Je suis célibataire et je veux le rester, suis-je normale ?

Tu es célibataire et tu subis la pression de tes proches, selon lesquels ce n'est pas « normal » ? Caroline est saoulée qu'on en soit encore là en 2019 et t'explique pourquoi.

Je suis célibataire et je veux le rester, suis-je normale ?

Chez madmoiZelle, on t’a demandé récemment de répondre à un questionnaire pour en savoir un peu plus sur toi et tes tourments du quotidien. Si ce n’est pas fait, tu peux encore y répondre ici !

En découvrant ces prises de têtes, celle-ci m’a interpellée :

Je veux savoir si je suis normale ? Parce que je suis adulte, mais pas attirée par une relation de couple, et mon entourage me dit que je devrais avoir quelqu’un dans ma vie.

Comprenant parfaitement cette situation, je vais m’appliquer à y répondre sans plus attendre.

Est-ce normal d’être « toujours » célibataire passé un certain âge ?

Je ne peux pas m’empêcher de buter là-dessus : ça veut dire quoi « être normale » ?

Si j’étais toi, je commencerais par demander aux personnes qui me font la remarque de développer leur argument. En quoi c’est « normal » d’être en couple ? Pourquoi c’est « pas normal » d’être célibataire ?

Ensuite, demande-leur pourquoi la normalité est un argument. Qu’est-ce qu’ils essayent de dire ? Que dans la vie d’adulte, tout le monde doit être en couple car c’est comme ça, et si tu l’es pas, t’es pas comme les autres ?

…et alors ? Pourquoi être comme les autres ?

Pourquoi est-ce que ne pas se fondre dans la masse est un problème ? Je ne comprends pas qui aurait envie d’être une silhouette parmi les autres, se complaisant dans la conformité !

Et puis j’ai remarqué que souvent, quand tu soulèves ces questions aux personnes concernées, elles n’ont en réalité aucun argument solide…

Qui exige de toi que tu sois « normale » ?

Ce genre de remarque m’intrigue beaucoup par ce qu’elle dit des gens qui les formulent.

D’ailleurs, qui sont les gens qui te font ce genre de remarques ?

Est-ce que ce sont des proches auxquels tu tiens, qui sont censés te soutenir ? Auquel cas, ça vaut le coup de te prendre la tête en soulevant le débat !

Si la question est bienveillante, alors ces gens ont sûrement peur pour toi. Peur que tu sois « bizarre » et surtout que tu en souffres.

Être heureuse et célibataire

Mais pourquoi avoir si peur ? Tu ne fais de mal à personne en étant célibataire, au contraire !

Et surtout, si ça te rends HEUREUSE d’être seule, si ça te rendrait malheureuse d’être en couple… pourquoi ces gens veulent-ils que tu le sois quand même ?

Si en revanche tes proches te soutiennent et que ce genre de remarques vient de personnes dont tu te contrefous, tu ne devrais même pas leur accorder ton attention.

Tu devrais plutôt continuer à vivre ta meilleure vie, sans daigner te prendre la tête avec elles.

Pourquoi ce n’est pas « normal » de ne pas vouloir de relation ?

J’ai vraiment du mal avec ce mot, « normal ». Car je ne le comprends pas. Mais soit. Je vais plutôt utiliser le terme « bizarre », il a déjà un peu plus de sens à mes yeux.

Déjà, quand bien même tu serais bizarre car tu ne souhaites pas être en couple, je ne vois pas le problème.

Bizarre, ça veux dire être singulière, se démarquer ! Encore une fois, je ne vois pas pourquoi des gens s’en serviraient pour évoquer quelque chose qu’ils considèrent comme négatif.

Ensuite, ce qui compte ce n’est pas de faire les choses pour être comme tout le monde. Ce qui compte c’est de faire les choses pour être bien, SOI.

Toutes proportions gardées, ceci dit, car je vais ressortir ce vieux dicton :

La liberté des uns commence là où s’arrête celle des autres.

Si tout le monde appliquait cette phrase comme une règle inviolable, on vivrait actuellement dans le meilleur des mondes.

