Live now
Live now
Masquer
alerte-a-malibu-baywatch-critique
Cinéma

Alerte à Malibu, une vague de fraîcheur et d’humour qui déferle sur grand écran

Alerte à Malibu débarque au cinéma, avec ses maillots rouges, ses bouées écarlates et ses pectoraux huilés. Lise a été le voir et ne regrette rien !

Il y a quelques temps, j’ai eu l’occasion d’assister à la projection presse d’Alerte à Malibu.

Le film se déroule plusieurs années après la série emblématique. David Hasselhoff et Pamela Anderson ont raccroché leur maillot de bain rouge depuis longtemps, laissant place à une nouvelle équipe.

À la tête de cette équipe, il y a le formidable Dwayne « The Rock » Johnson. Tout se passe bien jusqu’à ce que Zac Efron, nageur olympique déchu, débarque à Malibu pour intégrer la team.

Je vais pas vous le cacher : l’humour du film n’est pas HYPER raffiné. Mais je me suis quand même bien marrée.

Dans un premier temps, je me suis sentie un peu coupable. Et puis j’ai bien réfléchi : pas besoin qu’une blague soit hyper intellectuelle pour être drôle. Assumons de nous fendre la poire !

À lire aussi : Cinq comptes Instagram qui me font crever de rire

Alerte à Malibu, un film marrant qui se prend pas le chou

Dès la bande-annonce, Alerte à Malibu annonçait la couleur. Couilles qui parlent, vomi et course au ralenti : quand on entre dans la salle, on a bien conscience qu’on est parti•es pour rigoler sur des gags qui ne volent pas haut.

Et ça fait du BIEN, en fait.

Au tout début de la séance, je me forçais à ne pas rire trop fort, pour ne pas embêter mes voisin•es un peu guindé•es. Et puis j’ai compris que je ne devais pas avoir honte de trouver le film marrant.

Hell yeah.

Je ne ris pas des blagues qui se moquent des autres : des femmes, des gros•se, de telle origine… Et ça tombe bien, parce que dans Alerte à Malibu il n’y en a PAS. Le film est très respectueux !

Petit exemple : plusieurs fois dans l’histoire, The Rock s’adresse à un groupe de personnages au masculin, en disant « Dude ! » (« Mec !

 ») et se reprend auprès des femmes (« No offense ! »).

À lire aussi : Comment être drôle même quand on est un peu coincé•e du cul ?

Les femmes, d’ailleurs, parlons-en : deux personnages féminins d’Alerte à Malibu ont su conquérir mon cœur.

Summer d’Alerte à Malibu, l’amour de ma vie

J’ai trouvé que chaque personnage féminin avait son caractère, son histoire. Si j’ai adoré le grand coeur de CJ et l’énergie de Steph, c’est définitivement Summer qui m’a fait craquer.

Elle fait partie des nouvelles recrues de l’équipe. La première fois qu’elle apparaît dans le film, Zac Efron lui lance une remarque graveleuse qu’elle défonce d’une seule réplique acerbe. Parce qu’elle se LAISSE PAS FAIRE, Summer, ok ?

À lire aussi : Quelle fille badass fictive es-tu ?

Du coup j’ai cru que Summer serait un peu l’archétype de « la dure de la bande », et en fait, non : sa relation avec Zac Efron évolue vraiment au fil du film. Ce sont tous les deux des petits nouveaux, et ils développent une véritable complicité.

Victoria d’Alerte à Malibu, la méchante la plus badass des océans

Si ma pref c’est Summer, je me pâme quand même d’admiration pour Victoria.

Grande méchante du film, elle a quitté son pays natal pour les États-Unis, parce que ses frères allaient reprendre la suite des affaires familiales à sa place.

Victoria a tout à fait conscience de ce qu’implique le fait qu’elle soit une femme. À un moment, un personnage la traite de cinglée et elle répond « si j’avais été un homme, tu aurais dit que j’étais déterminé ».

Alerte à Malibu, je ne savais pas trop  ce que j’en attendais, et honnêtement j’ai kiffé. Je me suis bien marrée, et je me suis prise d’affection pour de nombreux personnages du film.

Alerte à Malibu est en salles dès le 21 juin, alors foncez profiter de la clim, de bonnes vannes et de super meufs !

À lire aussi : Cinq films « feel good » qui ne parlent pas d’amour #2


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

1
Avatar de lafeemandarine
20 juin 2017 à 15h06
lafeemandarine
Vous voulez une anecdote sur la série d'origine?

La première Summer était jouée par Nicole Eggert, une actrice mince et musclée, "physiquement correcte" (photo d'époque ici). Après avoir quitté la série, elle a pris du poids et des gens se sont moqués d'elle. Elle a alors décidé de tourner une vidéo parodique de la série où on la voit sur la plage, en maillot de bains, avec ses kilos en plus, pour dénoncer la grossophobie avec humour.

Contenu spoiler caché.
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Cinéma

His house // Source : Netflix
Cinéma

Les 15 meilleurs films d’horreur sur Netflix à voir absolument

2
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
 Hannah Gutierrez-Reed // Source : The Wrap
Culture

« Amateure », « négligente » : l’armurière de Rust d’Alec Baldwin condamnée à 18 mois de prison

Anatomie d'une chute
Culture

Merci Judith Godrèche : les enfants seront désormais accompagnés sur les tournages

1
Semaine de la critique 2024 / Hafsia Herzi
Culture

La Semaine de la critique, notre sélection préférée à Cannes, a dévoilé ses films en compétition

Bridget Jones // Source : Splendor Films
Culture

Casting, résumé : tout savoir sur Bridget Jones 4 et sa Bridget en daronne veuve

[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9
Booksmart
Culture

Netflix : les 7 meilleurs films lesbiens à voir et à revoir

La pop culture s'écrit au féminin