Live now
Live now
Masquer
Capture d’écran 2022-11-22 à 18.58.19
Société

Accusé de violences sexuelles et psychologiques, Léo Grasset (Dirty Biology) répond dans une vidéo-plaidoyer

Dans une vidéo de 35 minutes, le youtubeur, créateur en 2014 de la chaîne de vulgarisation scientifique Dirty Biology, accusé depuis juin dernier de violences sexuelles et psychologiques par plusieurs femmes, nie catégoriquement les faits qui lui sont reprochés et entend « répondre à tout ça ».

C’était une bien mauvaise date pour choisir de publier un droit de réponse, comme l’ont fait remarquer certains observateurs. Vendredi 18 novembre, à la veille d’une journée de mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles en France, le youtubeur Léo Grasset, créateur en 2014 de la chaîne Youtube DirtyBiology, a publié une vidéo de 35 minutes dans laquelle il répond aux accusations dont il fait l’objet depuis l’été. En juin dernier, Médiapart avait publié plusieurs témoignages de femmes relatant des violences sexuelles et psychologiques de la part du youtubeur, figure de la vulgarisation scientifique sur Youtube. À ces témoignages, dont l’un relatait un viol qui aurait eu lieu en 2016, s’ajoutaient aussi les voix de plusieurs confrères et consœurs youtubeurs auprès desquels ces huit femmes se seraient confiées.

À lire aussi : Viol, comportements toxiques, emprise : plusieurs femmes accusent le youtubeur Léo Grasset (DirtyBiology)

Dans la foulée de ces accusations, le youtubeur s’était simplement fendu d’un texte publié sur son compte Twitter, dans lequel il contestait les accusations relayées à son encontre. « J’ai toujours été attentif au respect du consentement de l’ensemble de mes partenaires », assurait-il, précisant préférer faire « le choix de (s)’abstenir de tout commentaire supplémentaire à ce stade », sur les conseils de ses avocats.

Capture d’écran 2022-11-22 à 17.22.47
Capture d’écran du compte Twitter de @dirtybiology

Depuis, Léo Grasset était resté particulièrement silencieux, ne publiant plus de vidéos sur sa chaîne Youtube.

Une vidéo-plaidoyer, mais pas un mea culpa

Vendredi 18 novembre, le youtubeur est sorti de son silence, dans une longue vidéo publiée sur ses réseaux sociaux et sa chaîne Youtube, dans laquelle il entend « répondre à tout ça ». Face caméra, dans un décor sobre sur fond gris, Léo Grasset revient, pendant 35 minutes, sur les accusations dont il fait l’objet. Une vidéo sous forme de plaidoyer, mais pas de mea culpa.

Ma réponse à Mediapart.

Pour sa défense, Léo Grasset entend détailler comment, selon lui, l’enquête menée par les journalistes de Médiapart a dressé un portrait « qui est malhonnête », et comment celle-ci construit « un personnage toxique à coups d’insinuations et de citations tronquées », laissant entendre de façon à peine voilée (comme il le fait à plusieurs reprises dans la vidéo) que l’enquête n’a pas été réalisée avec les précautions nécessaires, voire a été bâclée, questionnant ainsi la déontologie des journalistes et décrédibilisant leur travail avant de nier complètement la parole des victimes. Dans ces conditions, le youtubeur promet à celles et ceux qui regardent la vidéo qu’il va leur « montrer quels procédés sont utilisés et donner (sa) version des faits ».

« Je ne reconnais absolument pas cette description des événements qui ne correspond pas à ma façon d’être dans les rapports sexuels »

Point par point, Léo Grasset se lance donc dans une énumération des faits qui lui sont reprochés et entend prouver qu’il est innocent, preuves à l’appui (les captures d’écran de conversations mentionnées dans la vidéo sont toutes accessibles en mettant sur pause, les noms seulement ayant été floutés).

Sur les accusations de viol sur la personne de Lisa, qui témoigne dans l’article de Médiapart, il affirme d’emblée nier « catégoriquement cette accusation. Je ne reconnais absolument pas cette description des événements qui ne correspond pas à ma façon d’être dans les rapports sexuels ». Il précise par ailleurs n’avoir jamais été en couple avec la jeune femme, comme elle le mentionne pourtant dans son témoignage.

