Le revenu de base présenté en BD par Nepsie

Travailler moins, mais travailler mieux, tout en gagnant suffisamment pour vivre et en gardant du temps pour soi, pour s'investir. Une belle utopie, ou une solution à la crise ?

Le revenu de base présenté en BD par Nepsie
C’est la huitième Semaine internationale du Revenu de Base ! L’occasion de vous présenter à nouveau ce concept loin d’être bête.

— Publié le 10 septembre 2014

Nepsie nous parle du revenu de base, dans une double note dessinée sur notre rapport au travail.

À lire aussi : Le revenu de base, qu’est-ce que c’est ? – Le Petit Reportage

En pleine crise, où avoir un emploi décemment rémunéré s’apparente à un luxe, l’illustratrice nous interroge : et si nous n’avions pas besoin de travailler pour vivre, que ferait-on de nos journées ?

S’interdire de se plaindre de son travail, au motif que par les temps qui courent, c’est une sacré chance d’en avoir un… Attendez, être contraint de faire un travail dans lequel on ne s’épanouit pas, c’est… une chance ? Pourquoi ?

Le revenu de base reviendrait à verser à chaque citoyen un salaire minimum, une garantie de pouvoir subvenir à ses besoins primaires (se nourrir — se loger — se soigner).

Que se passerait-il si on ne devait travailler que quelques heures par jour pour gagner suffisamment pour vivre ; l’oisiveté est-elle vraiment une menace ? Pourquoi ne pas accorder plus de place au développement personnel, en répartissant mieux la contrainte de production sur l’ensemble des actifs ?

Allez découvrir la double note de Nepsie sur le revenu de base !

Clique clique !

Qu’en penses-tu ? Viens en discuter sur le forum ! 

À lire aussi : Le revenu de base, qu’est-ce que c’est ? – Le Petit Reportage

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 47 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Cilece
    Cilece, Le 18 septembre 2015 à 10h55

    @Hyperbole c'est aussi une de mes questions principales, le réhaussement du niveau de vie + le creusement des inégalités de fait puisque ce revenu ne serait appliqué, s'il est appliqué un jour, que dans quelques pays (voir régions? http://rue89bordeaux.com/2015/07/le-rsa-inconditionnel-sera-experimente-en-aquitaine/), et quand bien même temporairement l'on égaliserait le niveau de vie "essentiel", il serait creusé entre les pays qui le mettent en place VS l'extérieur et l'inflation + l'ajustement des prix à long terme feront qu'on recreusera les inégalités dans les revenus au-delà du revenu de base.
    MAIS ce à quoi je me réponds à moi-même (dialogue interne, NORMAL), au final est-ce que ce n'est pas un enjeu "secondaire" dans le sens où tant que l'on permet à tous d'avoir une garantie chaque mois qu'ils auront suffisamment pour vivre dignement (selon le montant fixé mais j'ose espérer qu'il prendra en considération ce qu'est vivre dignement), et que notre inflation est de fait maîtrisé (si l'on reste dans le cadre des accords de Maastricht) alors à l'intérieur de notre pays, on aura en tout cas atteint un objectif social essentiel à mon sens. En revanche, les relations économiques entre pays qui appliquent le revenu de base et pays qui ne l'applique pas (l'€ prendrait cher si l'Europe appliquait le RdB) me semblent extrêmement compliquées à maîtriser. C'est sur cette partie d'anticipation des effets économiques et monétaires que le RdB me fait me poser des questions.

    En revanche, sur l'aspect moral disons, je suis tellement POUR garantir un niveau de vie minimum, laisser aux gens le choix de travailler ou pas (je trouve que les gens qui ne veulent pas travailler, quand ils le peuvent, font bien de ne pas travailler ou de travailler autrement, si je pouvais, je ferai tout pareil). Je trouve aussi que c'est un outil génial pour promouvoir enfin d'autres modèles économiques de travail, de valoriser des activités qui ne le sont pas et qui sont pourtant essentielles (le travail associatif par ex.). Bref, les avantages moraux que j'attribue au RdB sont tellement forts (par naïveté de ma part?) que je suis quasi-militante du RdB.

Lire l'intégralité des 47 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)