Que signifie ce dicton ? Que tu peux faire ce que tu veux dans la limite où tu n’empiètes pas sur le bonheur de quelqu’un. En gros, toi, tu n’emmerdes personne en te consacrant à toi-même.

Mais ceux qui y voient un problème, eux, empiètent sur ta liberté à toi en donnant leur avis probablement non sollicité

Encore un truc que j’ai du mal à comprendre : pourquoi les gens mettent-ils tant d’efforts à se mêler de la vie des autres au lieu de se consacrer à améliorer la leur ?

Tu AS « quelqu’un dans ta vie ». Tu as des gens dans ta vie. Tu as tes proches, tes amis, peut-être des animaux de compagnie, et toi-même.

Pourquoi « avoir quelqu’un dans sa vie », ça signifierait choisir une personne avec laquelle tu décides d’être une paire, avec laquelle tu dois être romantique, fidèle, et avoir une relation amoureuse et sexuelle ?

C’est super pour les gens qui aiment ça. Vraiment. Et eux, on ne les embête pas.

Mais si toi t’as pas envie, pourquoi se forcer ?

C’est comme si des célibataires bien dans leur vie venaient dire à des gens en couple :

C’est pas normal d’être en couple, je sais que tu n’es pas heureux comme ça. Pour être normal, pour s’épanouir, il faut être célibataire.

Ça n’a aucun sens, on est d’accord ?

Chacun fait ce qui le rend heureux. Si c’est de te marier et avoir beaucoup d’enfants, super pour toi. Si c’est d’être dans une relation libre ou de polyamour, super aussi. Si c’est être seule, pareil, SUPER.

Il y a plein de célibataires disponibles pour de bons moments à partager ensemble, de manière passagère ou plus permanente, et ça se passe très bien pour elles et eux.

Il y en a qui n’ont pas envie de se cantonner à des choses délimitées. Il y en a pour qui le romantisme n’est pas une priorité.

La pression d’être en couple

D’après ta question, je déduis que c’est ton choix, de ne pas être en couple. Que ça ne te fait pas envie. Encore un truc que certaines personnes ont du mal à comprendre !

Oui, être célibataire, ça peut être un choix. Non, ce n’est pas une excuse de désespérée.

Cependant, beaucoup de célibataires ONT l’air désespérés, et se rabaissent eux-mêmes car ils ont honte de l’être.

C’est pas vraiment de leur faute, si tu veux mon avis. C’est la faute des gens comme ceux qui te disent que c’est anormal de ne pas être en couple…

Du coup, ça rentre dans la tête et on finit par y croire.

Tout le monde connaît le schéma traditionnel : passé un certain âge, il faut se poser, se marier, puis faire des gosses. Être un bon petit samaritain, avec une petite vie tranquille.

Même en 2019, c’est encore compliqué pour beaucoup de comprendre que ce n’est PAS le projet de tout le monde.

Encore une fois, cool pour celles et ceux à qui cette vie correspond ! Moins cool pour celles et ceux qui croient que c’est la seule option de vie, sans s’être demandé si ça les rendrait vraiment heureux…

Bien sûr, il y a vraiment des gens qui veulent être en couple à tout prix, qui enchaînent les mauvaises relations, ne trouvent personne, et en souffrent. J’en connais.

Mais ce sera le sujet d’un autre article, car ici, on parle selon moi d’un problème de rapport à soi, et non à l’autre.

Faire le choix d’être célibataire

Donc revenons à toi, toi pour qui le célibat est un choix.

Des célibataires qui recherchent une relation, il y en a un paquet. Trouver quelqu’un qui cherche à se mettre en couple, c’est simple (après, c’est la compatibilité qui peut être délicate).

Se suffire à soi-même sans vivre à travers le regard de l’autre, c’est plus compliqué.

Tu n’es pas moins désirable et tu ne mérites pas moins d’amour que qui que ce soit d’autre. Et ton problème, ce n’est pas que personne ne veut de toi. C’est TOI qui ne veux de personne ! Et c’est pas un problème.

C’est marrant, comme les gens ont l’air de tout de suite se dire que t’es pas normale ou bizarre car « les autres » ne veulent pas de toi…

Sans se dire que, peut-être, que c’est toi qui ne veut pas d’eux.