En plus des accusations de violences sexuelles et psychologiques dont il fait l’objet, l’article de Médiapart mentionne aussi comment le youtubeur aurait contribué à mettre à mal la carrière de Lisa, si ce n’est tout simplement à la « griller » auprès du microcosme de Youtube. Des accusations que Léo Grasset réfute également, avec à l’appui, des captures d’écran de créateurs et créatrices de contenus Youtube, qui témoignent aussi dans l’article, et qui auraient pris part à la campagne de dénigrement de la jeune femme. « Comme vous allez le voir, de nombreuses personnes interrogées dans l’article avaient leur propre récrimination contre elle et c’étaient des choses avec lesquelles je n’avais rien à voir, qui se passaient sans moi et qui sont parfois allées beaucoup trop loin ».

Tricherie, mensonge et imposture

« Sans toute cette remise en contexte, il ressort de cette partie de l’article l’impression que j’avais conspiré dans l’ombre pour lui nuire (…) avec la remise en contexte, on peut admettre que si je n’ai pas fait grand-chose pour l’aider, je n’ai pas non plus particulièrement dépensé d’énergie pour dégrader son travail et sa réputation, et certainement moins que d’autres. Perso, j’ai jamais contacté de journalistes pour qu’ils fassent un papier sur elle dans la presse » plaide-t-il. Cependant, s’il met en lumière, à l’aide de ces captures d’écran, les diverses critiques émanant de la conversation, qui accusent Lisa de tricherie, de mensonge sur ses diplômes ou encore d’impostures et de certaines « méthodes », Léo Grasset ne montre à aucun moment s’il a répondu ou non à cette conversation, dont il dit simplement ne pas être l’origine, laissant par là entendre qu’il n’y aurait à aucun moment pris part en ne dépensant pas « d’énergie pour dégrader son travail ». Une défense sous forme de renvoi de balle.

« Il semblerait que plusieurs d’entre eux aient fini par se réconcilier avec cette personne, ce qui est une bonne nouvelle, et d’ailleurs cette ambiance stérile et anxiogène avait également fini par m’affecter » poursuit-il ensuite, laissant entendre que cette « conspiration » se serait peut-être finalement retournée contre lui.

Convaincant, ou pas ? Seul le temps de la justice le dira. Reste que Léo Grasset reconnait de lui-même avoir « une vie amoureuse parfois bordélique (…) faire des blagues de gros beaufs », des comportements loin d’être répréhensibles, mais à condition de savoir précisément ce que l’on met dedans.

En juillet dernier, la créatrice de la chaîne « Passé sauvage », Clothilde Chamussy, a déposé une plainte pour « propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste imposés de façon répétée ». Des blagues de gros beauf, c’est tout ?

À lire aussi : Viol, comportements toxiques, emprise : plusieurs femmes accusent le youtubeur Léo Grasset (DirtyBiology)

Les Commentaires
14

Avatar de Mlle Cassandre
1 décembre 2022 à 17h45
Mlle Cassandre
@Bloem
Contenu caché du spoiler.
8
Voir les 14 commentaires

Plus de contenus Société

disabled_people_for_future
Société

« Il faut que les valides sachent remettre en question leurs privilèges »

Aïda Djoupa

03 déc 2022

6
Sexo
Sponsorisé

Parlons sans complexe de vaginettes

Humanoid Native
ppl justice specialisee vss vote assemblee nationale
Société

Bientôt une juridiction spécialisée pour le traitement des violences intrafamiliales ?

Maëlle Le Corre

02 déc 2022

brune feuillle se marie talents hauts livres pour enfants hongrie
Société

Ce livre de contes a fait un scandale en Hongrie, et il est enfin disponible en France

Maëlle Le Corre

02 déc 2022

2
La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question bien sexiste
Politique

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question sexiste

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
Buckingham Palace désavoue l’une de ses membres honoraires accusée de propos racistes © Rabbit75_Cav via Canva
Actu mondiale

Buckingham Palace désavoue l’une de ses membres honoraires accusée de propos racistes

Camille Lamblaut

01 déc 2022

24
Dans une vidéo comique, Eva Longoria nous apprend à combattre le harcèlement de rue
Actualité mode

Dans une vidéo comique, Eva Longoria nous apprend à combattre le harcèlement de rue 

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
justice
Société

En 5 ans, le nombre de plaintes pour violences sexuelles hors cadre familial a augmenté de 77%

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
pexels-anna-shvets-vih ruban rouge
Société

C’est quoi la sérophobie, la discrimination à l’encontre des personnes vivant avec le VIH ?

Maëlle Le Corre

01 déc 2022

Polanski mars distribution
Actu mondiale

Roman Polanski : la date de son jugement pour diffamation a été annoncée 

Camille Lamblaut

30 nov 2022

mariage-gay-eglise-ecosse
Actu mondiale

Aux États-Unis, le Congrès légifère pour protéger le mariage pour tous 

Camille Lamblaut

30 nov 2022

La société s'écrit au féminin