Live now
Live now
Masquer
cannes-journal-de-bord-jour-3
Revues de films

Alix à Cannes, jour 3 — Festival de films transperçants et gueule de bois permanente

09 juil 2021
Alix a couru dans tout Cannes pour vous dénicher les pépites de ce Festival du film. Et il semble que son score soit de trois sur trois, avec Tout s’est bien passé, Un Monde et Une jeune fille qui va bien.

Cette gueule de bois semble être devenue mon état permanent du Festival.

Et quand je vois mon programme de la journée, je me dis qu’il va falloir que je m’accroche. Trois projections m’attendent : l’une traite du suicide assisté, l’autre du harcèlement scolaire, et la troisième d’une jeune femme juive qui tente de devenir comédienne en pleine montée du nazisme.

Ô joie !

Tout s’est bien passé, de François Ozon

Alors que je m’élance sur cette Croisette que je connais désormais mieux que la ligne de métro 5, je tente de profiter du soleil de plomb du matin.

Le ventre rempli d’œufs brouillés et de jus détox pour contrer celle-dont-j’essaie-d’oublier-le-nom, j’escalade mon premier tapis rouge. Parce que oui, j’en ai monté des marches à Cannes, mais il s’agit ici de ma première projection dans le grand auditorium Louise Lumière, qui contient quelque 2000 places. Rien que ça.

La salle blindée d’un monde curieux de découvrir le nouveau film du réalisateur chouchou des Français se tait, et la séance commence.

TOUT S'EST BIEN PASSÉ Bande Annonce (2021) Sophie Marceau

Intemporelle, Sophie Marceau transperce l’écran dès sa première apparition en tant qu’Emmanuèle Bernheim, fille d’un père très malade interprété par André Dussolier, et autrice du roman dont Tout s’est bien passé est adapté.

La première partie du film s’annonce difficile. On reste longtemps à l’hôpital, dans un désarroi total face à ce père qui a perdu l’usage de tout son côté droit suite à un AVC. Jusqu’à ce qu’il demande à sa fille de « l’aider à en finir ».

Le film s’illumine alors et accompagne d’un humour léger et cynique la fin de vie désirée du père, aidé par Emmanuelle et sa sœur.

Les quelques flashbacks, malheureusement inutiles et inaboutis, n’entachent en rien les très justes performances des acteurs, avec une mention spéciale pour Hanna Schygulla, figure allégorique du dernier soupir mi-inquiétante, mi-rassurante.

Le film raconte une famille dysfonctionnelle (laquelle ne l’est pas ?) dans l’épreuve de la mort avec une douceur infinie. Jamais tire-larme, Ozon parvient tout de même ici à humecter mes pupilles, et me fait quitter la salle remplie d’une douce mélancolie avec un film qui frappe encore une fois dans le mille.

Un monde, de Laura Wandel

Après un rapide plouf dans une Méditerranée déchaînée (j’ai pris une vague sur le genou !), je cours en direction de la seconde projection de la journée. Pourquoi ? Parce que je me suis trompée de salle, et que je dois me retaper toute la Croisette. Pendant mon sprint, une envie irrépressible d’hurler « Poussez-vous, cons de mimes ! » me prend. Je pouffe et m’étouffe avec ma salive. Est-ce que je vais y arriver à cette projo ?

La dernière arrivée dans la salle Debussy, c’est Alix Martineau, qui bouscule les jambes allongées confortablement sous les fauteuils et frappe du coude les crânes chauves sur son chemin pour se frayer une place au quatrième rang. Ouf ! Mes voisins me haïssent mais je verrai le début du film.

Un monde, présenté en sélection Un Certain Regard, est le premier film de la réalisatrice et scénariste belge Laura Wandel.

Elle a pénétré un monde, justement, un monde qu’on connaît tous parfaitement et qu’on ne représente pourtant que rarement : celui de la cour de récréation. Et pour ça, elle se met à hauteur de ses jeunes acteurs, Maya Vanderbeque et Günter Duret, pour raconter le harcèlement scolaire d’Abel, à travers les yeux de sa petite sœur Nora.

La caméra laisse de côté le monde des adultes, sauf quand, parfois, Karim Leklou (le père) se penche à leur hauteur.

Un an se déroule en plans serrés de l’impressionnante Nora, qui à huit ans à tout péter, crève déjà l’écran dans un rôle de composition exceptionnel. Aucun manichéisme n’est autorisé, on recherche simplement les origines de la violence dans un système qui la rend souvent notre seul moyen de défense.

Chapeau bas à cette prouesse artistique et technique, qui a réussi à me ramener dans les brouhahas de ma propre cour d’école, en faisant ainsi l’un de mes coups de cœur de ce festival.

Une jeune fille qui va bien, de Sandrine Kiberlain

Pas le temps de souffler, je trottine vers la salle Miramar avec une odeur flottante de transpiration. Cette Croisette est devenue mon couloir de course, et c’est possible que je remporte l’épreuve des 800 mètres haies en rentrant à Paris.

On m’a attribué une place à deux rangs de l’équipe du film. Ils débarquent tous pimpants, même sous leur masque. Sandrine Kiberlain présente son tout premier long-métrage à la Semaine de la critique, et l’émotion est palpable. Ses acteurs, Rebecca Marder, Anthony Bajon et India Hair — entre autres — ont répondu présents, et lui semblent très reconnaissants.

Extract | UNE JEUNE FILLE QUI VA BIEN (A RADIANT GIRL) dir. Sandrine Kiberlain (VO)

Le film s’ouvre sur Irène, une jeune adolescente au style vestimentaire vintage et au rire spontané. On suit les tribulations de sa préparation à l’entrée d’un conservatoire de théâtre, puisque son rêve, c’est de devenir comédienne.

Au fil de ses répétitions et de ses premiers émois amoureux à première vue naïfs, la caméra se desserre et on découvre un hors-champ surprenant : la montée du nazisme dans les années 30 en France.

Si le film garde ce même ton ingénu porté par Rebecca Marder, le spectateur change de regard. Un conte à la fois joli et glaçant qui a valu les larmes de Benjamin Lavernhe à la fin d’une projection encensée par la dizaine de minutes de standing ovation.

Je m’imagine un peu trop crevée par cette journée marathon pour ressentir autant d’émotions, bien que j’aie passé un agréable moment.

J’achète des Babybel à 5€ (bienvenu à Cannes), et je file me pieuter, exténuée et ravie par ma journée. J’espère que demain me réserve autant de bonnes surprises !

À lire aussi : Alix à Cannes, jour 2 — Festival de coïncidences et libération héroïque d’une prisonnière

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin