Live now
Live now
Masquer
workin-lait
Féminisme

Cachez ce post-partum que je ne saurais voir : Facebook bloque des pubs pour des culottes et du matos d’allaitement

14 jan 2022

Alors que Facebook est souvent critiqué pour une modération défaillante et même dangereuse (coucou les Facebook Papers), cette nouvelle censure concernant des produits à destination des femmes et de leur santé accentue les inquiétudes.

Facebook appartient maintenant au groupe Meta, qui possède aussi Instagram, Messenger et WhatsApp. Un changement de nom qui fleure bon la volonté de changer d’image, de s’éloigner des anciennes controverses et de conquérir de nouveaux publics, bien plus intéressés par d’autres réseaux sociaux (comme Snapchat et TikTok) que par cet ancien mastodonte.

Mais qui dit nouveau nom ne dit pas nouvelles bonnes pratiques ! Le média américain Jezebel, qui a étudié un rapport du New York Times sur le bloquage des contenus publicitaires chez Facebook, nous apprend que la modération du réseau social a encore sévi, notamment du côté de publicités de produits pour femmes en post-partum… avec notamment la censure de culottes et de produits aidant à l’allaitement.

Cachez ce post-partum que je ne saurais voir : Facebook bloque des pubs pour des culottes et du matos d’allaitement

C’est au total soixante entreprises concernant le bien-être et la santé des femmes qui affirment avoir eu leurs publicités bloquées par Facebook. Les produits ont été catégorisés comme « pour adultes ».

Que disent ces bannissements de la modération chez Facebook et sur la plupart des réseaux sociaux ? Petite explication méta de ce qui se passe chez Meta…

Facebook : une modération déficiente et problématique

On peut en effet, à l’instar de Jezebel, s’étonner d’une sorte de double standard concernant leurs produits « pour adultes » (enfin, ce qui est considéré comme tel, parfois à tort) et pour la santé sexuelle. Ne voit-on pas trôner fièrement sur les pages du réseau social des publicités pour préservatifs, on ne peut plus explicites, vantant plaisir et sensations ?

C’est donc bien une modération asymétrique envers les hommes et les femmes qui est à l’œuvre quand il est possible d’afficher des pubs pour des pilules contre les troubles de l’érection et de bloquer celles qui proposent du matériel pour renforcer son périnée après la ménopause.

C’est ici une mosaïque d’algorithmes très complexe qui est en cause — Facebook se défend bien sûr d’avoir blacklisté des mots qui proscrivent ces publicités, comme « ménopause » ou « vagin ».

Mais on a ici affaire à un problème systémique. Le groupe Meta place les efforts de modération ailleurs, sur les armes à feu, le cannabis… Évidemment ce sont des sujets très importants, mais une fois de plus ce sont les femmes qui trinquent, avec leurs corps et leurs problématiques à nouveau invisibilisés.

Les algorithmes seraient-ils sexistes comme l’avançait le livre L’intelligence artificielle, pas sans elles ?

Une pondibonderie questionnable sur le corps des femmes est à l’œuvre, indiquant que leur anatomie et leurs problèmes doivent restés discrets. Cachez-moi ce corps post-partum que je ne saurais voir…

La censure des publicités mettant en scène le post-partum

Ce n’est pas la première fois qu’une publicité pour des produits destinés aux femmes en post-partum est bloquée. Cela avait été le cas en 2021, par le fait de décisions humaines, d’une censure de la chaîne ABC et de l’Académie des Oscars.

(© Capture d’écran/YouTube)
(© Capture d’écran/YouTube)

On pouvait voir dans cette publicité de produits d’hygiène et de post-partum une femme se déplaçant avec difficultés chez elle, aller aux toilettes, avec en fond les pleurs d’un bébé. La sociologue et militante féministe Illana Weizman avait en réaction lancé le mouvement #monpostpartum puis écrit un livre passionnant dans lequel elle expliquait :

« Pas loin de la moitié de l’humanité passera par cet état de faiblesse physique, de convalescence. Alors, pourquoi censurer une situation aussi banale, bien que complexe et douloureuse ? Qu’est-ce qui est à ce point insupportable dans la mise en scène honnête de la souffrance et du vécu des femmes ? […]


Ayant moi-même traversé cette période du post-partum peu de temps en arrière, je me suis sentie dénigrée. J’ai ensuite pris conscience qu’un autre élément venait renforcer mon courroux, cette censure faisait écho à une autocensure que je m’étais infligée. »

Il est implicitement indiqué que les corps des femmes sont honteux, doivent être dissimulés. Les algorithmes reproduisent une société aux biais sexistes et continuent ainsi à les perpétrer… Il serait temps de briser la chaîne et Facebook devrait s’en préoccuper si le réseaux social de Mark Zuckerberg veut conquérir de nouvelles générations, sans doute plus attentives à ces questions.

À lire aussi : Un entretien systématique pour dépister la dépression post-partum ? Ça arrive dès 2022

Image en une : © Workin’ Moms/Netflix

Plus d'articles au sujet du Post-partum

Les Commentaires
1

Avatar de missaaj
14 janvier 2022 à 13h14
missaaj
C'est fou....après c'est aussi très pénible en tant que femmes au dessus de la trentaine de recevoir ce genre de pubs....comme si tout le monde pouvait avoir/avait envie/avait des enfants....
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Féminisme

Cinéma
jessica chastain en interview sur un plateau tv

Sans le Planning Familial, Jessica Chastain n’aurait pas eu la même carrière : « J’ai pu avoir le choix »

Aïda Djoupa

24 jan 2022

Féminisme
mnms_vert_moins_sexy

Arrêter de sexualiser un M&M’s, c’est visiblement trop demander aux conservateurs de Fox News

Aïda Djoupa

24 jan 2022

7
Médias
jean-jacques-bourdin-bfm-la-france-dans-les-yeux

BFM et RMC décident d’écarter de l’antenne Jean-Jacques Bourdin, accusé d’agression sexuelle

Maëlle Le Corre

24 jan 2022

3
Livres
emily-ratajkoswki-my-body-livre

On a lu Emrata qui écrit sur son corps et devinez quoi : mannequin ou non, ça résonne

Sophie Benard

23 jan 2022

15
Féminisme
djaili-amadou-amal-les-impatientes
Sponsorisé

« J’ai été mariée de force à 17 ans »  : Djaïli Amadou Amal (Les Impatientes) se confie

Féminisme
my-body-my-rules-vert

« J’ai dû voir 4 ou 5 gynécos » : être une femme qui veut se faire stériliser reste une galère

Maëlle Benisty

17 jan 2022

7
Féminisme
Amouranth

Entre surmenage et harcèlement, Amouranth, streameuse « hot tub », nous invite dans sa vie pas si rose

Eva Levy

17 jan 2022

21
Politique
accessibilite-pour-tous-capture-libe

La question du validisme sera-t-elle prise au sérieux par les candidats à la présidentielle 2022 ?

Maëlle Le Corre

14 jan 2022

Actu en France
clementine autain lfi endometriose

L’endométriose bientôt inscrite dans la liste des affections longue durée ?

Féminisme
pref de police

La préfecture de police a enterré un rapport sur… l’accueil des victimes de violences dans les commissariats

Maëlle Le Corre

12 jan 2022

La société s'écrit au féminin