Live now
Live now
Masquer
1n10-une-femme-sur-dix-endometriose
Culture Web

#1in10 : une femme sur dix souffre d’endométriose, Internet se mobilise

Une femme sur 10 est atteinte d’endométriose. Pour en parler, le hashtag #1in10 s’élève sur les réseaux depuis le 1er mars, premier jour du mois de sensibilisation à l’endométriose.

Le samedi 24 mars c’est la journée internationale de sensibilisation et d’information sur l’endométriose.

Une grande marche est organisée dans les grandes villes du monde entier.

Plus d’infos sur Endomarch France et Endomarch.org pour celles et ceux qui ne sont pas en France et mais qui voudraient soutenir la cause.

L’endométriose, c’est une maladie qui a été maintes fois abordée sur madmoiZelle.com. Sauf que l’ignorance autour de cette pathologie continue d’handicaper le quotidien de nombreuses personnes.

Nombreuses, oui, puisqu’une femme sur dix est atteinte d’endométriose, et l’ignore parfois.

À lire aussi : Douleurs insoutenables et sexualité limitée : l’endométriose, je vis avec depuis toujours

Avec le hashtag #1in10, les #endogirls veulent donner une visibilité supplémentaire à l’endométriose sur Internet et sur les réseaux sociaux.

Oui, ça fait beaucoup de hasthag, mais pas de panique, je vous explique.

Les #endogirls, ou #endowarrior sont les personnes atteintes d’endométriose sur les réseaux sociaux.

Il s’agit souvent de femmes, mais plus globalement de tout individu qui a des règles.

Quant au hashtag #1in10, il traduit cette statistique qu’1 femme sur 10 se trouve touchée par l’endométriose.

À l’heure où j’écris ces lignes, #1in10 fait l’objet de 11 846 publications sur Instagram.

Il pullule sur les timelines depuis le 1er mars, premier jour du mois de sensibilisation à l’endométriose (EndoMarch), et à quelques jours du début de la semaine européenne d’information et de prévention de la pathologie.

Au fil des publication, je découvre que les femmes peuvent être une #1in10, vos épouses aussi, vos filles, vos sœurs et vos amies peuvent être des #1in10.

#1in10 : utiliser les réseaux sociaux

Emma, parisienne, a rejoint l’initiative. Sur son post #1in10, elle raconte ressentir des douleurs pendant ses règles depuis quatre ans, mais n’a obtenu son diagnostic qu’en novembre 2017.

Elle a répondu à quelques unes de mes questions et m’explique avoir découvert #1in10 dans fil d’actu Instagram. Elle a voulu marquer le coup à son tour pour  le premier jour d’EndoMarch. Elle m’écrit :

« Plus on en parle, plus on avance. J’ai un trio d’amies qui souffrent lors des règles et qui pensent que c’est normal… Il faut en parler, dès le collège. »

Et les réseaux sociaux servent aussi à cela : à diffuser des histoires à une audience la plus large possible qui ne serait pas au courant de l’existence de la pathologie.

C’est ce que pense Emma :

« Ce genre de campagne fonctionne parce que ça fait *tilt* dans la tête des gens. J’ai reçu plein de messages après ce post, dont celui d’une personne qui m’a confié n’avoir jamais entendu parlé de l’endométriose alors qu’elle a plusieurs symptômes… Elle compte aller voir un spécialiste pour en savoir plus. »

À lire aussi : Où s’informer sur l’endométriose ?

Si un simple hashtag peut libérer la parole sur une maladie méconnue, il est capable aussi d’attirer la curiosité et de pousser les gens à se renseigner. Et c’est déjà pas mal.

Le 24 mars prochain aura lieu la Marche Mondiale de lutte contre l’endométriose. Clique ici, si ça tu veux en savoir plus !

À lire aussi : Face à l’endométriose, nous nous battons sur le Web


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture Web

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-27T115458.698
Culture Web

Tibo InShape est désormais le plus gros youtubeur français, et c’est très inquiétant

61
Livres

Avec Galatea, découvrez des histoires exclusives en format audio ou ebooks

Humanoid Native
Source : Cedrick Lorenzen / TikTok
Société

« Thirst eating trap », où quand les hommes sexualisent la cuisine sur TikTok

8
Source : @AsocialmntVotre sur X
Humeurs & Humours

Les trouvailles d’internet de la semaine du 13 mai

Source : Canva
Culture Web

Les femmes se sentent-elles plus en sécurité avec les hommes ou avec les ours ? La réponse n’est pas si surprenante

1
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-02T175930.223
Culture

Amy Winehouse : 3 ressources bien meilleures que Back to Black pour comprendre Amy

Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

14
Source : Capture écran Instagram
Culture Web

« Abrège frère » : des Tiktokeuses dénoncent cette tendance aux relents misogynes

12
Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

So baby girl
Culture

C’est quoi un mec « so baby girl » ? On vous explique pourquoi Jacob Elordi a attendri tout Internet

6

La pop culture s'écrit au féminin