Mais non, j’oubliais, ça c’est juste une excuse, au fond tu n’es qu’une célibataire désespérée, ben oui ! (NON.)

Tu n’es pas une vieille patate rassise, tu es une merveilleuse créature, tu n’aurais aucun mal à trouver quelqu’un.

Et ce n’est même pas que tu es « difficile » ou que tu attends naïvement le prince charmant. C’est que tu apprécies ta propre compagnie !

Et celle de tes proches. Et peut-être même, tiens, celle de tes plans cul.

Si avec TOUT ça, les gens qui formulent le type de remarques qui ont donné naissance à cet article continuent à te regarder de travers, voire avec pitié…

Le meilleur conseil que je puisse te donner, c’est de les dégager gentiment de ta vie et de commencer à faire un petit tri. Du genre, garder seulement à tes côtés des personnes bienveillantes.

Il y aura moins de gens, c’est sûr. Mais de toute façon, tu es du genre à privilégier le bien-être personnel à la conformité, donc tout ira bien pour toi !

Si tu te trouves dans cette situation, partage ton expérience dans les commentaires, ainsi que tes conseils pour rabrouer le caquet des mauvaises langues OBSÉDÉES par le couple !

À lire aussi : Pourquoi je ne vous parlerai plus de mon célibat volontaire

recap rigolo game of thrones s08e01

Caroline.A


Tous ses articles

Commentaires
  • Shley
    Shley, Le 10 avril 2019 à 11h26

    J'ai lu cet article une première fois peu après sa parution. Et je viens de retomber dessus. A l'époque, il y a quelques mois, je n'étais pas encore sur le forum donc pas de possibilité de laisser un commentaire. Mais je sais que je voulais juste dire : merci pour cet article, que j'ai trouvé hyper intéressant et, surtout, qui m'a décomplexée vis-à-vis de moi-même.

    Neverland90
    Je pense que c'est très bien de remettre en cause le mode de vie en couple.
    Perso, je n'arrive pas à concevoir de ne pas avoir mon "chez moi", de devoir partager mon lit, ma chambre, ma salle de bain avec quelqu'un d'autre.
    Surtout que j'ai des troubles du sommeil, donc dormir dans le même lit qu'une autre personne, est-ce vraiment raisonnable pour moi ?
    J'aime aussi écrire (pleins de trucs) et je serais mal à l'aise de faire cette activité en étant en couple.
    Je vois suffisamment de monde quand je sors ou que je vais au boulot, j'ai besoin d'avoir un lieu ou souffler.
    Je ne dis pas que je ne vivrais jamais en couple ou que je ne tomberais jamais amoureuse mais pour l'instant (au bout de 27 ans d’existence) ça n'est jamais arrivé.
    Bon après, je suis probablement dans le spectre de l'asexualité mais je n'irais pas jusqu'à dire que je suis aro. Mais le célibat ne me gêne pas et comme je parle rarement de ma vie personnelle, les gens font des présomption et pensent que j'enchaîne les histoires sans lendemain (:yawn::yawn:)

    Je ne sais pas trop et ça ne me pose de problèmes, même si je rencontre quelqu'un qui me plaît je ne sais pas si je serais prête à faire l'énorme concession de partager un appart commun.
    Ce qui est marrant, c'est que la colocation me cause moins de tracas. J'ai une amie qui est en couple avec son colocataire depuis 8 ans et ils ont gardé leur contrat de colocation et leur chambre à part. C'est marrant parce qu'elle me l'a avoué comme si elle en avait honte, les gens sont choqués qu'ils fassent chambre à part. C'est la seule concession que je pourrais faire si je me retrouve un jour en couple.
    Ton commentaire m'a beaucoup touchée parce que je me retrouve complètement dans tout ce que tu dis. Ce besoin d'avoir son chez-soi à soi, un lieu où être tranquille et souffler, ton goût pour l'écriture, activité difficilement partageable (une fois, un mec m'a dit "mais si, tu pourras venir chez moi pour écrire !" Ben... non, je préfère rester chez moi tranquille pour ça...) ...
    Du coup voilà, merci d'avoir partagé ça avec nous ! Ca m'a fait trop plaisir de te lire :jv:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!