce à une tasse de thé :

Alors qu’est-ce qui cloche avec cette vidéo de milkshakes ? Et bien, déjà : les milkshakes.

Trop de métaphores tue le message

Plusieurs expertes des violences sexuelles ont fait part de leur étonnement face à cette vidéo censée s’adresser aux jeunes, mais qui semblent les prendre pour des idiots.

« Les jeunes sont bien plus exigeants que ce contenu le laisse penser. Et le sexe et le consentement sont bien plus compliqués que des vidéos à propos de milkshakes et de requins à la plage », a estimé Karen Willis, éducatrice en prévention pour l’organisation End Rape On Campus Australia.

Comme s’il était impossible de parler de sexualité à des enfants, la vidéo prend le parti d’utiliser des métaphores et des euphémismes. On parle de sexe, mais surtout sans le montrer et sans dire le mot.

« On ne peut pas enseigner la logistique du sexe en parlant de petits oiseaux et d’abeilles et on ne peut pas enseigner les complexités du consentement avec des milkshakes », a aussi résumé Chanel Contos, une activiste australienne engagée pour une meilleure éducation sexuelle.

 

Une minimisation des violences sexuelles

Autre choix qui a aussi interpellé les féministes australiennes, celui d’avoir mis en scène une femme qui perpétue l’agression. Une façon de montrer que les hommes peuvent être aussi victimes de violences ?

Mais aussi une manière de mettre de côté les statistiques qui montrent que ce sont bien les femmes qui sont majoritairement victimes de violences sexuelles : en Australie, une femme sur cinq et un homme sur vingt a déjà subi des violences sexuelles. Les femmes sont plus susceptibles de subir des violences sexuelles de la part d’un ancien conjoint ou d’un petit ami ou petite amie.

Pour Grace Tame, militante qui défend les survivantes de viol, la vidéo « minimise l’expérience du traumatisme du viol » :

« Cela indique juste à quel point on ne prend pas cette question au sérieux. »

Sans oublier que d’autres éléments présents sur le site The Good Society laissent aussi songeurs, comme cette autre vidéo sur le consentement qui explique qu’éprouver du désir pour une personne peut être si intense « qu’on ne comprend pas ce qu’elle veut » :

« Parfois l’intensité de notre désir peut nous faire insister trop fort pour obtenir un oui ».

Expliquer qu’avoir des sentiments ou du désir est une excuse pour ne pas entendre un non, est-ce réellement ce qu’on a envie que des enfants entendent quand on leur apprend que « non, c’est non » ?

Même avec les meilleures intentions, et avec certaines ressources allant dans le sens d’une éducation sexuelle exempte de stéréotypes, cette campagne lancée par le gouvernement australien part d’un bien mauvais pied…

À lire aussi : Le consentement sexuel expliqué par une tasse de thé


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

2
Avatar de stelly224@
20 avril 2021 à 21h04
stelly224@
La vidéo n'a aucun sens, on ne sait pas ce que veut dire l'attitude des acteurs. Je suis une quiche en anglais donc je ne sais pas trop ce que dit la vois off. Mais même avec cet handicap; tu sens un décalage. Tu as l'impression de voir deux enfants qui se chahute. Le mec goute le milkshake de la fille, puis il dit que le sien est meilleur. Du coup, la fille lui barbouille le visage et rigole. Moi je le vois comme des enfantillages, des trucs que tout les enfants font. Et je suis sûr que c'est ce que verrait un enfant ou un ado. unno: Bref, la vidéo de thé est mieux, pas besoin d'être bilingue pour comprendre.
8
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Société

bulletin-salaire // Source : URL
Actualités France

Les fiches de paie vont bientôt être simplifiées, et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle

Hanny Naibaho festival
Actualités France

Ce festival mythique pourrait bien diparaître (et on est trop triste)

Source : Capture d'écran
Société

« Malheureusement, j’en ai aussi fait les frais », Marine Lorphelin s’exprime sur les violences sexuelles à l’hôpital

fessee-interdite-violences-educatives
Société

En 2024, un juge relaxe un père violent au nom du « droit de correction », où va-t-on sérieusement ?

2
Sora Shimazaki / Pexels
Actualités

Un pédocriminel interdit d’IA pour les 5 prochaines années par la justice britannique, une première

3
Source : URL
Société

 « Il va la tuer… » Dans une vidéo virale, elle interpelle Macron sur les violences faites à sa mère par son ex-compagnon

Source : Robin JARRY
Sport

3 conseils pour mieux gérer sa pratique sportive quand on a ses règles

1
Source : SHVETS production de Pexels
Société

Une enquête du Parisien révèle des violences sexuelles à l’Institut national de jeunes sourds de Paris

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Violences sexuelles à l’Hôpital : Roselyne Bachelot, émue, confie son expérience dans C à vous

police pixabay
Société

À Metz, un policier qui frappait son ex-femme et ses enfants a été relaxé par la Cour d’Appel

7

La société s'écrit au féminin