Live now
Live now
Masquer
michel ocelot
Cinéma

Après Kirikou, le nouveau film de Michel Ocelot est une madeleine de Proust

19 oct 2022
Vous avez une envie de cinéma mais ne savez pas quoi choisir parmi les sorties en salle ? Dans Premier Rang, Maya Boukella, journaliste pop culture chez Madmoizelle, vous recommande un film à l’affiche. Cette semaine, on est transporté par le nouveau Michel Ocelot.

Au cinéma, il arrive que certaines semaines soient moins stimulantes que d’autres. Forcément, on ne peut pas avoir un Woman King ou un L’Origine du Mal tous les mercredis, même si les sorties du mois de novembre s’annoncent particulièrement réjouissantes.

Heureusement, en cherchant bien, et en assistant à plusieurs séances très moyennes, on finit par dénicher une sortie qui vaut la peine de sortir de chez soi.

Cette semaine, notre Premier Rang est Le pharaon, le Sauvage et la Princesse de Michel Ocelot. Le nouveau film du papa de Kirikou est sorti en salle ce mercredi 19 octobre.

Le pharaon, le Sauvage et la Princesse, de quoi ça parle ?

Après une Afrique de l’Ouest et un Maghreb teintés de magie dans Kirikou et Azur et Asmar puis une immersion dans le Paris de la Belle Époque avec Dilili à Paris, Michel Ocelot laisse libre cours à son imaginaire dans son nouveau film. Cette fois, il n’est pas question de choisir : le réalisateur nous donne à voir trois contes, trois époques et trois univers.

Le film nous transporte de l’Égypte antique à l’Auvergne médiévale et termine sur l’Empire ottoman du XVIIIe siècle, dans des costumes ottomans et des palais turcs. Le métrage d’1h20 à peine est peuplé de dieux, de tyrans, de justiciers, d’amoureux astucieux, de princes et de princesses n’en faisant qu’à leur tête dans une explosion de couleur.

LE PHARAON, LE SAUVAGE ET LA PRINCESSE - Un film de Michel Ocelot

Le retour aux sources de Michel Ocelot

Depuis Kirikou et les Bêtes sauvages en 2005, Michel Ocelot n’a cessé de s’adapter aux nouvelles technologies du cinéma d’animation. Sorti en 2018, Dilili à Paris était une véritable expérimentation formelle dans laquelle le réalisateur mélangeait des photos de Paris qu’il avait lui-même prises, des décors en 3D et des personnages illustrés en à plats de couleurs vives.

On pouvait donc s’attendre à ce qu’il continue cette exploration technique dans son nouveau métrage. Pourtant, il n’en est rien. Le pharaon, le Sauvage et la Princesse est davantage un retour aux sources du réalisateur et un hommage à sa propre filmographie. Ainsi, on retrouve le réconfort de Princes et Princesses (2000) ou des Contes de la Nuit, ses deux films en ombres chinoises dans lesquels des personnages racontaient plusieurs contes à l’intérieur du film, dans une grande sobriété scénaristique et visuelle.

ocelot
© Nord Ouest films

Ainsi, chaque conte a sa propre identité visuelle, ce qui rend le film particulièrement divertissant. Il y a aussi une grande cohérence entre la forme et le fond, puisque l’esthétique du conte est toujours liée à l’époque, au lieu et au sujet représenté.

Par exemple, les personnages de la deuxième histoire sont des ombres chinoises noires à l’aspect plutôt figé. En effet, Le Sauvage met en lumière la violence d’un riche châtelain obscurantiste à l’esprit fermé. À l’inverse, le dernier conte, qui raconte la rencontre entre le monde d’un vendeur de beignets et d’une princesse est beaucoup plus animé, coloré et rappelle la splendeur visuelle d’Azur et Asmar.

En ce mois d’octobre nuageux, Le pharaon, le Sauvage et la Princesse est donc la sortie cinéma parfaite pour faire voyager les enfants à travers l’espace et le temps, ou simplement pour croquer soi-même dans une jolie madeleine de Proust.

michel ocelot 2
© Nord Ouest films

À lire aussi : The Woman King prouve que l’afroféminisme rend les films meilleurs

Crédit de l’image à la Une : © Nord Ouest

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Cinéma

fumer fait tousser 4
Cinéma

Quentin Dupieux est au sommet de son art avec Fumer fait tousser

Maya Boukella

30 nov 2022

Lifestyle
Sponsorisé

J’ai découvert trois films féministes géniaux grâce à un VPN

Humanoid Native
will-smith-frappe-chris-rock-oscars
Pop culture

Après la gifle, Will Smith comprendrait qu’on ne soit pas prêts à le revoir à l’écran

Maya Boukella

29 nov 2022

3
helena bonham carter
Cinéma

À la rescousse pour défendre J.K. Rowling et Johnny Depp, Helena Bonham Carter aurait pu s’abstenir

Maëlle Le Corre

29 nov 2022

5
babylon paramount
Pop culture

Babylon : après La La Land, une bande-annonce grandiose et épuisante pour le nouveau Damien Chazelle

Maya Boukella

29 nov 2022

emma corrin netflix the crown
Pop culture

Emma Corrin (The Crown) veut plus de catégories non genrées dans les remises de prix

Maëlle Le Corre

28 nov 2022

2
annie colère diaphana
Interviews cinéma

« L’IVG est un geste social global », entretien avec l’équipe d’Annie Colère

Maya Boukella

26 nov 2022

Avatar 5
Pop culture

Pour être rentable, Avatar 2 doit faire aussi bien que Titanic

Maya Boukella

25 nov 2022

titanic Twentieth Century Fox France
Pop culture

Titanic : comment Leonardo DiCaprio et Kate Winslet ont failli ne pas avoir les rôles

Maya Boukella

24 nov 2022

2
parfum vert diaphana
Cinéma

Le Parfum vert, le polar entre Hitchcock et Tintin qui nous fait déjà rire

Maya Boukella

24 nov 2022

saint omer 1
Cinéma

Saint Omer n’est pas un film sur l’infanticide mais sur la maternité :  rencontre avec Alice Diop

Maya Boukella

23 nov 2022

La pop culture s'écrit au féminin